Hypothèse du zoo

 

Hypothèse du zoo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

 
Plus de 10.000 galaxies sur une seule photo, la plus lointaine jamais prise par Hubble, appelée Hubble Ultra Deep Field, à des milliards d'années lumières.

L'hypothèse du zoo de Ball[1] est une des hypothèses avancées en réponse au Paradoxe de Fermi au sujet de l'apparente absence de preuves de l'existence d'une vie extraterrestre.

D'après les partisans de cette hypothèse, les extra-terrestres existeraient et seraient assez avancés technologiquement pour pouvoir communiquer avec nous. Ils nous observeraient d'ailleurs de loin, sans essayer d'interagir avec nous, à la façon de chercheurs qui observeraient des animaux primitifs à distance, évitant de s'approcher de trop près afin de ne pas les perturber.

Certains pensent que les extraterrestres qui nous observent entreront en contact avec nous, une fois qu'ils auront décidé que nous sommes prêts à une telle rencontre.

Budd Hopkins, ufologue américain qui a particulièrement travaillé sur les enlèvements par les extraterrestres, écrit dans son dernier livre :

« En 1973, John A. Ball, proposa "l'hypothèse du zoo" dans la revue Icarus, une revue internationale sur les études du système solaire. En tant que radioastronome affecté au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, il avança très sérieusement l'idée que la Terre était un zoo et que des Extraterrestres étaient chez nous, déjà occupés à nous observer. Ball ajouta aussi : “Dans le zoo parfait — zone sauvage ou sanctuaire — la faune qui s'y trouve ne doit pas avoir de liens directs avec les gardiens du zoo, ni avoir conscience de leur existence”. Ball fut tourné en dérision par de nombreux scientifiques pour sa théorie, parce qu'elle impliquait l'existence d'Extraterrestres vivant parmi nous. » (Budd Hopkins, Sight Unseen, Atria Books, New York, 2004, pp. 139 et 230[2]).

Limites [modifier]

Vue d'artiste d'un extraterrestre humanoïde
Vue d'artiste d'un extraterrestre humanoïde

L'hypothèse du zoo de Ball est d'abord très spéculative et ne repose sur aucun fait concret. Elle peut être d'ailleurs considérée comme assez anthropomorphique, attribuant à des extraterrestres des intentions finalement assez humaines. Il s'agit d'une hypothèse ad hoc utilisée pour préserver une vision de l'univers où les civilisations abondent, et ce malgré l'absence d'éléments empiriques allant dans ce sens.

De plus s'il existait de nombreuses civilisations extraterrestres avancées et capables de rentrer en contact avec nous, comme l'équation de Drake pourrait nous le faire croire, il semble assez improbable que toutes respecteraient à la lettre cette règle de non-ingérence, et la probabilité qu'une civilisation la transgresse et se manifeste à nous est grande.

Même si cette règle était respectée à l'échelle d'une civilisation, la probabilité pour qu'un individu ou un groupe d'individu la transgresse sciemment est grande. De même, elle ne pourrait empêcher la visite d'individus égarés.

Références [modifier]

  1. Ball, J. A., The Zoo Hypothesis, Icarus, 19, 347 (1973)
  2. La femme au sang bleu, des êtres humains inconnus de notre espèce vivent ils parmi nous? Un texte de Jean Sider. Sur www.lejdu.com


Domaines généraux de la biologie
Anatomie | Biochimie | Bio-informatique | Biologie cellulaire | Biologie de l'évolution | Biologie humaine | Biologie marine | Biologie moléculaire | Botanique | Écologie | Exobiologie | Génétique | Géobiologie | Microbiologie | Origines de la vie | Paléontologie | Parasitologie | Physiologie | Taxonomie | Zoologie


06/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 256 autres membres