Space opera : se déroule à une échelle interplanétaire

 

Space opera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pour les articles homonymes?, voir Space Opera (homonymie).
Cet article fait partie de la série
Science-fiction
La SF à l'écran
autre-A-B-C-D-E-F-G
H-I-J-K-L-M
N-O-P-Q-R-S-T
U-V-W-X-Y-Z
Le monde de la SF
Auteurs - BD de SF
Fandom - Prix littéraires
Thèmes et genres
Catégorie:science-fiction

Le space opera ou opéra de l'espace[1] est un sous-genre de la science-fiction.

Sommaire

[masquer]

Définition [modifier]

Les récits de space opera ont pour caractéristique commune de se dérouler à une échelle interplanétaire (allant jusqu'à l'échelle de l'univers), ce qui a pour effet de magnifier les enjeux des thématiques abordées par le récit de science-fiction : l'avenir de l'espèce humaine, les rencontres avec des espèces extraterrestres, les enjeux politiques (conflits entre des entités à l'échelle galactique), l'écologie (Dune)... Les autres effets du space opera sont que les personnages peuvent paraître par comparaison encore plus infimes, que de nouvelles explorations sont possibles que ce soit en territoires explorables ou en découvertes de sociétés jusqu'à présent en autarcie.

Historique [modifier]

Le « space opera » fut tout d'abord une expression péjorative. Elle a été utilisée pour la première fois par l'écrivain Wilson Tucker dans son fanzine Le Zombie en 1941[2]. Il entendait ainsi désigner, par analogie avec les expressions « horse opera » (Western opera) et « soap opera » (littéralement : opéra de savon), ce qu'il qualifiait de « the hacky, grinding, stinking, outworn space-ship yarn », autrement dit de mauvaises histoires d'aventure ou de western transposées dans un cadre spatial. Cette définition fut entérinée par l'une des premières encyclopédie de SF, Fancyclopedia, en 1944 ainsi que dans sa réédition de 1959. En son sens péjoratif, elle est encore parfois usitée de nos jours[3].

Un penchant nostalgique pour les histoires de type space opera dans le sens originel ont mené a une réévaluation du terme. Il est dorénavant communément utilisé pour signifier une histoire d'aventure spatiale dont le point fort consiste en des personnages forts, une dramaturgie et une action spécifiques. Les chefs de file de ce nouveau space opera furent E. E. Smith (avec ses séries Skylark et Lensman), Edmond Hamilton, Jack Williamson et plus tard Leigh Brackett.

Les premiers écrivains de space opera n'eurent bien entendu pas de modèles de vie dans l'espace sur lesquels se baser. Leurs premières histoires doivent énormément aux récits d'aventure et aux pulps des années 1920 à 1940 ; notamment les histoires de western et les récits ayant un contexte exotique tels que l'Afrique ou l'Orient. Il y eut de nombreux parallèles entre les récits maritimes et les vaisseaux spatiaux, les explorateurs de l'Afrique et les explorateurs spatiaux, entre les pirates et les pirates de l'espace.

Les caractéristiques [modifier]

Un space opera se déroule habituellement dans l'espace ou sur une (ou plusieurs) planète(s) distante(s). La plausibilité d'un récit de space opera peut varier considérablement ; dans de nombreux cas, pour les besoins de la narration, les lois de la physique telles qu'elles sont connues à ce jour ne sont pas respectées : présence de sons dans le vide spatial tels que les bruits d'explosions ou des réacteurs des vaisseaux dans La Guerre des étoiles par exemple, où l'on constate par ailleurs des improbabilités confinant à l'impossible : la quasi majorité des planètes sont habitables par l'homme, les extraterrestres parlent couramment l'anglais, sans parler bien sûr des décalages temporels énormes dus à la relativité qui empêcheraient toute concomittance entre des systèmes planétaires aussi éloignés...

A contrario, certains auteurs de space opera s'efforcent de rendre leurs récits plus crédibles en y intégrant des éléments qui sont scientifiquement avérés, ou bien en décrivant l'usage de technologies qui n'existent pas encore mais dont la possibilité fait l'objet de débats ou de spéculations dans les milieux scientifiques : sphères de Dyson, téléportation, vaisseaux ralliant deux points de l'espace plus vite que la lumière (sans pour autant dépasser cette vitesse, ce qui pourrait par exemple être rendu possible par l'exploitation, aujourd'hui toute théorique, du phénomène des trous de ver ou bien encore dans le cadre la théorie de l'espace et du temps du physicien allemand Burkhard Heim qui prédit la possibilité de convertir l'énergie électromagnétique en énergie gravitationnelle). Parfois même on rencontre l'usage, dans un space opera, de technologies émergentes dont on peut raisonnablement estimer qu'elles devraient connaître un développement important et une certaine banalisation dans le futur (exemple : les nanotechnologies dont de multiples applications sont couramment utilisées par les personnages du roman L'Aube de la nuit).

Le Néo Space Opera [modifier]

Cette tendance a été instiguée en 1975 par The Centauri Device de John Harrison et, à la suite d'un éditorial paru dans Interzone, par un certain nombre d'écrivains, principalement britanniques, qui ont commencé à réinventer le space opera. Ce nouveau space opera, qui s'est construit à peu près à l'époque au cours de laquelle le cyberpunk émergeait, fut influencé par ce nouveau genre, et peut souvent être caractérisé par la convergence entre space opera, cyberpunk et hard science. Il s'agit d'un space opera plus sombre et qui s'écarte du modèle typique dépeignant le triomphe de l'humanité. Il fait également intervenir des technologies plus récentes et propose des personnages plus profonds que le space opera à l'ancienne. Il conserve, cependant, l'échelle interstellaire voire intergalactique et la grandiloquence du space opera traditionnel. Le Néo Space Opera est par conséquent rigoureux scientifiquement et en même temps ambitieux dans son approche des thématiques traitées. Parmi les tenants du Néo Space Opera, on peut citer : Iain M. Banks, Peter F. Hamilton, Alastair Reynolds, Stephen Baxter, Paul McAuley, John Clute, Charles Stross, M. John Harrison, John C. Wright, Simon Green, and Ken MacLeod, Robert Reed.

Les parodies [modifier]

Exemples de parodies de space operas :

Quelques univers de space opera [modifier]

Littérature [modifier]

Cinéma et télévision [modifier]

Bande dessinée [modifier]

Jeu vidéo [modifier]


Liens externes [modifier]

Notes et références [modifier]

  1. l'OQLF propose cette traduction, fiche qui date de 1996 [1]
  2. [2]| SF Citations for OED, "Space opera"
  3. voir par exemple ce lien)
Genres de science-fiction
Contre utopie - Cyberpunk - Hard science-fiction - Planet opera - Postcyberpunk - Post-apocalyptique - Réalisme fantastique - Space fantasy - Space opera - Steampunk - Techno-thriller - Uchronie - Univers parallèle


07/10/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 258 autres membres