Les OVNI au Royaume-Uni - Partie 2

 

http://benzemas.zeblog.com/184282-les-ovnis-au-royaume-uni/

LE DOCUMENT OFFICIEL:


Redfern cite le rapport du Caporal R.A. Rickwood, de la Section des Enquêtes Spéciales qui a relaté ainsi les faits à ses supérieurs:

 

"Le 10 novembre 1966 un message téléphonique a été reçu du lieutenant pilote Williams, base RAF de Shawbury, signalant que Mme Foulkes [adresse du témoin] de Shrewsbury, s'était plainte que sa fille avait été effrayé par un objet dans le ciel tandis qu'elle conduisait sur la route A5 près de Great Ness à 2355 heures le 8 novembre 1966. Cet objet avait émis des lumières brillantes et des faisceaux de rayonnement.

 

 

Les incidents de Monfort Bridge, R-U., 1966


L'ufologue et chercheur fortéen britannique Nick Redfern a découvert que le ministère de la défense du gouvernement britannique a été dépisté en documenté des centaines d'affaires de rencontre avec des OVNIS depuis 1947, ayant pour témoins la Royal Air Force, la police, et le public. Les officiels n'ont jamais reconnu ces activités et ont constamment empêché les citoyens d'apprendre quoi que ce soit à ce sujet. Nick Redfern a aidé à rompre cette conspiration du silence et de l'ignorance en examinant des dossiers OVNIS confidentiels maintenant déclassifiés et disponibles dans les archives Britanniques, et il a prouvé que les OVNIS sont réels et que le gouvernement britannique le sait.


BACKGROUND:


Nick Redfern a sorti ce cas de l'oubli quand en 2004 il lui a été demandé quel était de dossier de cas d'OVNI le plus étrange qu'il ait trouvé dans les archives du gouvernement britannique au cours de ses années de recherches.

 

Le rapport le plus troublant à son avis qu'il a jamais trouvé dans les archives nationales (autrefois nommé Public Record Office, PRO) à Kew, Angleterre, a fait surface en 1999 et se rapporte à un incident en 1966 qui a été noté par les services du British Royal Air Force's Provost and Security Services, "un corps d'élite de la RAF qui jusqu'en 1998 avait son quartier général sur une base aérienne britannique de la RAF, celle de Rudloe Manor, et qui a pendant de nombreuses années le service central allégué pour des opérations secrètes et officielles d'investigations des rapports d'OVNIS."

 

LE DOCUMENT OFFICIEL:


Redfern cite le rapport du Caporal R.A. Rickwood, de la Section des Enquêtes Spéciales qui a relaté ainsi les faits à ses supérieurs:

 

"Le 10 novembre 1966 un message téléphonique a été reçu du lieutenant pilote Williams, base RAF de Shawbury, signalant que Mme Foulkes [adresse du témoin] de Shrewsbury, s'était plainte que sa fille avait été effrayé par un objet dans le ciel tandis qu'elle conduisait sur la route A5 près de Great Ness à 2355 heures le 8 novembre 1966. Cet objet avait émis des lumières brillantes et des faisceaux de rayonnement. A son arrivée à la maison sa fille avait été dans un état de détresse et elle avait découvert des marques sur la voiture, qu'elle a considérée comme étant des marques de brûlure."

 

"Le 14 novembre 1966, Mlle Diane Foulkes, âgée de 22 ans, dactylo employée à Shrewsbury, a été vue à sa maison en présence de ses parents. Elle a déclaré qu'elle avait reçu une lettre datée du 11 novembre 1966 de la base RAF de Shawbury signé par un lieutenant pilote Penny l'informant qu'aucun avion en service n'avait volé dans ce secteur à l'heure de l'incident. On était maintenant satisfait de ce que l'incident n'ait été nullement reliée à la Royal Air Force ou aux forces armées. Elle a alors continué à rapporter des expériences liées à cette enquête. Il y avait eu deux incidents semblables. Le premier s'était produit il y a deux ans en novembre 1964, quand elle avait roulé par Shrewsbury vers sa maison le long de la route A5. C'était à environ 0200 heures pendant qu'elle s'approchait du pont de Montford au-dessus du fleuve Severn. Approximativement à mi-chemin entre Shrewsbury et Great Ness un objet circulaire et brillamment éclairé est apparu dans le ciel au-dessus de sa voiture. Elle avait été effrayée et avait accéléré sur la route. L'objet avait suivi son allure en restant à la même hauteur jusqu'à ce qu'elle soit arrivée à la maison. Elle en avait parlé à sa mère et à son père qui ont également observé l'objet. Elle a décrit l'objet comme une lumière particulièrement brillante dans le ciel, qui est resté stationnaire droit à l'ouest de leur maison pendant environ une demi-heure. Il alors avait rapidement diminué en taille et ils ont supposé qu'il avait accéléré loin d'eux. Aucun bruit n'a été entendu venant de l'objet. La lumière était jaune de couleurs et est devenue rouge tandis qu'elle avait diminué. "

 

"Le second incident s'est produit le 8 novembre 1966 à 2355 heures et encore tandis qu'elle retournait de Shrewsbury sur la même route. L'objet était encore apparu au pont de Montford mais à cette occasion il était beaucoup plus bas dans le ciel et du côté du nord de la route. A cette occasion elle avait pu voir des rayons de lumière partir de l'objet qui a à nouveau paru garder une distance constante avec sa voiture jusqu'à ce qu'elle soit arrivée à la maison. En même temps pendant le trajet l'objet a voyagé près d'elle et les rayons ont semblé venir vers le côté droit de sa voiture. Elle a senti un coup contre ce côté comme si ils l'avaient heurté. A ce moment elle a ressenti comme si elle avait reçu une décharge électrique et avait senti une grande douleur dans son cou. Le phare latéral à gauche de la voiture est également tombé en panne. Ceci l'a extrêmement effrayé. Quand elle est arrivée à la maison, elle s'est sentie très malade et s'en était plainte à ses parents. L'objet est demeuré stationnaire dans le nord de ciel de sa maison et n'avait pas été revu par ses parents. Ils l'avaient remarqué pendant un court instant avant d'aller à l'intérieur de la maison. Il n'y avait eu aucun signe de l'objet le matin suivant."

 

"Les parents de Mlle Foulkes ont confirmé avoir vu un objet dans le ciel lors des deux occasions comme décrit par leur fille et ils ont été en accord avec ses descriptions de ces derniers."

"Mlle Foulkes a encore déclaré qu'elle pensait que les objets pourraient avoir un rapport avec un M. Griffin qui vivait dans le secteur et qui est réputé avoir établi le contact avec ces objets et réellement être rentré dedans et avoir rencontré l'un des occupants. Il est également allégué qu'il ait eu ses contacts avec eux au pont de Montford."

 

"La police civile locale n'a eu aucune information ou rapport d'observations des objets dans le ciel. Il n'y a aucune évidence pour associer les incidents dont on s'est plaint avec la Royal Air Force et la plaignante Mlle Foulkes est maintenant satisfaite de ce que ces incidents sont inexplicables et ne sont nullement liés aux forces armées." 
 

Redfern note qu'il y a eu clairement une expérience hors de l'ordinaire:

 

"... les rayons de lumière émis" qui ont enveloppé sa voiture; le choc de type électrique, comme la douleur qui est apparue dans son cou pendant que le véhicule était baigné dans le faisceau de lumière; la perte de puissance des phares de la voiture (quelque chose qui est rapportée maintes et maintes fois dans les rencontres d'OVNIS); et le fait potentiellement inquiétant que l'expérience avait laissé le témoin "très malade.""
Il note que peut-être le facteur le plus significatif était la référence des services du PRovost et de la Sécurité à un homme à proximité qui a eu le "contact avec ces objets et réellement entré dans l'objet et a rencontré l'un de ses occupants." Il commente:

 

"Avant les années 70, très peu d'échos avaient été donnés à des incidents allégués d'enlèvements extraterrestres; cependant, plusieurs des facteurs présent dans le rapport du P&SS me mènent à penser que quelque chose très étrange a effectivement eu lieu dans la région de Great Ness de Shrewsbury en 1966, et que ce "quelque chose" a très probablement été en rapport avec les rencontres avec des enlèvements."
Il note également que malgré le fait que le dossier officiel sur ce cas ait été déclassifié il y a plus d'une demi décennie, et que le dossier a été examiné par un certain nombre de chercheurs ufologues, "il semble que peu ou pas de tentative n'ont été faite pour résoudre le cas." Il espère que quelqu'un tentera maintenant d'essayer de répondre à la question de ce qui s'est vraiment produit là bas à cette époque.

 

REFERENCES:

 

Fichier des Archives Nationales Britanniques numéro AIR 2/17984, the National Archives, R-U.
"The Strangest UFO File? UFOs in the Archives - Military Documents On Amazing UFO Encounter", article par Nick Redfern, 20 décembre 2004, sur le site web du magazine Phenomena à www.phenomenamagazine.com/0/editorial.asp?aff_id=0&this_cat=Area+51&action=page&obj_id=2142
Suggestions de lecteures additionelles:


"A Covert Agenda - The British Government's UFO Top Secrets Exposed", livre par Nick Redfern, Simon & Schuster éditeur, ISBN: 0-6848-1937-6, 1997.
"Strange Secrets - Real Government File on the Unknown", livre par Nick Redfern and Andy Roberts, Paraview Pocket Books éditeur, ISBN: 0-7434-6976-3, 2003.
The National Archive, l'organisme qui gère les archives nationales Britanniques déclassifiées, a son site web et son catalogue à:

http://www.catalogue.nationalarchives.gov.uk

Leur adresse est:

The National Archivesemail: enquiry@nationalarchives.gov.uk
Tél: +44 (0) 20 8876 3444

 

http://ufologie.net/htm/monfortbridge1966f.htm

 

14 octobre 1954, North Weald, Essex, rencontre OVNI - jet RAF:


Le Lieutenant J.R. Salandin du 604th escadron de chasse de la RAF, pilotant un chasseur bi-réacteur Gloster Meteor dans le North Weald, Essex, Royaume-Uni, le 14 octobre 1954, a presque heurté de front un objet apparaissant comme énorme et métallique. L'OVNI avait la forme de deux assiette accolées bord à bord, l'une inversée sur l'autre. A la dernière seconde, il a viré sur le côté et a filé au loin de l'avion à une vitesse énorme. Deux OVNIS ronds avaient juste été aperçus filant entre deux autres jets Meteor tout près juste avant l'observation du Lieutenant Salandin.


RESUME:


Le 14 octobre 1954, le Flight-Lieutenant James R. Salandin, pilotant un chasseur bi-réacteur Meteor, a évité de peu la collision avec un objet volant non identifié au-dessus de Southend-on-Sea, Essex.

Ce qui s'est produit a été relaté par Derek Dempster, qui était à ce moment le rédacteur de la Flying Saucer Review, et l'histoire est apparue dans le tout premier numéro du magazine. Derek Dempster était lui-même un ancien pilote de la RAF et savait que les pilotes prennent garde à leur réputation professionnelle et évitent de faire du sensationnel.

 

Le Lieutenant Jimmy Salandin était un des pilotes "du week-end" de l'escadron numéro 604 du compté du Middlesex, Royal Auxiliary Air Force. Il s'était présenté pour son service à North Weald, Essex, dans l'après-midi du 14 octobre, et à 16:15 il avait décollé dans son jet Gloster Meteor Mark 8. S'élevant dans la direction du Sud dans un ciel bleu et sans nuages il a bientôt observé deux Meteor volant en formation haut au-dessus de lui laissant de longues traînées de vapeur. Le Flight-Lieutenant Salandin a observé le passage des deux avions tout en vérifiant de temps en temps ses instruments.

 

Il avait atteint l'altitude de 4880 mètres au-dessus des zones périphériques de Southend, quand à sa surprise il a vu deux objets circulaires, voyageant dans la direction opposée aux Meteors, jaillir entre eux. Un des objets était argenté en couleurs, l'autre doré. Salandin les a observés jusqu'à ce qu'ils aient disparu, à la position "9 heures" à sa gauche, sur le côté.

 

Après vérification de ses propres instruments il a tourné son regard devant lui. Sa surprise a tourné à l'horreur - parce qu'il a vu un objet argenté foncer directement vers lui. Pendant quelques secondes dramatiques il a vu une chose qui était bombée sur le dessus, cerclé comme par deux assiettes accolées au milieu, et bombé au dessous. Il ne pourrait pas avoir été très loin parce qu'il a rempli le pare-brise." (Derek Dempster a noté l'envergure de 11 mètres du Meteor] et que la soucoupe occupait la dimension du pare brise vue à une distance estimée à 140 mètres. La soucoupe volante, qui voyageait à une vitesse énorme, a évité une collision frontale à la toute dernière seconde en faisant un écart brusque au loin en passant près de la droite du jet.

Très secoué, le Flight-Lieutenant a volé aux alentours tranquillement pendant à peu près 10 minutes pour retrouver son calme, et a rapporté son expérience au contrôle au sol. Il a été embarrassé quand il s'est rendu compte plus tard que sa caméra, un équipement standard sur cet avion de combat - avait été chargé pendant tout le temps de la rencontre. Avec la rapidité à laquelle tout s'était produit, il n'a pas eu le temps pour appuyer sur le bouton. Une occasion valable de recueillir des preuves avait été manquée pour l'ufologie.

Les sources de l'information ci dessus sont: le London Illustrated News du 2 Décembre 1954, la RAF Flying Review de Juillet 1957, et Richard Hall, du NICAP.

 

LA PRESSE:


True Magazine, 1967:


"The TRUE Report On Flying Saucers," a publié en 1967 un paragraphe mentionnant cette observation parmi de nombreuses autres:

 

Un pilote de la RAF a rencontré un OVNI le 4 (le 14) octobre 14, 1954. Le Lt. J. R. Salandin du 604e escadron de chasse, pilotant un jet Meteor dans le North Weald, Essex, a presque heurté de front un objet énorme et d'apparence métallique. L'OVNI était en forme de deux soucoupes accolées, l'une inversée sur l'autre. A la dernière seconde, il s'est renversé sur le côté et a filé à une vitesse énorme. Deux OVNIS avaient été aperçus entre deux autres jets Meteor à proximité juste avant l'observation du lt. Salandin.
  

Note: il y avait eu une erreur au sujet de la date dans le résumé publié dans la Flying Saucer Review, qui a été corrigé dans les prochains numéros, mais que TRUE n'a pas corrigée. La date fausse est 4 octobre, la date correcte est 14 Octobre.

 

TIM GOOD INTERVIEWE LE TEMOIN, 1985:


Timothy Good a interviewé le Flight Lieutenant James R. Salandin in 1985 et a vérifié certain détails avec lui:

Le 14 Octobre 1954, le Lieutenant Salandin de l'escadron 604, du Compté Middlesex, Royal Air Force, a décollé à 16:15 de sa base de RAF North Weald au Nord de l'Essex, dans un Meteor Mk 8. Le temps était parfait:

 

Le Flight Lieutenant Salandin lui a déclaré:

 

"Quand j'étais à environ 16.000 pieds j'ai vu un grand nombre de traînées peut-être à 30.000 ou 40.000 pied-au-dessus du North Foreland. Au milieu des traînées j'ai vu que trois objets que j'ai cru être des avions, mais ils ne faisaient pas de traînées. Ils sont descendus par le milieu de cela vers Southend et se sont alors dirigés vers moi."


"Quand ils sont arrivés à une certaine distance deux d'eux sont partis au loin l'un doré à ma gauche et l'autre argenté et le troisième objet est venus directement vers moi et s'est rapproché à centaines de yards, remplissant presque le pare-brise, alors il est parti au loin vers mon bâbord. J'ai essayé de tourner en rond pour le suivre, mais il avait disparu."


Il était en forme de soucoupe avec une bosse sur le dessus et une bosse au dessous, et était argenté et métallique. Il n'y avait aucune hublot, flamme, ou quoi que ce soit.

 

Le troisième objet ne pouvait pas avoir été loin parce qu'il a presque rempli le pare-brise (l'histoire originale disait qu'il avait recouvert réellement le pare-brise). Un Meteor rempli un pare brise à 150 yards.

Salandin a immédiatement rapporté l'observations par la radio à North Weald. Après l'atterrissage il a rapporté d'autres détails à Derek Dempster, l'officier du renseignement du 604e escadron, qui devait par hasard devenir le premier rédacteur de la Flying Saucer Review en 1955. Le rapport a été envoyé au ministère de l'air mais rien ne fut dit à ce sujet par la suite. Sans Derek Dempster l'histoire pourrait ne jamais avoir été connue.

 

Derek a dit à Tim Good qu'il est absolument convaincu de la sincérité de Salandin, car il l'avait bien connu bon en tant que camarade pilote dans l'escadron 604. Avant de voler à bord de Meteor et de Vampire, "Jimmy" Salandin lui a indiqué qu'il avait acquis de l'expérience dans un certain nombre d'autres avions, y compris 100 heures de vol dans un Spitfire Mk XVI (un avion resté longtemps en service). Salandin regrette seulement qu'il n'y ait pas eu le temps d'appuyer dur le bouton déclencheur de la caméra. Mais ses souvenirs de l'observation demeurent vifs. "Je n'ai pas trouvé une explication satisfaisante pour ce que j'ai vu," a-t-il dit à Tim Good, "Mais je sais ce que j'ai vu."

 

Le rédacteur de la Flying Saucer Review au moment ou Good recueille ces propos est l'ancien diplomate et officier du renseignement Gordon Creighton, qui rapporte une suite intrigante à l'affaire. Après un exposé que Gordon avait présenté à la Chambre les Lords réalisé par le UFO All-Party Study Group, en Novembre 1983, il s'est avéré justement bavarder au sujet de cette observation avec un inconnu qu'il a rencontré sur le trajet en train vers chez lui. Le cas de Salandin a été évoqué au cours de la conversation, et l'inconnu s'est avéré être un ancien membre de l'escadron 604. Gordon lui a indiqué que la FSR avait étudié le cas et avait publié un article à ce propos dans son premier numéro, et il a demandé à l'inconnu si par hasard il avait entendu parler du magazine. "Oh, oui!" a-t-il répondu. "Nous connaissions bien la Flying Saucer Review. Vous étiez les gens au sujet desquels on nous avait dit de toujours rester à l'écart."

 

REFERENCES:

 

London Illustrated News, 2 Décembre 1954.
RAF Flying Review, Juillet 1957.
Flying Saucer Review, Vol.1 No.1 p2, 1955.
The TRUE Report On Flying Saucers, 1967.
Flying Saucer Review, Vol.1 No.2 1984.

 

http://ufologie.net/htm/salandin54f.htm

 



21/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 326 autres membres