Le CONTACTE George Adamski

 

George Adamski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

http://www.ovni007.com/id83.html

http://www.rr0.org/personne/a/AdamskiGeorge/

George Adamski, né en Pologne le 17 avril 1891 et mort le 23 avril 1965 d'une crise cardiaque à Silver Springs, États-Unis, est sans doute le cas le plus célèbre de contacté en ufologie.

Sommaire

[masquer]

Biographie [modifier]

George Adamski
George Adamski

Autodidacte et enseignant les lois universelles lors de conférences, il s'intéresse à l'astronomie et plus particulièrement au phénomène ovni. Il prend plusieurs photographies à l'aide d'un télescope de soucoupes volantes. À partir de 1952, il prétend avoir été contacté par un occupant d'un de ces engins, qu'il décrit ainsi :

"L'homme ressemblait à tout autre homme, et j'ai remarqué qu'il était relativement plus petit que moi et considérablement plus jeune. [...] Alors pour la première fois j'ai vraiment réalisé que j'étais en présence d'un homme de l'espace — un humain d'un autre monde ! La beauté de son apparence dépassait tout ce que j'avais pu voir. Et l'aspect avenant de son visage me libera de toute pensée personnelle. Je me sentais comme un petit enfant en présence de quelqu'un doté d'une grande intelligence et de beaucoup d'amour, et je devint très humble par rapport à moi-même... de lui émanait le sentiment d'une compréhension et d'une gentillesse infinie, avec une humilité absolue."

Adamski rencontrera plusieurs fois cet "homme", qui l'emmènera faire un tour à bord de son véhicule et lui délivrera des messages de paix, se disant préoccupé par les essais nucléaires pratiqués aux États Unis.

Le 13 mai 1963, Adamski prétendra rencontrer le pape Jean XXIII trois jours avant la mort de celui-ci.

George Adamski repose au cimetière des Héros à Arlington (USA).

Réalité ou supercherie ? [modifier]

Adamski, de ses premières interventions jusqu'à aujourd'hui, n'a cessé de diviser les clans ufologues.

Pour certains, il ne fait aucun doute que George Adamski était un homme véritablement en contact avec les extra-terrestres. Ils citent par exemple ses rencontres avec des personnages importants comme le président Kennedy, la reine des Pays-Bas Juliana ou le pape Jean XXIII. Ce dernier lui aurait d'ailleurs remis une haute distinction honorifique vaticane. Les pro-Adamski déclarent aussi que certaines des conversations qu'il aurait eu avec son émissaire extra-terrestre décrivent des phénomènes que la science n'avait pas démontré à l'époque, comme les ceintures de Van Allen ou les images holographiques.

D'un autre côté, les anti-Adamski décrivent ce dernier comme un mystificateur habile. Ainsi, sa rencontre avec le pape ne serait qu'une supercherie, ce dernier étant agonisant sur son lit de mort au moment de la soi-disant rencontre. La médaille honorifique qu'il aurait reçu ne serait en fait qu'un bibelot pour touristes. Ses photographies ne seraient que des trucages, et les témoins de ses rencontres des complices.

Au final, si pour certains, il est "Le premier homme de l’espace", le major Edward Keyhoe le qualifiera d'"opérateur d'un stand de hamburger", relayant la pensée générale de la plupart des scientifiques ufologues, pour qui Adamski aura fait grand tort à leurs études, ses mystifications participant grandement à discréditer leur discipline.

Bibliographie [modifier]

livres de George Adamski [modifier]

  • La possibilité de vie sur d'autres planètes (1946)
  • Flying saucers have landed (les soucoupes volantes ont atterri) (1953) co-écrit avec Desmond Leslie
  • Cosmic philosophy (1961)
  • Behind the flying saucer mystery (Flying saucer farewell)(1961)
  • Telepathy - The cosmic or universal language
  • Inside the space ships (A l'intérieur des vaisseaux de l'espace) par Charlotte Blodget (1955), d'après les propos d'Adamski et traduit de l'américain par Marc Hallet.

livres sceptiques sur George Adamski [modifier]

  • George Adamski de Marc Hallet (Michel Moutet, Regusse, France, 1983)
  • Les sectaires d'Adamski de Marc Hallet (Privately printed, Liège, Belgium, 1984 et 1988)
  • George Adamski - Dernière synthèse de Marc Hallet (Edition privée, Liège, Belgique, 1994)
  • Biographie d'un escroc (Edition privée, Liège, Belgique, 2000) de Marc Hallet

Liens externes [modifier]

Le Vénusien Orthon

orthon.jpg


Chaussure gauche d' Orthon

orthon-right.gif
Chaussure droite d' Orthon

semel1.jpg

 

Le Vénusien aurait dit à Adamski d'avertir le public que l'énergie atomique était beaucoup plus dangereuse que ce qu'on avait amené le public à croire et tous les essais nucléaires devraient être bannis... suivi de messages pour la paix sur Terre et pour l'Amour universel, etc.

 

adamski4.jpg

Dessin étrange trouvé sur la pellicule photo
qu'un extraterrestre avait empruntée à George
Adamski.

pelic1.jpg

En novembre 1952 ce contact constituait des nouvelles phénoménales dans les médias internationaux et une grande partie du public a cru qu'un contact historique avait réellement été réalisé avec une autre planète. Des photos nettes ont été publiées dans de nombreux journaux et magazines, et Adamski a été traité comme un héros lors de ses voyages dans les capitales étrangères où de nombreux leaders mondiaux l'ont accueilli. Tel n'a pas été le cas dans la capitale des États-Unis et aux Nations unies.

Une des photos qu'Adamski aurait prise le 13 Décembre 1952 à 9 h Palomar Gardens (Californie) à travers un téléscope de 6 pouces.
 
Navette à bord de laquelle George Adamski embarqua le 20 novembre 1952 pour une « mini-croisière » à travers le système solaire.

adamski3.jpeg

Ci-dessous une image trouvée par la fondation Adamski ressemblant beaucoup à la photo ci-dessus.

compare.gif

 

Vaisseau-mère de type cigare photographié par George Adamski le 5 mars 1951 à Palomar Gardens (Californie) à l’aide du de son télescope 6 ”, alors qu’il vient de larguer 5 soucoupes-navettes dans l’espace.

1951-03-05.jpg

adamski-mothership.gif

adam6.jpg

Diagramme de la structure interne d'un "vaisseau mère" vénusien selon Adamski
(Dessin de Glenn Passmore, 1952)

1952_adamski_mothership.jpg

adamski.gif

=====
 
 
Adamski posant à côté d'une illustration de son émissaire Vénusien.

adamski-venusien.jpg

 

-------------

George Adamski

Home
Adamski

George Adamski nait en Pologne le 17 avril 1891, et émigre aux USA avec ses parents lorsqu'il a 1 an 1/2. Après une vie errante incluant un service militaire près de la frontière mexicaine, il se range et devient professeur de métaphysique et de philosophie. En 1936 il fonde en Californie un Ordre Royal du Tibet, qui restera relativement confidentiel. En 1944, il va sur les pentes du Mont Palomar en Californie : à côté du plus grand télescope du monde, il passe beaucoup de temps en astronome amateur à étudier le ciel à l'aide d'un réflecteur de 6 pouces.

Adamski développe une passion pour la vie extraterrestre et les ovnis. En 1946 sa mère meurt [1]. Cette année-là, il publie un traité de 10 pages sur la possibilité de vie sur d'autres planètes [2].

Premières photos

En 1948 il présente une première photo d'ovni. En 1949 il sort un livre de science-fiction intitulé Pionneers in Space (voyage vers la Lune, Mars et Vénus), en fait écrit par Lucy McGinnis (disponible à la Bibliothèque du Congrès, sous forme de microfilm) [3]. Le 29 mai 1950, il raconte avoir vu des escadres dans son télescope :

Alors que l'observait la Lune avec mon téléscope 6 pouces je remarquais plusieurs points de lumière minuscules s'élevant apparemment de la surface de la Lune. J'avais observé ce corps durant de si longs moments au cours des vingt dernières années mais je n'avais jamais rien vu comme ceux-là. J'attachais rapidement l'appareil photo et pris cette photo. Qu'ils aient été à la surface de la Lune ou stationnant loin d'elle dans l'espace je ne peux le dire. Tout ce que je sais est que les corps célestes naturels ne s'arrêtent pas, ni ne démarrent et changent de direction selon leur propre volonté. Je pense que des voyageurs interplanétaires pourraient utiliser notre satellite comme une base de temps en temps.

De nombreux astronomes ont observé des formations semblables [4]

 

A cette époque Adamski est visité par les Lorenzen qui gèrent l'APRO et vivent alors à Los Angeles. Ceux-ci le trouvent très agréable mais ne lui accordent pas grande crédibilité : Une fois, il a parlé plusieurs fois de la Lune comme une planète, se souvient Coral Lorenzen.

En 1951 il présente une série de 4 autres photos, qu'il aurait prises le 5 mars, avec son télescope 6 pouces. Adamski les présente comme des soucoupes sortant d'un "vaisseau-mère" : sur la première 1 seule soucoupe est visible, et sur chaque image successive plus de soucoupes ont quitté le vaisseau-mère, jusqu'à 6 soucoupes sur la dernière photo (ci-contre).

1er contact

Par la suite, Adamski affirme avoir été contacté par des extraterrestres : le 20 novembre 1952, il aurait installé son télescope dans un endroit favorable au passage des soucoupes volantes, au centre du désert de Californie et aurait attendu, avec 6 autres personnes : George Williamson et sa femme Betty, une connaissance nommée Al Bailey et sa femme, Lucy McGiness la secrétaire d'Adamski, et Alice K. Wells, la propriétaire du Palomar Gardens Cafe.

Très vite, un engin mystérieux aurait atterri. Un être de taille humaine, 1,70 m, se serait alors approché de lui, portant une sorte de combinaison de ski, des cheveux longs et blonds.

Adamski raconte :

Lorsque je me suis approché de lui j'ai ressenti une étrange sensation et je suis resté sur mes gardes. A ce moment j'ai jetté un oeil pour me rassurer et être sûr que nous étions tous les deux visibles de mes compagnons. Apparemment il n'y avait aucune raison de ressentir cette sensation, l'homme ressemblait à tout autre homme, et j'ai remarqué qu'il était relativement plus petit que moi et considérablement plus jeune.

Soudain, comme si un voile était ôté de mon esprit, le sentiment de prudence m'a quitté si totalement que je n'ai plus eu conscience de la présence de mes amis... A ce moment nous étions vraiment proches. Il fit 4 pas vers moi, nous amenant chacun dans les bras de l'autre.

Alors pour la première fois j'ai vraiment réalisé que j'étais en présence d'un homme de l'espace — un humain d'un autre monde ! La beauté de son apparence dépassait tout ce que j'avais pu voir. Et l'aspect avenant de son visage me libera de toute pensée personnelle. Je me sentais comme un petit enfant en présence de quelqu'un doté d'une grande intelligence et de beaucoup d'amour, et je devint très humble par rapport à moi-même... de lui émanait le sentiment d'une compréhension et d'une gentillesse infinie, avec une humilité absolue.

Il me fit comprendre qu'ils venaient en paix. Aussi, comme il le mima, qu'ils étaient préoccupés des radiations partant de la terre. Je lui demandais si cette préoccupation était due aux explosions de nos bombes et leurs vastes nuages radio-actifs ? Il compris cela rapidement et hocha la tête de manière affirmative [6].

Heureusement, Adamski et son équipe ont opportunément emené du platre dans leur voiture, et ils s'empressent de faire un moulage des empreintes de pas du vénusien Orthon. On remarquera la forme de svastika (croix gammée) sur l'avant de empreinte droite, non sans rappeler les sombres fréquentations d'Adamski (Dudley Pelley, Ballard, Williamson) de l'époque.

Ce n'était qu'une 1ère rencontre. Le 13 décembre à Palomar Gardens (Californie), Adamski aurait fait une photo de leur soucoupe, restée célèbre (ci-contre)

Le "vénusien" serait revenu et, pour faire plaisir à l'écrivain, lui aurait fait faire une voyage express autour de la Lune, pour lui montrer des rivières et des lacs sur la face cachée [7].

En raison de la promesse du visiteur de me retourner ma plaque (de film photographique), je restais dans un état d'alerte constant.

(...) Je pus l'observer planer silencieusement dans ma direction - un appareil iridescent semblant fait de verre émettant ses brillantes couleurs dans le soleil du matin !

Je vis le support lâcher... ma seule pensée était alors d'obtenir les photographies ... une fois (la photo) terminée, et avec les témoins présents, et qu'une impression fut faite, il n'y avait plus trace de la photo d'origine - que je pris avant que le visiteur prenne le support - totalement effacée; et elle était remplacée par un étrange photographie et un message symbolique...[8].

Suite à ce premier contact avec ceux qu'il appele des Vénusiens, Adamski commence à dispenser sa bonne parole de la "Philosophie Cosmique". En 1953, il écrit Les soucoupes volantes ont atterri avec Desmond Leslie. Il y raconte ses rencontres, et cite des extraits du livre Les stances de Dyzan, décrit comme provenant de la planète Vénus et apporté aux Indes, pourtant réputé disparu :

Mais la vie avait besoin d'une intelligence pour embrasser l'univers. Nous ne pouvons la lui donner, dirent les ancêtres. Je ne l'ai jamais eue, dit l'esprit de la Terre. L'homme n'était qu'un bhuta vide et sans esprit (...) Ainsi, Venus envoya le plus grand de la planète, le "Sanat Kumara", le "Seigneur de la Flamme", qui descendit sur la Terre avec ses 4 grands maîtres et 100 assistants [9].

Le livre connaît un succès immédiat, étouffant les premières critiques.

Adamski fera ainsi un grand tort à une étude sérieuse des ovnis, de nombreux chercheurs se mettant alors à douter à priori des témoignages. On lui doit plusieurs document à l'authenticité sérieusement remise en cause. Ceci d'autant plus que les canulars et mystifications se succéderont à un rythme au moins aussi rapide que les authentiques apparitions d'ovnis. Le combat en particulier Donald Keyhoe qui le qualifiera d'employé d'un stand de hamburger alors que la presse donne à Adamski le titre d'"astronome" parce qu'il vit dans une maison sur le Mont Palomar où un grand télescope est en operation.

De 1959 à 1960, Adamski va porter sa parole hors des frontières, et est même reçu par la Reine Juliana de Hollande en 1959.

Visite au Pape

Le 13 mai 1963, Adamski rencontre le Pape Jean 23. Sur la place Saint Pierre à Rome (Italie), Adamski demande à ses 2 amies May Morlet et Lou Zinsstag de rester là et de l'attendre. Il traverse alors la foule des touristes et disparaît derrière une porte éloignée. Quelques 30 mn plus tard, il réapparaît et raconte aux 2 femmes avoir vu Jean 23 qui était malade, très certainement, mais avait un teint rosé, et non olivâtre qu'on les gens atteints de cancer lorsqu'ils sont à l'agonie. Il dit aussi avoir vu la fameux jardins du Vatican au travers des fenêtres de la chambre papale (il racontera la même histoire au docteur Perego, alors que la chambre papale fait face à la place Saint Pierre, à l'opposé des jardins). 3 jours plus tard meurt Jean 23. Adamski est revenu avec une "Médaille Dorée d'Honneur" de la part du pape, qui serait, d'après un numismate romain, en fait un souvenir pour touriste produit par une société de Milan [10].

Plus tard, Adamski confessera que 4 savants du gouvernement américain étaient à l'origine du lancement de sa carrière d'ambassadeur des Frères de l'Espace. Ces savants appartenaient au laboratoire d'électronique navale de Point Loma, près de San Diego, et à une organisation similaire de Pasadena. Ceux-ci lui auraient demandé s'il voulait bien coopérer à une tentative collective de prendre des photos des étranges engins se déplaçant dans l'espace.

Adamski indiqua à propos des "foo-fighters" que ces boules de feu avaient pour objectif d'annihiler les effets désastreux des radiations atomiques.

Le film d'Adamski en 1965

En 1965, Adamski présente un film 8 mm pris avec Madelaine Rodeffer montrant un vaisseau vénusien en vol. Le 23 avril, il meurt d'une attaque cardiaque à Silver Springs (Maryland). Il est enterré dans le cimetière d'Arlington. Cette année-là est fondée la Fondation Adamski, dont le l'objectif déclaré est de promouvoir les faits scientifiques et la pensée philosophique pertinents pour comprendre que la vie humaine est la règle, et non l'exception, dans l'univers.

Auteur de :

  • Cosmic philosophy, 1961
  • Flying Saucer Farewell, Londres: Abelard-Schuman, 1961 ; réédité Behind the flying saucer mystery, New York: Abelard, 1961. OCLC 964949, 4020003, 2903347 (édition de poche).
  • Telepathy - The cosmic or universal language

Références :

  • Hallet, M.: George Adamski, Michel Moutet, Regusse, France, 1983.
  • Hallet, M.: Les sectaires d'Adamski, à compte d'auteur, Liège, Belgique, 1984 et 1988
  • Hallet, M.: George Adamski - Dernière synthèse, Edition privée, Liège, Belgique, 1994
  • Evans, H. & Stacy, D.: Le chapitre Adamski and his believers dans UFO 1947-1997, J. Brown Publ., Londres, 1997
  • Hallet, M.: Biographie d'un escroc, Edition privée, Liège, Belgique, 2000
Home

  1. "Entered Into Rest", Evening Observer de Dunkirk (New York), 26 octobre 1946
  2. Adamski, G.: "The possibility of Life On Other Planets", 1946
  3. Hallet
  4. Adamski, G. & Leslie, D.: Flying Saucers Have Landed, 1953, traduit Les soucoupes volantes ont atterri
  5. Dessin de Glenn Passmore, 1952
  6. Adamski, G. & Leslie, D.: Flying Saucers Have Landed, 1953, traduit Les soucoupes volantes ont atterri
  7. Blodget, Charlotte: Inside the Space Ships, 1955 - D'après les propos d'Adamski. Récit de sa visite d'ovnis en provenance de Saturne et Vénus. Ramu de Saturne y regrette d'avoir entraîné l'accident de Mantell. Traduit A bord des soucoupes volantes
  8. Adamski, G. & Leslie, D.: Flying Saucers Have Landed, 1953, traduit Les soucoupes volantes ont atterri
  9. Adamski 1953
  10. Hallet

--------------------------------------------------------------------------

 

Dialogue avec Othon

Orthon : « Il pourrait vous intéresser d’apprendre qu’un basculement de votre Terre sur son axe se prépare actuellement . S’il était total, afin de compléter le cycle, une grande partie des terres qui à présent sont submergées émergeraient. Durant une longue période, l’eau saturant le sol s’évaporerait et provoquerait une formation constante de nuages autour de votre Terre. En cas de basculement complet, les conditions seraient à nouveau réunies pour un allongement de la durée de votre espérance de vie; si les habitants de votre planète apprenaient à vivre en accord avec les Lois du Créateur, vous pourriez facilement vivre plus de 1000 ans dans le même corps.

Ce basculement de l’axe de votre Terre est l’une des raisons pour laquelle nous la surveillons, car sa relation avec les autres planètes de la galaxie est très étroite. Son renversement complet affecterait toutes les autres planètes et altèrerait les voies par lesquelles nous voyageons dans l’espace.

- George Adamski : « Un renversement brutal n’entraînerait-il pas une catastrophe planétaire ? »

- Orthon : « C’est probablement ce qui arriverait, bien que vous n’ayez pas encore compris les lois qui gouvernent les rapports de votre humanité avec cette planète que vous habitez. Je veux dire que les voies erratiques que les humains ont choisi de suivre sont la véritable raison de leur ignorance de l’instabilité de leur planète. À travers les âges, il y a eu bien des signes et des présages dont vous avez refusé de tenir compte. La plupart ont été signalés dans vos Écritures saintes sous forme de prophéties. Mais vos peuples n’y ont pas prêté attention. Bien que quelques unes aient déjà été accomplies, la leçon n’a pas été profitable. Il n’est pas sage de vouloir devenir indépendant du Créateur de l’Univers. L’humanité aurait dû comprendre qu’elle avait tout à gagner en se laissant guider par la main de Celui qui lui a donné la Vie.

Si l’homme veut vivre sans catastrophe, il doit considérer son prochain comme lui-même, l’un étant le reflet de l’autre. Le désir du Créateur n’est pas de voir l’humanité se détruire elle-même. »

- George Adamski : « Je crois savoir que nous sommes sur le point d’entrer dans un nouveau cycle. Certains de mes frères terriens l’appellent « Âge d’Or », d’autres « Verseau ». Pouvez-vous m’éclairer à ce sujet ? »

- Orthon : « Sur notre planète, nous n’appelons pas les changements de cette façon, car nous ne connaissons que le progrès. Mais pour répondre à votre question, pour votre compréhension, nous dirons que vous approchez de l’Âge Cosmique, pour peu que vous puissiez comprendre cela. Vous êtes déjà dans votre « âge d’or », puisque la plupart d’entre vous adorent l’or plus que Dieu. Et vous êtes déjà dans votre « âge du verseau » (Verseur d’Eau), puisque la Terre a déjà commencé à vous affliger par excès ou par manque d’eau. L’appellation de vos périodes de changements contribue en elle-même à bloquer votre compréhension. Les Terriens doivent apprendre à vivre et à progresser au rythme de ces changements naturels au lieu de se préoccuper des noms qu’il convient de leur donner. »

- George Adamski : « Comment définiriez-vous l’Âge Cosmique ? »

- Orthon : « En fait, nous le considérons comme un âge de « compréhension cosmique ». C’est la première fois que vous êtes, dans le sens large du mot, devenus conscients de la probabilité de mondes habités autres que le vôtre. En apparaissant dans nos vaisseaux de l’espace, comme nous l’avons fait à maintes reprises, nous avons obtenu que, même ceux qui ne voulaient pas croire à notre existence, n’ont à présent plus guère le choix. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, il y a une évidence écrasante que la vie n’est pas née par accident sur votre planète, comme quelques-uns de vos plus grands astronomes l’ont affirmé. L’humanité se manifeste dans votre monde parce que cette planète n’est qu’un petit élément d’une vaste et infinie Création ordonnée par l’Unique et que la Terre est assujettie, comme toutes les autres planètes, aux Lois Divines.

Nos vaisseaux se livrent dans vos cieux à des performances qu’aucun avion terrestre ne pourrait accomplir. Partout dans le monde, les pilotes de vos avions nous ont vus et se sont émerveillés. Des milliers de personnes nous ont contemplés et ont été étonnées. Des milliers d’autres observent les cieux en espérant nous apercevoir.

Tout cela a été prédit par des hommes autrefois. Ils ont écrit dans les prophéties que le monde entier serait troublé et que les signes seraient que les Fils de Dieu viendraient du Ciel sur la Terre pour délivrer les peuples. Les conditions de votre monde aujourd’hui vous ont placés, comme ce fut votre volonté, sous l’ombre de la mort. Votre monde est troublé. Et puisque le mot que vous utilisez pour désigner l’espace est « ciel », et puisque nous aussi sommes Fils et Filles de Dieu, ne se pourrait-il pas que ce soit maintenant, précisément, que l’ancien oracle s’accomplisse ?

Il a aussi été prédit que lorsque le temps viendrait, les races noires se lèveraient et demanderaient le droit au respect et le statut d’hommes libres si longtemps refusé par vous, les hommes à la peau claire. Cette prophétie n’est-elle pas en train de s’accomplir aujourd’hui sur la Terre ?

Vous voyez, nous connaissons bien l’histoire de votre monde. L’idée selon laquelle nous sommes vos Frères et les Gardiens de votre planète est juste. C’est en remplissant ce rôle que nous venons vers vous et vous disons : laissez le Créateur de l’Univers être Celui qui guidera votre monde, afin que vos troubles s’évanouissent comme les ténèbres devant la Lumière.

Que serait l’homme sans le souffle de la Vie ? Et Qui le donne ? Ne se trouve-t-il pas partout pour le bénéfice de tous ? Alors… que le Terrien apprenne que son Dieu n’est pas en quelque lieu éloigné, mais toujours près, dans toutes Ses manifestations et dans l’homme lui-même. »

Orthon cessa de parler et, pendant un moment, George Adamski demeura assis, la tête baissée, imprégné de l’énergie de ses paroles. Peu à peu, il prit conscience d’une chaleur qui semblait pénétrer dans son esprit. Levant les yeux, il vit, en regardant les visages de ceux qui l’entouraient, que cette chaleur qu’il ressentait était une bénédiction qui coulait à travers eux.

Alors le Maître vénusien qui se trouvait à bord du vaisseau et qui avait assisté à cet échange entre Orthon et George, se leva et s’approcha de ce dernier, plongeant son regard profondément dans ses yeux. Et il lui parla ainsi :

« Mon enfant, ce que notre Frère vient de vous dire semble en contradiction avec ce que votre peuple a appris à considérer comme la vérité. Cela, en soi, n’a que peu d’importance, puisque tout ce que l’on nous enseigne au fil des jours ne sert en définitive que de tremplin vers de plus grandes vérités auxquelles on n’accède que plus tard. C’est la loi du progrès. Une fois dans le droit chemin, il ne peut en être autrement. Il est essentiel que les hommes travaillent et luttent ensemble avec l’esprit ouvert, sachant bien que tout n’est jamais connu.

Il existe un guide infaillible pour déterminer si le chemin est droit ou non. C’est très simple. Si les résultats de vos pensées et de vos actions sont mauvais, alors le sentier que vous suivez vous éloigne de la Lumière. Si de bonnes choses marquent le chemin que vous prenez, alors votre vie, la vie de vos enfants et de leurs enfants seront joyeuses. Des bénédictions que ne rompront ni la maladie ni la discorde seront votre héritage éternel. »

Le Maître toucha la main de George en signe d’adieu et quitta la pièce dans un silence vibrant des paroles qu’il venait de prononcer.

George regarda alors longuement les visages de ses amis afin de les imprimer dans sa mémoire. Il n’y eut aucune parole d’adieu, mais chacun leva la main et il leva la sienne. Puis il laissa Orthon le conduire à travers le vaisseau jusqu’à la petite navette qui devait le ramener sur la Terre.

Rédigé en 1955 par C. Blodget d’après les propos de George Adamski
réunis ensuite dans le livre « Inside the Space Ships »

 



13/11/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 326 autres membres