3 VIDEOS : Le 13 avril 2036, l'astéroïde Apophis aura une chance sur 45 000 de percuter la terre

 

Journal du 19 février 2007: Le 13 avril 2036, l'astéroïde Apophis aura une chance sur 45 000 de percuter la terre....

Opération Armageddon

Tracteur 

Un astéroïde large de 250 mètres pourrait s’écraser sur Terre en 2036, mais des chercheurs suggèrent une mission internationale pour le dévier de sa trajectoire.


20 000 Hiroshima

L’astéroïde geocroiseur Apophis peut -il devenir un des ennemis public numéro 1 de l’humanité ? La menace d’un impact futur entre la Terre et ce corps spatial pesant 20 millions de tonnes est en tous cas suffisamment prise au sérieux par les astronomes pour justifier la création d’un groupe de réflexion international, rassemblant juristes, diplomates et scientifiques, chargé d’étudier spécifiquement les moyens de prévoir et, si possible de prévenir une telle catastrophe.

En décembre 2004, L’astéroïde MN4 est devenu Apophis - nom du dieu Egyptien de la destruction et du chaos - lorsque les chercheurs de la Nasa ont calculé que la trajectoire de ce caillou errant de 250 m de diamètre avait 1 chance sur 50 de rencontrer celle de notre planète le 13 avril 2036. Une telle collision dégagerait instantanément l’énergie de 400 mégatonnes de TNT, deux fois plus que l’énergie libérée par l’éruption du volcan Krakatoa en 1883 ; ou l’équivalent de 20.000 bombes d’Hiroshima.

1 chance sur 45.000

Heureusement, alors que les calculs s’affinaient, la probabilité d’impact a constamment été revue à la baisse et n’est plus estimée qu’à 1 chance sur 45.000. Mais bien que peu probable, selon plusieurs experts, le risque d’une collision n’est pas nul et ses conséquences prévisibles sont suffisamment terrifiantes pour que les Nations unies les prennent en considération.

Ainsi, pour s'assurer qu'il n'y aura pas de temps perdu dans des discussions internationales pour déclencher — plusieurs années avant le moment prévu de la collision — un éventuel processus de déviation de l'astéroïde, un groupe d'experts de plusieurs pays prépare un projet de traité international qu'ils soumettront à l'ONU en 2009. En effet, selon Russell Schweickart, un ancien astronaute d’Apollo qui participe à ce groupe de travail international, « si vous attendez d’être certain [de l’impact], il sera trop tard ».

Tracteur gravitationnel

Schweickart et ses collègues viennent de présenter leurs travaux lors de la conférence annuelle de American Association for the Advancement of Science qui a eu lieu à San Francisco du 15 au 19 février. Certains chercheurs, comme Ed Lu, du Nasa Johnson Space Center de Houston, ont profité de cette occasion pour présenter une méthode permettant de dévier l’astéroïde. Lu a ainsi suggéré l’envoi, en 2027, d’un petit vaisseau de la taille d’un module lunaire à proximité d’Apophis. La gravité exercée par cet engin d’environ une tonne sur l’astéroïde dévierait en effet suffisamment sa trajectoire pour « l’écarter » de celle de la Terre.

Pour Schweickart, la mise en place d’une telle mission incombe aux Nations unies et requiert la collaboration des agences spatiales du monde entier. Car selon lui « Nous ne pouvons pas prévenir les ouragans ; mais nous pouvons prévenir les impacts d’astéroïdes en manipulant légèrement le système solaire de manière à assurer notre survie sur Terre »


Yaroslav Pigenet
20Minutes.fr, éditions du 19/02/2007 - 11h58


La fin du monde
envoyé par Derimacheia
 
 

Fin du monde Astéroide Apophis 1/2
envoyé par inhost
 
 

Fin du monde Astéroide Apophis 2/2
envoyé par inhost
 
 
 
 

(99942) Apophis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pour les articles homonymes, voir Apophis (homonymie).
(99942) Apophis
Trajectoires de (99942) Apophis et de la Terre ; estimation au 13 avril 2029.
Caractéristiques orbitales
Époque 30 janvier 2005
Demi-grand axe  ? km
(0,9222109 ua)
Aphélie  ? km
(1,099 ua)
Périhélie  ? km
(0,904 ua)
Excentricité 0,1906904
Période de révolution  ? j
(0,89 a)
Vitesse orbitale moyenne  ?
Inclinaison 3,3°
Nœud ascendant  ?
Argument du périhélie  ?
Anomalie moyenne  ?
Catégorie astéroïde géocroiseur
Caractéristiques physiques
Dimensions ~250 m (JPL)



Masse ~2x1010 kg
Masse volumique  ?
Gravité équatoriale à la surface  ?
Vitesse de libération  ?
Période de rotation j
Classification spectrale
Magnitude absolue 19,2
Albédo
Température  ?
Atmosphère  ?
Pression à la surface  ?
Découverte
Découvreur Tucker,
Tholen,
Bernardi
Date 19 juin 2004
Désignation(s) 2004-Y25,
2004 MN4

(99942) Apophis (nom provisoire 2004 MN4) est un astéroïde géocroiseur qui fut découvert en juin 2004. Mesurant environ 250 mètres de longueur, constitué de fer et d'une masse d'environ 20 millions de tonnes, il suit une orbite proche de celle de la Terre qu'il croise deux fois (à une vitesse relative d'environ 5 km/s) à chacune de ses révolutions.

Les premières observations de l'astéroïde tendaient à donner une probabilité non négligeable d'une collision avec la Terre le vendredi 13 avril 2029. L'astéroïde avait alors été classé au niveau 4 sur l'échelle de Turin, ce qui fut un cas unique. Cependant, de nouvelles observations ont apporté plus de précision sur sa trajectoire et ont écarté la possibilité d'une collision avec la Terre ou la Lune pour 2029. En effet, l'astéroïde passera alors à 32 000 km de la Terre.

Fin juin 2006, la NASA évalue la probabilité de collision entre cet astéroïde et la Terre au cours des 100 années suivantes à approximativement 1/45000, la date de collision le plus probable se situant en 2036, également aux alentours du 13 avril.

L'astéroïde n'est plus classé qu'au niveau 0 sur l'échelle de Turin.

Sommaire

[masquer]

Effets d'un impact avec (99942) Apophis [modifier]

Apophis étant une sidérite, donc un corps très dense et non poreux, s'il suit une trajectoire de collision avec la Terre, sa vitesse au moment de l'impact sera d'environ 12 km/s. Connaissant ses paramètres physiques, les astronomes estiment qu'une collision avec la Terre dégagerait une énergie pouvant atteindre l'équivalent de 1.5 GT de TNT.

Statistiquement, un tel évènement ne se produit qu'une fois tous les 25 000 ans et un tel impact forme un cratère de 5 km de diamètre.

À titre de comparaison, la bombe atomique qui explosa au-dessus d'Hiroshima le 6 août 1945 avait une puissance d'environ 15 kilotonnes, c’est-à-dire développant 100 000 fois moins d'énergie qu'Apophis.

S'il touche l'océan, l'impact d'Apophis entraînera un tsunami (raz-de-marée). S'il tombe au large de la Californie par exemple, les simulations présentées sur le site de la Planetary Society[1] indiquent que le tsunami formera une vague de 17 m de hauteur qui déferlera à 100 km/h sur les mégalopoles, la vague montant jusqu'au 4e étage des habitations.

S'il percute le sol sans se désagréger, dans le pire des cas (impact d'une sidérite sur une mégalopole) il provoquera d'importants dégâts dans un rayon qui peut dépasser plusieurs centaines de kilomètres et tuer plusieurs millions d'habitants. Suite à la poussière libérée dans l'atmosphère, il pourrait en résulter un hiver qui pourrait durer plusieurs années.

Toutefois tous ces scénarios catastrophes et notamment leur amplitude doivent être affinées en fonction des nouvelles données. Aucun d'entre eux ne peut être confirmé actuellement et ne le sera pas avant plusieurs années voire plusieurs décennies.

Sa découverte [modifier]

(99942) Apophis a été découvert le 19 juin 2004 par Roy Tucker, David Tholen et Fabrizio Bernardi de l'UHAS (University of Hawaii Asteroid Survey), depuis l'observatoire de Kitt Peak en Arizona et il a été observé durant deux nuits. Le 18 décembre 2004, l'objet a de nouveau été étudié depuis l'Australie par Gordon Garrad du Siding Spring Survey. D'autres observations, les jours suivants, à travers le monde, ont permis au Minor Planet Center de confirmer la relation existant entre cet astéroïde et celui découvert en juin. Le système automatique Sentry de calcul de la NASA a ainsi pu calculer la trajectoire prévisible de l'astéroïde et en déduire la possibilité d'un impact le vendredi 13 avril 2029.

Risque d'impact [modifier]

Zone possible d'impact
Zone possible d'impact

En 2004, la précision des calculs indiquait qu'Apophis se situerait en 2029 au plus près de la Terre à 4 fois la distance Terre-Lune. Des observations et des calculs ultérieurs ont permis d'affiner la prévision.

En revanche, si le 13 avril 2029 il passe dans une zone de l'espace baptisée « le trou de la serrure » et large de 600 m, à son prochain passage en 2036, il risque de percuter la Terre.

Actuellement, le risque de collision est programmé pour le 13 avril 2036. Selon les experts du programme NEO du JPL, il est de 1 chance sur 12 000 et le risque d'impact de 0 au maximum sur l'échelle de Turin, autrement dit sans conséquence.

Au pire, le risque d'impact est de 1 au maximum sur l'échelle de Turin, et donc avec les conséquences locales décrites ci-dessus.

Ces données seront affinées dans les années à venir car elles sont toujours incertaines du fait que l'orbite d'Apophis comme celle de tous les autres corps, est sensible aux conditions initiales qui ressortent des lois du chaos et affectée par les perturbations gravitationnelles engendrées par les autres corps du système solaire et les effets thermiques.

Le 16 avril 2008, une annonce de presse sensasionnaliste a annoncé qu'un Allemand de 13 ans a réussi a démontrer dans le cadre d'un concours, que si l'astéroïde venait à entrer en collision avec l'un des nombreux satellites artificiels entourant la Terre lors de son premier passage, la probabilité de collision ne serait plus que de 1 sur 450 en 2036 [2]. Selon un porte-parole de L'ESA, ces calculs sont faux et ceux de la NASA corrects [3].

Références [modifier]

Liens externes [modifier]

Bibliographie [modifier]

  • Michel-Alain Combes, Jean Meeus, Apophis, L'astéroïde qui fait peur, dans l'Astronomie, Vol 119, Octobre 2005.


 
-----------------------------------------------------------------------------
 

samedi 22 septembre 2007

Apophis va-t-il percuter la Terre en 2036 ?

D'ici 2036, les pauvres êtres humains que nous sommes pourraient bien voir le film Armagedon se transformer en réalité. Et ce n'est pas un canular. Astéroïde en approche. Document T.Lombry.
Selon toute probabilité, dans moins de trente ans, la Terre a une infime chance d'être percutée par Apophis, un astéroïde NEO (Near-Earth Object) découvert en 2004 baptisé sobrement NEO 99942 alias 2004 NM4.
Reste à savoir si nous allons compter sur le savoir-faire des foreurs de fond de Bruce Willis ou plutôt envisager une approche scientifique de cet astéroïde.
En attendant, les ingénieurs britanniques ont dévoilé les avant-projets d'un satellite qui devrait traquer et surveiller Apophis, jusqu'au jour où les gouvernements se décideront à écarter définitivement ce danger de notre ciel.
Apophis va déjà nous stresser quelque peu en 2029, lorsqu'il passera à 160000 km de la Terre, c'est-à-dire à moins de la moitié de la distance qui nous sépare de la Lune, mais il pourrait franchement nous tracasser et même nous percuter en 2036.
Les conséquences d'une collision
Apophis est une bloc de fer, une sidérite de 250 m de longueur qui pèse 20 millions de tonnes et se déplace à 5 km/s (18000 km/h) sur une orbite voisine de celle de la Terre. S'il suit une orbite de collision avec la Terre, attiré par son attraction, sa vitesse passera à plus de 12 km/s (43200 km/h) au moment de l'impact !
On estime qu'une collision avec Apophis dégagerait une énergie pouvant atteindre 1.5 GT de TNT soit 100 000 fois plus d'énergie que l'explosion de la bombe atomique d'Hiroshima (0.015 MT) !
Statistiquement, un tel événement se produit tous les 25000 ans environ et provoque un cratère de 5 km de diamètre.
Document A.Hardy
Au mieux, Apophis tombera sur la terre ferme et dans un lieu inhabité, et ils sont encore nombreux. S'il atteint les basses couches de l'atmosphère sans se fragmenter (ce qui sera sans doute le cas s'il s'agit d'une sidérite), il percutera le sol en formant un cratère comme celui de Barringer, le fameux "Meteor Crater" visible en Arizona (diam. 1186 m), en éjectant pas mal de débris dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres et de la poussière dans l'atmosphère. Cela provoquera de belles lueurs crépusculaires rougeâtres mais sans doute pas de refroidissement de la troposphère.
Dans tous les autres scénarii, l'impact d'Apophis sur Terre sera catastrophique mais ne provoquera jamais l'extinction de l'humanité.
S'il tombe dans une région très peuplée, dans une mégapole côtière par exemple (New York, Tokyo, Singapour, Shanghai, etc), il pourrait tuer des centaines de millions de personnes et réduire à néant l'économie de certains pays.
Selon les experts, l'effet le plus catastrophique sera induit par la poussière soulevée jusque dans la haute atmosphère, créant peut-être un hiver qui pourrait durer plusieurs années avec toutes les conséquences socio-économiques que cela entraînerait. Il faut toutefois tempérer son amplitude vu la petite taille de l'astéroïde.
Si Apophis tombe dans l'océan, il va générer un tsunami. Une simulation faite dans l'est du Pacifique indique que la grande vague mesurera 17 m de hauteur et déferlera à 100 km/h sur la Californie ! Elle noyera les mégapoles de San Francisco et de Los Angeles jusqu'au 4eme étage avant de se retirer avec son lot de cadavres et de débris. Heureusement, le flux et le reflux de la vague n'affectueront pas les constructions en béton. La Silicon Valley sera également à l'abri grâce au relief qui la protège sur son versant ouest.
Il est bien entendu que si le scénario catastrophe se confirme, la population locale sera évacuée. Mais on ne déplace pas des millions de personnes comme des marionettes ni même n'importe où, d'autant moins que la reconstruction durera des années.

Calculez vous-même l'effet d'un impact
Dans le pire scénario, cette collision et les modifications climatiques qui en résulteraient pourraient non seulement tuer des millions de personnes mais éliminer également une partie de la faune et de la flore locale.
Ceci dit, la catastrophe éventuelle ne sera jamais comparable à celle qui conduisit à l'extinction des dinosaures où un astéroïde de la famille Baptistina de 10 km de diamètre percuta la Terre il y a 65 millions d'année ! Apophis est tout de même 50 fois plus petit que cet "exterminateur".
Donc, pas de panique, car rien ne dit que ce scénario catastrophe va se produire ni avec une telle amplitude. Mais connaissant à présent l'existence de ce risque et son potentiel de destruction, il faut agir. S'il est trop tôt pour confirmer ou infirmer la collision éventuelle, plusieurs projets de défense sont en cours d'étude.
Les probabilités de collision
La société Astrium du consortium européen EADS a proposé une mission spatiale baptisée "Apex", programmée pour 2013 dans le but d'étudier Apophis lorsqu'il sera à moins de 66 millions de kilomètres de la Terre. Ce projet de 500 000 € est supporté par la Planetary Society, qui a offert un prix de 50 000$ à l'auteur du projet qui serait retenu pour une mission spatiale vers Apophis.Le film Deep Impact.
"Il est impératif de rassembler des données sur Apophis dès que nous pouvons, parce qu'une fois que nous saurons qu'il est sur une trajectoire de collision avec la Terre, la manière la plus sûre d'éviter le désastre sera de pousser du coude l'astéroïde afin qu'il change d'orbite", a déclaré Mike Healy, directeur du département astronautique d'Astrium.
"Si nous attendons trop longtemps, il sera impossible de construire un vaisseau spatial assez puissant pour modifier sa trajectoire. Dans le meilleur des cas, nous devrions le repousser avant 2025 pour être certain qu'il nous manque", a-t-il encore précisé.
A partir des données recueillies en décembre 2004, les calculs de probabilités indiquaient qu'Apophis avait 1 chance sur 37 de percuter la Terre en 2029. De nouvelles mesures ont éloigné tout danger.
Néanmoins, il reste un souci pour le 13 avril 2029, lorsqu'Apophis s'approchera suffisamment près de la Terre pour être dévié de sa trajectoire.
Le 13 avril 2036
Si cette déviation le fait passer par un point particulier de l'espace baptisé "le trou de la serrure", il risque de percuter la Terre lors de son prochain passage en 2036. Mais rien n'est confirmé.
Orbites des planètes et d'Apophis selon les données actuelles. Après le 12 décembre 2035, Apophis se rapprochera encore de la Terre mais sur une trajectoire sortante, s'écartant progressivement de la Terre et éloignant le risque de collision. Document JPL adapté par l'auteur.En 2007, les astronomes ont calculé qu'Apophis avait 1 chance sur 5500 de passer par "le trou de la serrure", qui correspond à une zone de l'espace qui s'étend sur 600 mètres.
L'éventuel impact qui en résulterait est prévu le 13 avril 2036 et aurait 1 chance sur 12 000 de se produire. En pratique, si elle n'est pas nulle, c'est tout comme.
En fait, nous avons plus de (mal)chance ou de risque de mourir dans un accident de voiture, d'avion ou même noyé dans certains pays !
Dans ces conditions, selon les données actuelles, le risque d'impact est de 0 sur l'échelle de Turin qui va jusqu'à 9, c'est-à-dire sans conséquence. Bien sûr, ces données seront affinées dans les années à venir. Au pire, le risque d'impact est de 1 au maximum sur l'échelle du Turin, avec les conséquences locales que nous avons décrites.
Il faut rappeler qu'en vertu des "lois du chaos" qui interviennent dans la mécanique céleste et notamment la grande sensibilité des orbites planétaires aux conditions initiales, les perturbations gravitationnelles engendrées par les autres corps du système solaire et les effets thermiques, il est impossible de préciser la position future d'Apophis avec une précision absolue, d'où le recours aux probabilités et la nécessité d'effectuer des observations régulières pour préciser sa trajectoire future.
Les projets de défense
Voici quelques mois, plus de 100 équipes de 25 pays ont présenté leur projet à la Planetary Society et le gagnant pourrait être choisi par la NASA et l'ESA qui développeront ensemble son projet.
Apophis approchant de la Terre. Document Michael Carroll/The Planetary Society. Parmi ceux-ci, il y a la construction d'un immense aimant qui permettrait d'attirer l'astéroïde et de l'écarter suffisamment de sa trajectoire pour éviter tout risque de collision.
Lancer des fusées équipées de missiles à tête nucléaire ou chargées de bombes atomiques pour tenter de briser l'astéroïde est exclu en raison des risques d'accidents et du fait que c'est tout du même un objet en fer, très dense et résistant.
Quant au forage à la "Armagedon" où l'explosion à la "Deep Impact", c'est théoriquement possible, tout comme l'idée de repousser l'astéroïde avec des moteurs fusées par exemple, mais ces projets sont très ambitieux et très cher, quoique le prix devienne relatif lorsque des vies humaines sont en jeu.
Plus que jamais, si les fatalistes estiment que notre destin est inscrit dans le ciel, les scientifiques confirment que l'avenir est entre nos mains.
Pour plus d'information sur les astéroïdes, consultez l'article sur les Histoires d'impacts et le programme NEO du JPL qui tient un statut des NEO les plus dangereux. Consultez également le dossier sur la science du chaos.



17/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 327 autres membres