Liste Associations Ufologie

 

Associations [modifier]

De nombreuses associations à travers le monde s'intéressent aux ovnis. Elles sont généralement fondées par des amateurs. Les articles publiés dans certaines revues sont de qualité inégale.

Les associations « historiques » sont les suivantes :

  • L'Aerial Phenomena Research Organization (APRO), fondée par Coral Lorenzen aux États-Unis en 1952.
  • La Commission Ouranos fondée par Marc Thirouin vers 1953.
  • Le NICAP fondée par Townsend Brown en 1955.
  • Lumières dans la Nuit fondée en 1958 par Raymond Veillith. Au départ une revue, LDLN a donné naissance à un important réseau de délégués régionaux, d'enquêteurs et de groupements régionaux.
  • Le Groupe d'étude des phénomènes aériens (GEPA) fondée par un groupe d'ingénieurs, de militaires et d'enquêteurs en 1962. Elle regroupait des scientifiques et des militaires français. Elle a été présidée entre 1964 et 1970 par le général Lionel-Max Chassin. Ce fut la première association ufologique scientifique française. Cette association a pu s'attacher la collaboration de scientifiques extérieurs comme Claude Poher (du CNES). En 1977, l'association prononça sa dissolution, le CNES ayant créé un organisme scientifique officiel d'étude des ovnis : le GEPAN
  • Le GESAG fondé à Bruges par Jacques Bonabot au milieu des années 1960.
  • Le Mutual UFO Network (MUFON), à l'origine Midwest UFO Network, fondée en 1969 aux États-Unis par d'anciens membres de l'APRO ; la principale organisation américaine d'enquête sur le phénomène ovni (3 000 membres en 2012).
  • La SOBEPS fondée à Bruxelles en 1971 par Lucien Clérebaut.
  • le Center for UFO Studies (CUFOS), association internationale de scientifiques fondée en 1973 par l'astronome Josef Allen Hynek


Dans les années 1970, de nombreuses associations régionales ont été créées en France, souvent affiliées à LDLN. Avec l'émergence de la Nouvelle Ufologie, un courant sceptique, les groupes ufologiques vont mettre en scène de nombreux débats opposant les différents courants. Les groupes des années 1980 sont marqués par ces débats.

  • L'A.E.S.V, association pour l'étude des soucoupes volantes, publiant la revue Ovni-Présence ;
  • Le Comité nord-est des groupes ufologiques (CNEGU), groupe ufologique francophone qui travaille dans une optique sceptique, plus particulièrement dans le cadre du modèle sociopsychologique.

La plupart de ces associations ont aujourd'hui disparu.

L'apparition d'internet a eu de lourdes conséquences sur ces clubs d'ufologie. Les groupes tels qu'ils existaient dans les années 1970, avec leurs bulletins ou leurs revues, ont laissé la place dans la plupart des cas à des sites ou des blogs sur internet. Les discussions ont été de plus en plus « contaminées » par des thèmes venus d'outre-Atlantique comme l'affaire de Roswell, déjà très présente à partir du début des années 1990.

  • Les REPAS UFOLOGIQUES, qui, s'ils ne font pas réellement d'enquêtes, permettent aux témoins et aux personnes traitant du phénomène OVNI de s'exprimer en toute sérénité. c'est la plus grosse association traitant des ovnis en Europe.
  • le COBEPS (Comité belge d’étude des phénomènes spatiaux) reprend certaines activités de la défunte SOBEPS en décembre 2007[8] ;
  • Le REUB, association belge d'étude du phénomène ovni fondée par l'ufologue Gaëtan Bovy.

Parmi d'autres associations, on peut noter:

  • Groupement d'Études et de Recherches Ufologiques (G.E.R.U.), très actif ; leur travail consiste à rassembler les témoignages lors d'enquêtes sur le terrain et de les analyser ;
  • OVNI-INVESTIGATION, basée à Lyon, elle étudie le phénomène Ovni en privilégiant le modèle sociopsychologique ;
  • l'association française COMETA, Comité pour des études approfondies, rédactrice du rapport COMETA, rapport privé[9] remis en 2000 à Jacques Chirac et à Lionel Jospin ;
Article détaillé : Rapport COMETA.
  • La 3AF_SIGMA est une commission technique qui fait partie de la 3AF ( Association astronautique et Astronomique de France) Société savante reconnue d'utilité publique qui entend répondre de la manière la plus rigoureuse et objective possible au manque d'information en ce qui concerne le sujet des OVNI. Elle est en contact avec IHEDN ;
  • La FEA : Fédération Européenne AiRPLANE qui regroupe des personnes scientifiques et des techniciens ainsi que des associations en lien avec l'ufologie ;
  • L’Académie d'Ufologie : discrète, mais qui réunit des scientifiques et des techniciens de haut niveau pour étudier le phénomène ;
  • le Committee for Skeptical Inquiryl (anciennement Committee for the Scientific Investigation of Claims of the Paranormal ou CSICOP) est une organisation américaine qui se consacre à la critique des phénomènes « paranormaux » ou de disciplines qu'il juge pseudo-scientifiques comme l'ufologie, la parapsychologie, la cryptozoologie ou encore l'homéopathie. Il s'agit d'une des organisations les plus importantes du mouvement sceptique contemporain, avec la Skeptics Society. Le CSICOP a été fondé en 1976, par le philosophe Paul Kurtz et des membres aussi éminents que Carl Sagan, Isaac Asimov, James Randi, Martin Gardner. Il publie régulièrement un journal, le Skeptical Inquirer (« l'enquêteur sceptique »). Une commission, qui comprend par exemple Robert Sheaffer (ou encore Philip J. Klass de son vivant), se penche particulièrement sur le phénomène ovni ;

Le Phenix Project, association française créée en 2001 par Serge Tinland, ayant comme approche l’étude du sujet et dossier Ovni sous l’angle technico-scientifique de la problématique de la propulsion liée aux Ovnis. Un autre angle du Phenix Project est celui de l’astroarchéologie, ayant comme objectif la recherche sur le terrain des preuves matérielles (artefacts) de la présence et donc de l’existence de la vie intelligente extraterrestre sur terre. Ce nouveau projet SETI a été discuté par les Sceptiques du Québec.[10]



11/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 303 autres membres