Pseudohistoire

 

Pseudohistoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le mot pseudohistoire (aussi prim'histoire ou parahistoire) est une étiquette[1] péjorative apposée par les détracteurs d'un travail présenté comme un travail d'historien mais dont la démarche viole les règles de la profession aux yeux des censeurs.

La pseudohistoire traite d'événements à la réalité discutable et qui se seraient déroulés avant ou en parallèle de l'histoire officielle. Les sujets d'étude de la pseudohistoire sont généralement d'hypothétiques civilisations avancées et que l'on imagine connaissant l'écriture.

Quelques critères ont été suggérés pour déterminer si un livre relève de la pseudohistoire[2] :

  • L’ouvrage poursuit un but politique, religieux ou idéologique.
  • L’ouvrage n'est pas publié dans une revue scientifique ou n'a pas été passée en revue par des pairs.
  • Les principaux faits mentionnés à l’appui de la thèse du livre sont spéculatifs, controversés ou font partie des cas suivants:
  1. les sources ne sont pas correctement citées;
  2. interprétées de manière incohérente;
  3. se voient accorder une importance anormale;
  4. sont citées hors de leur contexte;
  5. sont déformées, involontairement, accidentellement, ou frauduleusement.
  • Des explications divergentes et plus simples pour le même ensemble de faits, données par des spécialistes et correctement référencées, ne sont pas mentionnées.
  • L’ouvrage fait référence à une ou plusieurs théories de la conspiration ou à des explications complexes, alors qu'une explication plus simple peut être trouvée et devrait être retenue en application du rasoir d'Occam
  • Où au contraire, réfute catégoriquement toute possibilité de manipulation dans le déroulement ou le récit du déroulement d'un événement.

Le problème de flou dans la définition est le même que pour la pseudo-science, qui d'ailleurs se reconnait à peu près par les mêmes critères.

Les sujets de recherche les plus célèbres sont ceux sur les mythes de la Genèse (quête de l'arche de Noé), l'Atlantide ainsi que son pendant Pacifique, Empire de Mû ou la Lémurie en Afrique, considérés par les sceptiques comme des métaphores politiques ou de pures inventions ayant aussi peu de réalité que la cité de Troie, les royaumes de Colchide, de Cipango, l'existence du serpent de mer ou de vie dans les abysses.[réf. nécessaire]

Outre les civilisations humaines du passé, la pseudohistoire étudie aussi les visites supposées d'extra-terrestres sur Terre. Ainsi, le tarmac supposé formé par les pétroglyphes de Nazca ou bien les peintures des Dogons entre dans le champ de la discipline.

Parmi les recherches afférentes, notons la cryptozoologie (plus pour des êtres censément intelligents comme le Yéti ou le Sasquatch que pour le monstre du Loch Ness).

Notes et références[modifier]

  1. Garrett G. Fagan, Archaeological Fantasies : How Pseudoarchaeology Misrepresents The Past and Misleads the Public, ISBN 978-0415305938
  2. Douglas Allchin, Pseudohistory and Pseudoscience [archive]

Voir aussi[modifier]

Articles connexes[modifier]



09/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 257 autres membres