Mur de Planck

Mur de Planck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Mur de Planck (du nom du physicien Max Planck) désigne la période de l'histoire de l'univers où ce dernier avait un âge de l'ordre du temps de Planck, à savoir environ 10-44 secondes. Avant ce temps, période appelée l'ère de Planck, toutes les lois actuelles de la physique classique comme de la physique quantique trouvent leur limitation dans la mesure où il devient nécessaire d'avoir une description microscopique de la gravitation (on appelle une telle théorie gravité quantique) qui reste encore mystérieuse à ce jour. Notre connaissance se heurte donc à un mur conceptuel. Les grandeurs comme la pression, la température sont si élevées que l'espace-temps semble acquérir une courbure infinie, ce qu'on appelle encore une singularité en relativité générale[1]. La taille de l'univers à cet instant est de l'ordre de la longueur de Planck, dénotée LPlanck, et vaut approximativement 10-35m, ce qui est la plus petite distance physique ayant un sens dans les théories actuelles. Elle représente l'échelle de longueur naturelle dans laquelle serait écrite une éventuelle théorie de la gravité quantique.

Le temps et l'espace tels que nous nous les représentons habituellement deviennent des concepts sans doute beaucoup plus compliqués au-delà du mur de Planck, c'est-à-dire pendant l'ére de Planck. Les développements actuels en théorie des cordes et en gravité quantique à boucles suggèrent même que temps et espace ne seraient pas des concepts premiers mais plutôt qu'ils émergeraient d'une réalité physique plus complexe. Il est par exemple possible qu'une fois atteinte l'échelle de Planck, temps et espace ne soient plus continus mais prennent graduellement un caractère discret et discontinu.

Notes [modifier]

  1. Bien sûr, étant donné que précisément les lois qui aboutissent à ces infinis ne s'appliquent plus durant l'ère de Planck, il est tout à fait possible que dans le cadre d'une théorie de gravité quantique appropriée, ces infinis disparaissent et que le comportement de l'univers soit en fait plus régulier. Mais en l'absence d'une telle théorie il est tout à fait hasardeux d'effectuer la moindre prédiction sur la base de calculs classiques.

Voir aussi [modifier]

Sources [modifier]



16/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 327 autres membres