SCOOP VIDEO : CRASH d'un OVNI à Kecksburg aux USA

 

Incident de Kecksburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'incident de Kecksburg se déroula le 9 décembre 1965 en Pennsylvanie. Une intense boule de feu a été aperçue par plusieurs milliers de personnes dans au moins six états américains ainsi qu'en Ontario, au Canada. Elle est décrite par les médias comme un météore, d'autres personnes parlent de crash d'OVNI suivi de la récupération de son épave par l'armée américaine.

 

 

Sommaire

[masquer]

Keksburg

Keksburg ufo memorial

Chronologie des événements [modifier]

Le 9 décembre 1965, vers 16h30, plusieurs centaines de témoins répartis sur 3 états américains (Michigan, Ohio et Pennsylvanie) ainsi qu'au Canada aperçurent une boule de feu suivie d'une traînée de vapeur traverser le ciel sur un axe nord-ouest/sud-est. Plusieurs pilotes, en vol au moment des faits, aperçurent également le phénomène et parlèrent d'onde de choc ressentie à proximité de l'objet. La traînée de vapeur persista plus de 20 minutes après le passage de l'objet (elle fut d'ailleurs filmée et photographiée par de nombreux témoins). À 16h45, 2 enfants qui jouaient dans un bois à côté de la petite ville de Kecksburg (Pennsylvanie) virent un objet lumineux s'écraser au milieu de la forêt et mettre le feu aux arbres alentour. Immédiatement, ils rentrèrent au domicile familial, racontèrent l'histoire à leur mère qui prévint la police et les pompiers. Alors que les forces de police ainsi que les pompiers arrivaient juste sur le site, un escadron militaire de la base de Lockbourne (Ohio) se présenta sur les lieux, prit le contrôle de la zone et intima l'ordre à toutes les personnes présentes (pompiers, policiers ou civils) de partir immédiatement. Peu de temps après, le responsable du détachement militaire prévint les autorités locales qu'ils n'avaient rien trouvé sur le site et l'escadron repartit. On retrouva quelques débris métalliques à Lapeer (Michigan).

Début 2002, John Podesta (ancien conseiller du président Bill Clinton) et Leslie Kean (journaliste indépendant) portèrent l'affaire en justice au nom de de la Loi sur la Liberté de l'information afin d'obliger le gouvernement à publier les documents dont il disposait sur cette affaire. En décembre 2005, une décision de justice fut rendue et le porte-parole de la NASA annonça que "le gouvernement avait, en fait, récupéré à Kecksburg les restes d'un satellite russe mais que tous les documents d'époque avaient été égarés au début des années 90" (sic). Une deuxième action en justice est en cours afin d'en savoir plus sur la disparition des documents.

Thèse officielle [modifier]

  • La thèse officielle, à l'époque des faits, fut celle de la chute d'une météorite qui se désintégra au moment de l'impact. La Nasa affirme aujourd'hui qu'il s'agissait des restes d'un satellite russe.
  • Les débris métalliques retrouvés à Lapeer s'avérèrent être des leurres radar en aluminium fréquemment utilisés par les chasseurs de l'US Air Force.

Arguments ufologiques [modifier]

  • Ivan Sanderson calcula la trajectoire de la boule de feu à partir des différents témoignages et détermina que l'objet se déplaçait à une vitesse d'à peine 1 600 kilomètres/heure. Ce qui élimine formellement la thèse d'une météorite au vu d'une vitesse aussi faible.
  • Différents rapports de la NASA confirment que le satellite russe Cosmos 96 a bien quitté son orbite le 9 décembre 1965 mais à 3h15 du matin (soit 13 heures avant les événements de Kecksburg) : une durée pareille est totalement incompatible avec un crash sur la région de Kecksburg à l'heure donnée par les différents témoignages.
  • James Mayes, Melvin Reese et Robert Bitner (tous trois membres des pompiers de Kecksburg au moment des faits) purent approcher à moins de 60 mètres du point d'impact avant l'arrivée des militaires. Ils virent un objet ovoïde de 5 mètres de long, sans rivets ni hublots ou trappes, dont la base était constituée d'un anneau recouvert de symboles incompréhensibles (un des pompiers était d'origine polonaise et lisait parfaitement le russe).
  • De très nombreux témoins affirmèrent avoir vu un camion-plateau militaire quitter la zone juste avant le départ de l'escadron. Ce camion semblait transporter un objet plus ou moins sphérique, de la taille d'une petite voiture, recouvert d'une bâche.
  • Un soldat en poste à la base de Lockbourne (Ohio) témoigna qu'un camion-plateau militaire arriva à la base dans la nuit du 9 au 10 décembre 1965 en passant par une entrée secondaire (procédure totalement inhabituelle) et repartit vers la base de Wright Patterson le lendemain. Ce soldat affirme qu'il fut assigné à la surveillance de ce camion avec ordre formel de tirer sur toute personne approchant du camion.
  • Un entrepreneur qui livrait une cargaison de briques à la base de Wright Patterson le 16 décembre 1965 aperçut dans un hangar un objet étrange entouré de personnes en combinaison blanche anti-radiations. Ce témoin fit une description de l'objet parfaitement concordante avec le témoignage des trois pompiers de Kecksburg.

Voir aussi [modifier]

Lien externe [modifier]

Le crash controversé de Kecksburg en 1965:

L'HISTOIRE:

Le 9 décembre 1965 des centaines de témoins dans le Michigan, en Ohio et en Pennsylvanie ont observé un accident d'OVNI. Il a d'abord semblé qu'il ne s'agissait de rien de plus que d'une météorite spectaculaire, mais 30 ans plus tard il y a toujours de rudes polémique parmi les chercheurs en ufologies.

En mars 1966, l'ufologue Ivan Sanderson a compilé un compte rendu détaillé de divers témoignages oculaires, et s'est bientôt rendu compte qu'il y avait plus dans cette histoire qu'une simple météorite.

Ses résultats ont indiqué que l'objet a suivi une trajectoire bien déterminée, qu'il s'était déplaçé du Nord-Ouest au Sud-Est. Son trajet visible total a duré au moins 6 minutes, ce qui indique une vitesse bien trop trop lente pour un météore. Sanderson a calculé une vitesse aproximative de seulement 1000 miles par heure.

Tous les témoins oculaires n'étaient pas situés au sol au moment de l'observation, il y eut en effet plusieurs pilotes qui ont dit avoir été secoués par des ondes chocs pendant que le grand objet lumineux passait à proximité. Ceci est troublant dans la mesure où l'on observe la plupart des météorites plusieurs milliers de mètres au-dessus de l'altitude de vol des avions commerciaux courants. Il y avait également eu des témoignages d'ondes de choc et de bang soniques rapportés par des témoins au sol.

La traînée de vapeur laissée par l'objet était si intense qu'elle est resté en en place pendant plus de 20 minutes au cours esquelles elle a été filmée par plusieurs personnes.

Plusieurs morceaux de débris argentés ont été trouvés sur la terre à Lapeer, dans le Michigan et on a assumé que ceux-ci proviennent de l'objet. L'analyse postérieure de ce matériel a indiqué qu'ils s'agissait en fait de paillettes de papier d'aluminium utilisés par les avions militaires pour duper les radars.

Cependant, le fait le plus concaincant découvert par Sanderson qui élimine la possibilité d'une météorite était que l'objet a semblé changer de direction en prenant celle de l'Est.

L'objet est finalement venu pour s'arrêter dans un secteur boisé près de la ville de Kecksburg. L'objet a tout d'abord été vu par deux enfants qui ont rapporté qu'un "début d'incendie avait pris dans les bois." Leur mère dont la première pensée fut que ses enfants avaient été témoin d'un accident d'avion a appelé la police d'état et les pompiers.

Dès qu'elle eut fini de téléphoner elle est sortie dans les bois et à sa surprise a constaté qu'une unité militaire les avait devancé à l'emplacement de l'accident. Cette unité a pris le contrôle de la situation et a ordonné à tous les civils, policiers et soldats du feu de quitter les lieux immédiatement.

L'unité militaire a rapporté à la police qu'ils n'avaient rien trouvé et partirent. L'affaire en resta là pendant les quinze ans suivants, quand certains ufologues entreprirent de revoir le cas.

Leurs recherches ont permis de découvrir que les pompiers avaient pu s'approcher à 200 pieds l'objet avant d'être refoulées par les militaires. Ils ont rapporté avoir vu des lumières clignotantes bleues, et ont noté que les dessus de plusieurs arbres proches étaient cassés comme si un objet était venu s'écraser en passant à travers le bois.

Les investigateurs ont également rapporté qu'ils avaient trouvé des témoins qui avaient vu un grand camion plat quitter le secteur des bois en transportant un grand objet ovale couvert de feuilles. Un autre témoin a indiqué qu'il a observé le chargement de l'objet sur le camion par les militaires. Il a décrit l'objet comme ayant une forme ovale, avec des "butoirs" sur sa base et a également noté qu'il y avait des "pictogrammes étranges" sur la surface de l'engin.

Le cas a été rapporté dans les dossiers du projet Blue Book, et il est a indiqué que "une équipe de trois hommes a été expédiée pour étudier et prendre un objet qui a débuté un incendie." Cette équipe de trois hommes est maintenant connue comme étant composée de membres du projet "Moon Dust" chargé de récupérer des objets venus de l'espace, un projet alors fortement confidentiel.

Le rapport officiel était que l'OVNI était simplement une météorite.

En 1990 un nouveau témoin s'est présenté, un militaire qui affirme qu'il lui a été ordonné de "tirer sur quiconque s'approcherait de trop près" de l'objet, en transit, et a également indiqué que l'objet avait ensuite été transporté vers la base de Wright Patterson.

La découverte intéressante la plus récente est le témoignage d'un ouvrier qui affirme qu'un objet étrange a été livré à la base de la base de Wright Patterson le 16 Décembre de la même année, seulement quelques jours après les événements de Keckburg. Il a décrit l'objet de manière concordante avec les descriptions d'autres témoins. Tandis qu'il observait l'objet un garde l'a reconduit hors de l'enceinte et lui a dit "vous avez juste vu un objet qui sera connu de tous d'ici une vingtaine d'années."

INFORMATIONS DE JENNY RANDLES, UFOLOGUE:

De: "OVNIS: les récupérations", Jenny Randles, 1995.

3. Kecksburg, 9 Décembre 1965.

Le 9 Décembre 1965, des centaines de témoins au Canada méridional, dans le Michigan, l'Ohio et en Pennsylvanie ont observé un accident d'OVNI venu du ciel. En Mars 1966, le scientifique et investigateur d'OVNIS Ivan Sanderson a compilé un compte rendu de diverses récits de témoin visuels.

L'objet a pris six minutes pour parcourir la trajectoire observée, ce qui a fait calculer à Sanderson une vitesse de 1.600 km/h, qui, si elle est exacte, éliminerait un météore. Plusieurs pilotes ont rapporté avoir été secoués par des ondes chocs pendant que la chose les dépassait. Il y avait également des récits de bang supersoniques et des vibrations ressenties au sol. La traînée de fumée était si intense qu'elle était restée visible pendant jusqu'à vingt minutes. Dans les derniers miles de son vol l'objet a semblé changer de cours.

Après l'impact la police s'est rendu vers la forêt. Elle a été plus tard chassée loin par les militaires. Quelques heures plus tard l'équipe militaire leur ont dit qu'ils n'avaient rien trouvé.

En Janvier 1980. l'enquêteur ufologue Clark McLelland a interviewé le chef auxiliaire des pompiers de Kecksburg, James Mayes, et Melvin Reese, un autre pompier. Ils ont signalé que leur équipe s'était approché à soixante mètres de l'objet. Ils avaient vu l'objet parce qu'il avait taillé son chemin en cassant les arbres. Mayes a expliqué comment les militaires ont dressé un cordon autour des bois et avaient établi une base provisoire complète incluant les télécommunications. Le chef des pompiers Robert Bitner a plus tard a confirmé cette histoire. Il a également dit qu'il avait vu un objet qui avait 1.8m de haut, 2m de large et quelques 5m de longs, clairement autre chose qu'un avion. Il reposait en faisant un angle avec le sol comme si il avait effectué sa chute presque horizontalement. Un autre officier du feu, "Peter", a indiqué qu'il avait vu un anneau de butoirs autour de lui portant ce qu'il a décrit comme des pictogrammmes. Étant de souche Polonaise il pouvait lire le Russe et a déclaré que ce n'était pas du Russe.

Le chercheur Ray Boeche a fait une demande pour obtenir les informations déclassifiées sur l'incident. En 1985, il a obtenu 30 pages, d'une information insignifiante, excepté une note qui dit qu'une équipe de trois hommes avait été expédié sur le site pour récupérer un objet. La conclusion finale du dossier était que l'OVNI était un météore.

On a proposé la théorie que l'objet était un satellite Russe tombé, Cosmos 96. Cependant, la NASA a publié des données qui indiquent que Cosmos 96 a réintroduit l'orbite de la terre le 9 Décembre à 3:15 heures du matin. L'accident a eu lieu 13 heures plus tard.

Après que la série TV "Les mystères non résolus" ait été diffusée aux USA, deux nouveaux témoins de l'affaire se sont présentés. L'un était un officier de l'U.S. Air Force de Lockbourne AFB (près de Columbus, dans l'Ohio). Dans les premières heures du 10 Décembre, un camion est arrivé par la porte arrière, peu utilisée, de la base et on lui a ordonnée de patrouiller autour. C'était un camion plat avec une grande bâche de protection par dessus un objet conique. Il lui a été ordonné de tirer sur quiconque tenterait de s'en approcher. On lui aurait dit que le camion se rendra à la base de Wright Patterson AFB, qui est la base réputée enrteposer débris de soucoupes volantes crashées.

L'autre témoin était un entrepreneur de bâtiment a qui l'on a demandé deux jours plus tard de livrer une charge de 6.500 briques spéciales à un hangar à l'intérieur de Wright Patterson. Quand il a jeté un regard à l'intérieur du hangar il a vu un dispositif en forme de cloche, posé là, d'une hauteur de 4 mètres. Plusieurs hommes portant des tenues anti-radiations blanches inspectaient l'objet. Après qu'il ait été escorté au dehors il lui a été dit qu'il avait juste vu un objet qui serait connu du public dans une vingtaine d'années.

Voir aussi:

  • 22.10.2005 CNN: "Un camouflet pour les secrets du Pentagone sur les OVNIS par un adjoint de Clinton".
  • 09.12.2005 Presse: Sci Fi channel toujours à la poursuite de l'engin de Kecksburg.

-------------------------------------------------------------------

Brèves nouvelles sur les OVNIS dans les mass media:

CNN, 22 OCTOBRE 2002 - UN ADJOINT DE CLINTON CONTRE LE SECRET SUR LES OVNIS:

La source de cette information est CNN, voir:
www.cnn.com/2002/TECH/space/10/22/ufo.records/index.html

L'article est reproduit ici à seule fin d'information et d'éducation de par sa traduction en Français; cette traduction n'est pas le fait de CNN. Je vous encourage à visiter la page web originale de CNN sur www.cnn.com/2002/TECH/space/10/22/ufo.records/index.html

Un camouflet pour les secrets du Pentagone sur les OVNIS par un adjoint de Clinton

Par Richard Stenger
CNN
Mardi, 22 Octobre 2002

(CNN) -- Pendant une nuit d'hiver en 1965, des témoins oculaires ont vu un aérolithe filer au-dessus de l'Amérique du Nord, faire un virage, faire un demi tour, et apparemment s'écraser en Pennsylvanie occidentale. Alors des nuées de militaires ont ratissé le secteur et finalement un camion bâché est ressorti des bois.

Maintenant un ancien chef du personnel de la Maison Blanche et un journaliste d'investigation international veulent savoir ce que le Pentagone sait, l'invitant à publier les dossiers secrets à ce sujet et au sujet d'autres incidents impliquant des objets volants non identifiés, ou OVNIS.

"Il est temps pour le gouvernement de rendre public les dossiers qui ont plus de 25 ans et de fournir à des scientifiques les données qui aideront à déterminer la vraie nature de ce phénomène," a dit ce mardi l'ex-adjoint de Clinton, John Podesta.

Aucun porte-parole du Pentagone n'a pu être joint pour obtenir un commentaire concernant ces demandes d'information.

En dépit du peu de créance qui leur sont accordé, des cas de phénomènes aériens étranges qui défient les explications abondent - qu'ils aient eu pour témoins des milliers d'habitants de l'Arizona, des pilotes de compagnies aérienne ou un président des États-Unis.

Cette nouvelle initiative ne vise pas à prouver l'existence des extraterrestres. Le groupe veut plutôt rendre légitime la recherche scientifique sur les phénomènes aériens inexpliqués.

Podesta a été l'un des nombreux poids lourds de la politique et des médias réunis à Washington D.C., pour annoncer une nouvelle association pour accéder aux dossiers secrets du gouvernement au sujet des OVNIS.

Spécifiquement, la coalition pour la liberté d'information (CFI, Coalition for Freedom of Information) presse l'Armée de l'Air pour obtenir des documents impliquant les programmes Moon Dust, et l'opération Blue Fly, opérations clandestines dont on rapporte qu'elles ont existé il y a des décennies pour étudier les OVNIS et pour retrouver des objets d'origines inconnues.

Cas mystérieux?

L'un des cas les plus mystérieux, l'incident de Kecksburg, en Pennsylvanie le 5 Décembre 1965, est cité en premier dans la demande de ce groupe pour accéder au dossiers en vertu de la Loi sur la Liberté de l'information (FOIA, Freedom of Information Act).

En dépit de l'histoire officielle du gouvernement selon laquelle l'objet était une météorite, quelques témoins oculaires ont affirmé qu'un camion militaire a transporté à un objet en forme de gland et de la taille d'une petite voiture depuis l'emplacement de l'accident dans la campagne de la Pennsylvanie jusqu'à une base aérienne en Ohio.

"Nous n'arrivons pas à comprendre la raison pour laquelle ces informations sont refusées. Le gouvernement ne veut même pas reconnaître qu'un incident a eu lieu mais nous savons qu'il a eu lieu," a dit Leslie Kean, un journaliste indépendant basé en Californie qui a rédigé la requête selon la loi FOIA.

Dans les années 40, 50 et 60, le gouvernement a pris la recherche sur les OVNIS au sérieux, et les généraux les plus hauts placés ont considéré le pour et le contre quant à informer le public des États-Unis, a indiqué Kean, citant des mémos top secrets.

En 1969, cependant, l'Armée de l'Air a mis fin au programme Blue Book, concluant qu'aucun OVNI rapporté n'était une menace pour la sécurité nationale.

Paradoxalement, fait remarquer Kean, les militaires continuent à nier certaines demandes d'information sur les OVNIS en citant des problèmes de sécurité nationale.

Une tentative de faire cesser la ridiculisation

Soutenu par la chaîne TV SCI-FI Channel, le CFI espère réduire le facteur de ridiculisation scientifique dans ce pays quand le sujet est les OVNIS.

"Il y a de façon certain des preuves de phénomènes étranges dans le monde. Ceux-ci sont bien documentés," a dit Kean, qui a écrit pour The Nation, The Boston Globe et l'International Herald Tribune.

"La plupart des gens pensent pas qu'il n'y a pas de preuves parce qu'ils n'en ont pas cherché. Il y a une telle fermeture d'esprit au sujet des petits hommes verts dans notre culture. Il est difficile d'aboutir à quoi que ce soit dans un tel contexte."

Le directeur du CFI, Ed Rothschild, travaille également pour l'agence de relations publiques de Podesta, PodestaMattoon, qui coordonne le nouveau groupe avec le soutien du SCI-FI Channel. Il a dit que l'initiative était un appel pour une recherche sérieuse, pas un coup publicitaire pour ce réseau du câble.

"Le SCI-FI Channel s'est intéressé aux OVNIS depuis un certain temps maintenant. La différence ici est qu'ils concentrent l'attention sur le côté sérieux et réel du problème, que les scientifiques n'ont pas eu une chance de l'examiner complètement," dit Rothschild.

"Naturellement cela pourrait les aider pour leur audience. Mais SCI-FI Channel a pensé qu'ils ont quelques ressources qu'ils pourraient mettre sur la table."

------------------------------------------------------------

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

KECKSBURG, UN AUTRE ROSWELL:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Central Daily Times, USA, 8 décembre 2005.

Un chercheur s'exprimant sur le Sci Fi Channel demande les fichiers 'OVNIS' de la NASA

PITTSBURGH - Des chercheurs et les témoins qui pensent qu'un OVNI a atterri dans les bois de la Pennsylvanie occidentale il y a 40 ans marquent un autre anniversaire ce vendredi: deux ans se sont écoulés depuis qu'un procès a été ouvert pour obliger la NASA à publier les documents sur ce qui s'est produit.

Un porte-parole de la NASA dit qu'il n'y a aucune dissimulation: l'"OVNI" était un satellite russe, mais les dossiers gouvernementaux le documentant ont été perdus.

Leslie Kean, un journaliste d'investigation soutenu par le Sci Fi channel, et un groupe relié à la chaine TV ont poursuivi la NASA il y a deux ans en vertu de la loi sur la liberté de l'information.

Kean veut les dossiers sur ce qui s'est produit le 9 décembre 1965, dans le hameau isolé de Kecksburg, à environ 30 miles au sud-est de Pittsburgh. Les témoins ont décrit un "aérolithe" dans le ciel du soir, et un objet métallique et en forme de gland de chêne d'environ 12 à 15 pieds de hauteur et 8 à 12 pieds de diamètre qui a atterri doucement dans les bois, selon des comptes rendus d'alors dans les médias.

L'avocat de Kean, Lee Helfrich a indiqué qu'elle introduira vendredi un nouveau mouvement de cour "pour faire avancer" la recherche d'information par la NASA.

La NASA nous a snobbé trop longtemps, et dans le processus nous a donné de gros éléments montrant qu'ils sont recalcitrant et agissant de façon déloyale," a dit Helfrich. "Qu'est-ce que la NASA essaye de cacher?"

Rien, dit Dave Steitz, porte-parole de la NASA.

L'objet a semblé être un satellite russe qui est entré dans l'atmosphère et s'est brisé. Les experts de la NASA ont étudié des fragments de l'objet, mais les enregistrements de ce qu'ils ont trouvé ont été perdus dans les années 90, dit Steitz.

"En règle générale, nous ne dépistons pas les OVNIS. Ce que nous pourrions faire, et ce que nous avons apparemment fait en tant qu'experts en matière de vaisseau spatial dans les années 60, était de jeter un coup d'oeil à quoi que ce soit que cela ait été et donner notre avis expert," a dit Steitz. "Nous avons fait cela, nous avons mis le cas dans un tiroir et c'était fini. Malheureusement, les documents soutenant ces résultats ont été égarés."

Kean et Helfrich ne croient pas cette explication.

Kean a dit que Nicholas L. Johnson, le scientifique en chef en ce qui concernet les débris orbitaux à la NASA, a déterminé l'objet n'a pas pu être un satellite russe ni n'importe quel autre objet fait par l'homme, après avoir étudié les trajets orbitaux des satellites connus et d'autres dossiers de 1965.

Johnson n'a pas immédiatement répondu aux appels pour son commentaire jeudi à son numéro de téléphone listé sur le site web de la NASA. Steitz à renvoyé les questions sur les affirmations de Kean au Johnson Space Center de la NASA à Houston, qui n'a pas immédiatement commenté.

Les témoins affirment que du personnel militaire a interdit l'accès au site, enlevé l'objet et menacé les résidants qui ont remis en cause l'incident. Les militaires ont ensuite dit que l'objet était un météore.

Ce samedi, Kean, Helfrich et d'autres en rapport avec un documentaire du Sci Fi Channel parleront au hall des pompiers de Kecksburg, où une maquette de l'objet est exposée en permanence.

Kean a indiqué qu'une paire de scientifiques de l'université de Virginie Occidentale qui ont examiné le site de l'atterrissage ont rapporté avoir fait deux découvertes récemment.

Le professeur de sylviculture Ray Hick sa compté les anneaux de croissance des arbres et a déterminé que les arbres dans le secteur ont été endommagés en 1965. Hicks, cependant, a indiqué que les arbres ont été probablement endommagés par la glace, et on cassé ensuite à cause du vent. Il dit que ses résultats ne soutiennent pas l'affirmation de Kean que "quelque chose a physiquement atterri" à l'emplacement.

Le Géoarchaeologue J. Steven Kite indique qu'il n'a trouvé aucune évidence pour soutenir l'impact à grande vitesse d'un météore ou de tout autre grand objet - ce dont Kean indique que cela soutient les comptes rendus de témoins qu'un engin spatial a atterri doucement.

-------------------------------------------------------------------------

http://www.ufocom.org/pages/v_fr/m_news/Kecksburg

 

Retour sur l'affaire de Kecksburg (1965)

La chaîne de télévision SCI-FI s'apprête à poursuivre en justice des agences gouvernementales américaines pour obtenir la déclassification de documents relatifs aux Ovnis




Reprenant une brève récente de Reuters, signée par Michael Learmonth (voir traduction ci-dessous), CNN nous annonce que la chaîne de télévision SCI-FI s'apprête à poursuivre des agences d'Etat américaines pour obtenir la déclassification de documents relatifs aux ovnis.

Cette nouvelle n'est pas très originale en soi car de nombreuses associations ufologiques en font autant au nom du "Freedom of Information Act" (voir référence). L'intérêt de cette information est surtout de replacer sur le devant de la scène une affaire quelque peu oubliée, celle de Kecksburg, en Pennsylvanie, qui remonte à 1965. Celle-ci est à notre avis importante, puisqu'une ville des USA a été placée, certes brièvement, sous le coup de la loi martiale, après un crash supposé d'Ovni qui se serait produit à proximité.

D'après des informations publiées sur le site "Les OVNIs vu de près", des témoins de l'époque auraient vu très peu de temps après le crash, "un camion quitter le secteur, transportant un grand objet ovale recouvert de feuilles. Un autre témoin décrit l'objet comme une forme ovale, avec des butoirs sur sa base.
Il a également noté qu'il y avait des pictogrammes étranges sur la surface de l'engin. Une équipe de trois hommes a été expédiée pour étudier et récupérer un objet responsable d'une début d'incendie. Cette équipe de trois hommes est maintenant connue; elle était composée de membres du projet "Moon Dust" chargé de récupérer des objets venus de l'espace, un projet alors fortement confidentiel".

Cette version est en contradiction avec la version des autorités américaines qui affirment qu'elles tentaient alors de récupérer un satellite de l'ex-URSS, Cosmos 96. Cette version n'est pas entièrement réfutée par Stan Gordon, un ufologiste qui a enquêté pendant plusieurs années sur ce cas. Le site qu'il anime est malheureusement peu informatif et présente une vocation commerciale clairement affichée. Il est également à l'origine d'une pétition qui poursuit les mêmes buts que ceux de la chaîne SCI-FI.

Alors info ou intox, ovni ou satellite, le débat reste ouvert.

Anne, équipe investigations et Yves, équipe science
24 octobre 2003

____________________________


NEW YORK, 21 oct. (Reuters) - La vérité est ailleurs, et la chaîne SCI FI est déterminée à la trouver, même si cela signifie qu'il lui faut poursuivre la NASA, le Département de la  Défense, l'Armée Américaine et l'US Air Force pour obtenir des documents liés aux objets
volants non identifiés.

SCI FI, une chaîne câblée qui diffuse des programmes de fiction tel que « Battlestar Galactica », tout comme des documentaires qui explorent la frontière séparant la réalité de la science-fiction, fait partie d'un groupe faisant pression sur le gouvernement fédéral pour déclassifier des informations relatives aux OVNI.

L'année dernière, SCI FI a joint ses forces à celles d'un journaliste d'investigation, d'un cabinet juridique de Washington, et du chef du personnel de l'ancien Président Clinton, John Podesta, pour obtenir des documents concernant un incident qu'ils appellent " Le nouveau Roswell", un ovni aperçu à Kecksburg en Pennsylvanie en 1965.

" Maintenant, un an après, en dépit d'efforts importants pour découvrir les faits, la NASA et le Département de la défense se retranchent toujours derrière leur mur de silence "  déclare le président de la chaîne SCI FI, Bonnie Hammer " Que cela ait quelque chose à voir avec les OVNI, ou non, le public a le droit de savoir."

La Chaîne SCI FI s'apprête a s'engager dans ce qui pourrait se transformer en une série de procès, d'abord contre la NASA, et ensuite contre le Département de la Défense, l'Armée de terre et l'Air Force, et ceci pour obtenir que des documents classifiés soient communiqués au public.

Le groupe a dit qu'il compte intenter un procès à la NASA dans la semaine. Les représentants de la NASA et du Département de la défense n'ont pas souhaité commenter cette annonce dans l'immédiat.

La NASA a été choisie comme la première agence à être poursuivie parce que SCI FI, et son avocat, Lee Helfrich de Washington du cabinet juridique, Lobel, Novins et Lamont, considère qu'ils ont entièrement épuisé les recours administratifs vis à vis de l'agence, un préalable indispensable pour qu'un juge accepte la requête judiciaire.

Tandis que de nouvelles organisations intentent régulièrement des procès à l'Etat Fédéral, sur la base du "Freedom of Information Act", il est relativement rare qu'une chaîne câblée, particulièrement tournée vers le divertissement et non sur l'information, suive une telle ligne de conduite.

Mais Hammer voit un grand potentiel en termes de programmes, dans l'action juridique engagée vis à vis d'agences d'Etat pour obtenir des documents relatifs aux observations d'ovnis, l'ensemble faisant partie des efforts de la chaîne pour "trouver la ligne de démarcation entre la science-fiction et les faits". "Plus la chaîne grandit, plus cela deviendra important", dit Hammer.

En décembre 1965, les résidants de Kecksburg en Pennsylvanie, ont observé une boule de feu qui descendait sur une zone fortement boisée, à 40 miles de Pittsburgh. Cette nuit là, la zone fut bouclée par les militaires, des camions et des hélicoptères sont arrivés puis sont repartis, et la loi martiale a été décrétée en ville pour une très courte période.

Le jour suivant, les gros titres dans le Greensburg, Pennsylvania Tribune-Review affichaient "Un objet volant s'écrase près de Kecksburg" et "L'armée interdit l'accès au secteur ". Les résidants de Kecksburg n'ont cependant jamais été informés de la raison pour laquelle les militaires ont bouclé le secteur, ni de ce qui a été trouvé, pour autant que quelque chose l'ait été.

Les résultats de la nouvelle enquête de la chaîne SCI FI sur l'incident seront diffusés vendredi, dans un documentaire présenté par Bryant Gumbel, appelé "Le nouveau Roswell : l'affaire de Kecksburg révélée".

A Kecksburg, la chaîne a engagé un expert en sylviculture de l'université de "West Virginia", qui a découvert des défaut de croissance et des malformations sur des troncs des arbres suggérant qu'un "événement traumatisant" se serait produit en 1965.



REFERENCES:

La brève de Reuters:
http://biz.yahoo.com/rc/031021/media_scifi_1.html

L'article de CNN:
http://edition.cnn.com/2003/TECH/space/10/21/ufo.records.reut/index.html

Le Freedom of Information Act
http://freedomofinfo.org/

L'enquête administrative de Patrick, sur le site "Les
OVNIs vu de près"
http://www.chez.com/lesovnis/htm/kecksburg65f.htm

La version Cosmos 96
http://archive.anomalies.net/case-studies/kecksbrg.htm

Une interview de Stan Gordon par David Templeton, du
Post-Gazette
http://www.post-gazette.com/magazine/19980908ufo1.asp

Le site de Stan Gordon:
http://www.westol.com/~paufo/

Et des informations sur la pétition qui circule
http://www.pittsburghlive.com/x/dailycourier/s_121500.html

 



14/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 326 autres membres