La Z MACHINE et la mise en garde du scientifique le plus influent de la planète : Gerold Yonas du Laboratoire Sandia aux USA, concernant le danger des hautes technologies du futur

La Z MACHINE et la mise en garde du scientifique le plus influent de la planète : Gerold Yonas du Laboratoire Sandia aux USA, concernant le danger des hautes technologies du futur :

La Z machine est une machine qui a recemment produit un plasma (gaz ioniséà à très haute température, et qui a déclenché une énergie inconnue de la physique moderne, peut-être succeptible de révolutionner la production d'énergie.

Gérold YONAS en profite pour mettre en garde l'Humanité dans sa déclaration, ici traduite en Français, contre toutes les technologies de science fiction qui sont en préparation dans les Laboratoires, technologies qui pourraient être employées pour réduire les libertés individuelles.

L'article est fait par Jean Pierre PETIT, célèbre astrophysicien qui a inventé la MHD, et qui converse avec Gérold YONAS.

http://www.jp-petit.com/science/Z-machine/z_machine1.htm

 

Une Lueur d'Espoir dans ce Monde de Brutes

25 avril 2006

 

Je suis parti à la campagne travailler avec un théoricien qui n'a pas la télévision. Nous sommes donc presque coupés des nouvelles du monde extérieur. Mais on peut assez bien imaginer ce qui a pu se passer durant les jours passés. Sans doute un nouveau tremblement de terre,ou un cyclone, ou les deux à la fois. Ajoutons quelques déclarations d'hommes politiques, plus stupides ou plus terrifiantes les unes que les autres.

Mais ici, à travers le net, nous sommes centrés sur cette affaire de Z-machine dont apparrement personne ne parle dans les médias français, qu'ils soient ou non scientifiques, alors qu'en toute logique cette affaire des deux milliards de degrés auraient du faire la une de tous ces journaux-là.

Dans la presse française, en date du 28 avril 2006 : un article de Cécile Dumas, sans le Nouvel Obs, Science et Avenir.

Ici les conversation ont été bon train. Nous avons d'abord tenté de reconstituer l'historique de cette affaire. Qui est par exemple le personnage de Gerold Yonas, que j'avais rencontré au laboratoire Sandia, Nouveau Mexique, en 1976 ? Il a une trajectoire scientifique bien remplie, a été par exemple un des principaux conseillers de Ronald Reagan pour le projet "Guerre des Etoiles". Normal quand on est un as en matière de systèmes à énergie dirigée. Avec le temps il est devenu directeur scientifique des laboratoires Sandia, ce qui peut être considérer comme la position scientifique la plus forte aux Etats-Unis. En effet ce labo, en fait un vaste complexe où furent mises au point les armes thermonuclaires américaines est au coeur du "complexe militaro-industriel" décrit par Einsenhower dans son discours d'adieu . On pourrait dire sans risque d'erreur qu'il y a aux USA un homme qui est au courant des projets les plus sophistiqués et les plus secrets aux Etats Unis, c'est bien Yonas.

A côté de cela il anime un groupe d'études de "Concepts Avancés" ( Le Advanced Concept Group, implanté dans les laboratoires Sandia eux-mêmes ). Voici ce rapport daté de mai 2005 :

Sandia is a multiprogram laboratory operated by Sandia Corporation, a Lockheed Martin Company, for the United States Department of Energy's National Nuclear Security Administration under contract DE-AC04-94AL85000.

SAND 2005-3093C May 19, 2005

Introduction

In this brief note, we consider future technology-society interactions and the roles they may play with regard to ideological movements and violent conflict. We assert-but do not defend-the following societal assumptions: pluralist, free-market, democratic societies are and will be more stable and less violent than less tolerant, less capitalist, less democratic societies; and interdependent and interconnected societies are less likely to initiate violent conflict with their neighbors. Nanotechnology, biotechnology, information technology, and cognitive sciences, collectively known as NBIC1, and sociotechnologies2 will lead technical advances over the next several decades. The most revolutionary resultant changes will arise from the convergence of these technologies and the uses people and societies make of them. Significant violent ideological movements spawned directly by technical advances-or in reaction to them-are possible but not likely in the coming decades.

The indirect effects of technology on ideologies, movements, and political divides will be far more pervasive. Technologies will profoundly alter, strengthen and weaken societies and present disruptive opportunities and threats to individuals, factions, and nations.

We will explore this first through an illustrative worst-case scenario of technology-society interactions. We will note several trends we expect to hold in the coming decades and their implications. We will consider a potential tipping point generated by the ability of emerging technologies to "humanize" and "dehumanize" individuals and societies, depending upon their application.

Finally, we will explore complexity science and the role of systems on the verge of order and chaos in future technical-societal interactions.

 

A Worst-Case Scenario

In military applications, we envision the remote deployment of swarms of microrobots that are available to locate, track, target and destroy people and machines with little human intervention. For more complex applications, swarms will be guided by groups of people who are enhanced with mental and physical prosthetics and advanced collaboration tools to enable exceptional rapid collective decision making in dynamic, confusing and ambiguous situations.

This human-machine swarming collective will migrate from military applications to peacekeeping and law enforcement and then to other sector applications, such as remote monitoring, security, and maintenance of complex machinery and infrastructure.

Small numbers of terrorists or criminals will be able to inflict massive damage on society, including the use of diseases bio-engineered to resist treatment and affect only target populations.

Information offense and defense will advance rapidly so that attacks on systems could become continuous and widespread, and lead to frequent identity theft, and the destruction of public confidence in government and financial systems.

New missile defense methods will be easily overcome or bypassed with Technology and Society on the Verge of Chaos Gerold Yonas Curtis Johnson 2 missiles launched from short distances or with low-signature air-breathing global attack platforms that can deliver WMD to any place on the planet.

Amidst widespread fear of death and destruction, societies will turn to tough, strong protectors as their leaders and will be willing to accept totalitarian states in exchange for the security they promise.

Bloodless combat will also emerge, with energy beams and chemical and biological agents developed to attack or manipulate the brains and nervous systems of individuals or groups with various levels of temporary and permanent damage. This will enable victory without damaging enemy hardware or infrastructure; this is "politics by other means" taken to its logical extreme: changing minds directly.

As we write, people are fretting over their electronic privacy as never before, and yet wiring themselves up with sensors, GPS, and communications and leaving a trail of loosely controlled electronic personal information in their wakes. We expect this ambivalence to continue, and concerns always to be the highest for government-controlled information. Despite civil liberties uproar, the trend is toward the sacrifice of privacy in exchange for convenience and connectivity.

Advances in electronics, computers, and communications will enable the deployment of thousands to millions of networked sensors to track anybody or anything anywhere affordably and covertly.

Such networks will be able to understand emerging situations and initiate appropriate communications and actions. These networks will have universal application, from calling in hypervelocity precision strike weapons to discovering the whereabouts of devious teenagers.

Sensor networks will eliminate anonymity and fundamentally alter public/private boundaries, reducing individuality and creativity and leading to centralized manipulation and control of societies. Armed with precise awareness and new ways to control people with and without their knowledge, dictators will exercise stifling control and will be very difficult to resist or overthrow.

New forms of wearable networked computers will provide personal enhancement, artificial pleasure, information, and instruction. These technologies could create interconnected societies or, alternatively, leave us sitting isolated at home enervated and mesmerized.

Neural prostheses will be used for pain relief or pleasure creation, and individual use of these devices will further limit the productivity and motivation of individuals. The external control of these devices can provide a method to influence or dominate others.

Treatment or prevention of disease based on advances in biotechnology will provide means to extend the lives of the elderly and even preserve the lives of the critically ill leading to increasing costs of health care and a drastic reduction in the opportunities and flexibility available to younger generations.

New methods of reproduction or cloning will result in engineered humans without family ties and perhaps without empathy or a sense of responsibility or commitment to other, lesser humans.

Self-replicating machines and bioengineered materials that can grow under natural conditions without limits will cause unexpected environmental changes. Nuclear proliferation will accelerate and nuclear explosives will be available and used for extortion as well as occasional attacks.

As the global climate begins to change rapidly for poorly understood reasons, the most fragile societies will not be able to adapt, and this will lead to economic collapse, the spread of infectious diseases, and mass migrations to neighboring states.

Fear of migrants with untreatable diseases will lead to genocidal methods for self-protection and increased isolation of even wealthy countries. Many nation states without economic sustainability will revert to tribal governance.

Rapid fluctuations in climate will deplete stored water supplies and prevent crop production leading to famine. Compact distributed nuclear reactors will be built and deployed to deal with the escalating energy and water 3 needs, but they will be sabotaged and their materials stolen to supply rogue states, criminal gangs, and terrorist needs for nuclear weapon materials to deter and hold hostage the rapidly declining former superpower states.

 

 

Trends in Technology-Society Interactions

Some ideas above seem likely-even inevitable-to us, while others are more far-fetched or even ludicrous. The safest prediction is always that current trends will continue; in that spirit, we offer the following:

1. Sensing, communications, and information technologies will fundamentally change privacy and social interactions.

2. Advances in neuroscience, nanoscience and genetics will challenge current conceptions of what it is to be human, and will result in new means to access and manipulate others' thoughts and feelings, likely without their knowledge.

3. Technologies that enable the few to have disproportional effects on the many will continue to emerge.

4. Technology will play an important supporting role as both cause and cure for future economic, environmental, demographic, political, and social crises.

New means for a very few to disrupt and destroy the many will fuel and transform criminal and terrorist behavior and pose stiff challenges to the ability of governments to maintain order and legitimacy. New means for the few running a totalitarian government to oppress their many citizens will result in opportunities for unprecedented oppression. Together, these trends will change the ways in which political power can and will be exercised.

Technology can enable the following: communication and relationships among people; new and increased human capabilities; increased self- and group expression; a stronger sense of identity and self-worth; increased curiosity, learning, innovation, and creativity; and collective understanding and productivity. Often the same technologies can be "dehumanizing" (disempowering, homogenizing, and mind-numbing) or "humanizing" (flexible and adaptive). Machines can make humans feel superhuman or unnecessary. They can give us access to new and wonderful experiences or turn us into an audience of others' experiences.

Humanizing applications of technology strengthen the social fabric, make societies resistant to upset and attack and enable the stability and success of pluralistic, free-market, democratic governments. These applications also erode support for totalitarianism and ideologues. Reactions to dehumanizing technologies may create many future ideologues and will certainly create a pool from which they will draw recruits.

At the same time, dehumanizing applications of technology will hypnotize and anaesthetize the hapless victims of terrorists and totalitarian dictators. This self-reinforcing dichotomy suggests a tipping point. The techno-doom future could arise at the convergence of social, economic, and political trends that are amplified by the nano, bio, info, cogno, and societal technology revolutions.

But another future could arise, that harnesses the opportunities derived from these technologies while benefiting from a little chaos and complexity. Natural systems often exist at the verge of order and chaos. These systems are quite resistant to purposeful attack. They are differentiated, dynamic, and yet stabilized by a large number of interdependent variables. This creates redundancy and makes it very difficult to anticipate or influence their state with any precision. These systems endure countless minor upsets and occasional catastrophes, but have tremendous capacity to recover.

Financial markets and the internet are examples of artificial systems that share many of these characteristics. They are flexible, agile, self- organizing, and self-correcting. Such systems may be able to avoid the emergence or at least the 4 worst consequences of the techno-doom scenario.

Too much order is highly efficient but totally tuned to current conditions. It results in brittle structures vulnerable to any change in the environment. Overly ordered systems lose their differentiation and redundancy and become vulnerable to single- point failures. Their behavior can be anticipated and predictably influenced by a purposeful attacker or manipulator. In human systems, too much order enables absolute power to corrupt leaders, who will have all the instruments of techno-doom at their fingertips.

A more flexible, adaptive, and even chaotic societal framework would allow for continuous small changes that maintain a quasi-equilibrium-a social resilience-rather than the abrupt large-scale instabilities that can occur when societies are governed single-mindedly without the natural restoring forces of self governance, rule of law, and democratic institutions. Such societies should be able to ride the waves of technology changes (and other disruptive changes) without falling victim to cataclysmic upsets. These societies would be confusing and chaotic, difficult if not impossible to steer, and would have countless inequities and inconsistencies. But they would be resilient and resistant to the power of the few-the few terrorists, the few mafia, the few evil dictators.

 

Conclusion

Technology and society are complex, interacting phenomena. In this note we have presented a bleak picture of how maladaptive societies might apply new technologies in ways that are destructive to human well-being. These same technologies could be used by adaptive societies to meet stressing challenges and enhance well-being. The actual story that unfolds will probably be neither totally bleak nor totally bright. It may be possible to contain crime and terrorism while preserving individual freedoms. Health technologies may not only extend life expectancies, but also extend productive lives. As in the past, many new technologies will produce both social goods and social ills. Some societies will make better and more humane use of technology than others. Good outcomes are more likely for complex adaptive societies perched on the verge of order and chaos.

 

References :

1 Converging Technologies for Improving Human Performance - Nanotechnology, Biotechnology, Information Technology and Cognitive Science (NBIC) Workshop Report, Mihail Roco and William Sims Bainbridge (ed.), NSF/DOC-sponsored report, June 2002

2 G. Yonas and J. Glicken Turnley, "Socio-Tech...The Predictive Science of Societal Behavior," in Mihail Roco and William Sims Bainbridge (ed.), Converging Technologies for Improving Human Performance Workshop Report, June 2002, pp. 140-142

Contact: Gerold Yonas Vice President & Principal Scientist 505-845-9820
gyonas@sandia.gov

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sandia est un laboratoire polyvalent dépendant de la Sandia Corporation, une filiale de Lookheed Martin travaillant pour ld Département de l'Energie des Etats Unis et la Sécurité Nucléaire sous le contrat DE-AC04-94AL85000.

SAND 2005-3093C May mai , 2005

Introduction

Sans cette courte note nous allons passer en revue les interactions entre la technologie et la société ainsi qeu le rôle que peuvent jouer ces interactions vis à vis de mouvements idéologiques et de conflits violents. Nous nous fondons sur les hypothèses suivantes que nous considérons comme plaisible - sans les défendre - et qui suppose que notre monde va évoluer vers le pluralisme, la liberté des marché. On pose que les société démocratiques sont et seront plus et moins violentes que des sociétés qui seraient moins tolérantes, moins capitaliste et moins démocratiques. Nous posons que des sociétés interdépendantes, liées par des liens étroits sont a priori moins enclines à initier des conflits violents avec leurs voisins. La nanotechnologie, la biotechnologie, la technologie de l'information et les sciences cognitives désignées collectivement sous l'appellation NBIC1, et la sociotechnologie de seconde génération seront des siège d'avancées technique durant les décennies à venir. L'aspect le plus significatif sera la convergence de toutes ces technologies ainsi que l'usage qu'en feront les peuples et les sociétés. Le fait qu'apparaîsse des mouvements idéologiques violents, en tant que conséquences directes de ces avancées technologiques - ou en réaction contre celles-ci - est une chose à envisager dans les décennies à venir.

Les effets directs de la technologie sur les idées, les mouvements et les fractures politiques seront beaucoup plus insidieux. Les technologies vont profondément modifier, affermir ou affaiblir les sociétés et représenteront des possibilités de menaces contre les individus, les factions et les nations.

Explorons d'abord à travers un scénario représentant la pire des évolutions possibles l'impact des interactions entre la technologie et la société. Nous noterons différentes tendances dont nous estimons qu'elles seront importantes dans les décennies à venir et nous examinerons leurs implications. Nous mettrons en lumière un impact potentiel se référant à la capacité que pourraient présenter des technologies pour "humaniser" ou "déshumaniser" des individus et des sociétés, selon les usage qui pourront en être faits.

Finalement nous explorerons la science de la complexité et le rôle de celle-ci au moment où nos sociétés, du fait de leur interaction étroite avec la technologie se trouvent au bord du chaos.

 

Le scénario du pire.

Dans ce scénario du pire, au plan des applications militaires nous envisagerons le déploiement à distance d'essaims de microrobots qui seront à même de localiser, des prendre pour cible et de détruire des personnes et des machines avec une intervention humaine très limitée. Pour des applications plus complexes ces essaims seront guidés par des gens dont les capacités mentales pourront être accrues à l'aide de prothèses et d'outils de communication et d'analyse qui les rendront capables de prendre des décisions en collaboration de manière exceptionnellement rapide dans des situations dynamiques dominées par la confusion et l'ambiguité.

Ce système de symbiose homme-machine migrera du secteur militaire au secteur civil, le but étant de maintenir la paix et de faire appliquer la loi ainsi que vers d'autres secteurs tels que la surveillance, la sécurité et la maintenance d'ensembles complexes et d'infrastructures.

Un petit nombre de terroristes et de criminels seront en état de provoquer des dommages massifs à nos sociétés, ceci incluant l'usage de l'introduction de maladies créées par bio-engineerie pouvant résister à tout traitement ou capables de n'affecter qu'un population ciblée.

Les infractions liées à l'information et les mesures des défense progresseront rapidement de telle manière que les attaques sur les systèmes deviendront chroniques et à large échelle en conduisant à de fréquents emprunts d'identités et à une perte de confiance du public envers son gouvernement et ses structures financières.

Des méthodes des défense par missiles seront facilement dépassées ou surclassées à une époque où notre société, en symbiose avec sa technologie sera au bord du chaos. Des missiles tirés depuis de courtes distances représentant des systèmes d'attaque avec motorisation aérobie sous faible signature pourront délivrer des WMD ( weapons for massive destruction, ou armes de destruction massive ) en n'importe quel endroit de la planète.

Du fait de la peur de la mort et de la destruction nos sociétés se tourneront vers des protecteurs forts et leurs chefs politiques seront en situation d'accepter une tutelle totalitaire en échange de la promesse que ceux-ci prendront en charge leur sécurité.

Des combats non-sanglants apparaîtront également, où des faisceaux d'énergie ainsi que des agents chimiques ou biologiques conçus pour des attaques permettront de manipuler les cerveaux et le système nerveux des individus ou des groupes en leur infligeant de dommages temporaires ou permanent plus ou moins sérieux. Ceci permettra de remporter des victoires sans endommager les infrastructures de l'ennemi; ceci représente un moyen d'exercer une action politique d'une façon extrême en utilisant un autre moyen que la guerre : c'est à dire en agissant directement sur le mental des populations.

Au moment où j'écris ces lignes les gens sont en train de se préoccuper de la façon dont l'électronique empiète sur leur vie privée sans se rendre compte qu'en s'équipant eux-mêmes de capteurs, de GPS, et de systèmes de communications ceci permet de les suivre à la trace et de prélever nombre d'informations concernant leur vie privée. Nous émettons l'hypothèse que ce phénomène ira en s'amplifiant en accroissant du même coup le contrôle de l'information opéré par le gouvernement. En dépit de cette perte des libertés civiles les gens préfèreront perdre sur la confidentialité de elur vie privée au bénéfice de la commodité d'usage de tels gadgets et de la facilité de communication qu'ils offrent.

Les progrès réalisés dans le domaine de l'électronique, des ordinateurs, et des communications rendront possible le déploiement et la mise en place de dizaine de millions de capteurs permettant de suivre à la trace n'importe qui ou n'importe quoi à l'aide de technologies à la fois bon marché et discrètes.

De tels systèmes seront à même d'analyser, de comprendre ( évocation de l'émergence de l'intelligence artificielle ) des situations émergentes et de dispenser des rapports ou de prendre des mesures appropriées. De tels réseaux auront un champ d'application universel, allant depuis la conduite de frappes à l'aide d'armes évoluant à des vitesses très élevées à la détection de conduites déviantes chez des adolescents.

Les réseaux de capteurs ( puces Fritz des ordinateurs ou puce implantables dans le corps humain ou n'importe où ) altéreront évidemment la frontière entre vie publique et vie privée, réduisant l'individualité, la créativité et conduisant à des sociétés axées sur le contrôle et la manipulation ( type fourmilières ). Dotés de ces nouveaux moyens de contrôler les populations des dictateurs exerceront un pouvoir auquel il sera bien difficile d'échapper et où ces gens seront aussi difficiles à renverser. .

De nouveaux systèmes d'ordinateurs portables et portatifs procureront à la fois de l'information, un plaisir artificiel et intsruiront les gens. De telles technologies pourront donner naissance soit à des sociétés où les individus seront plus étroitement liés les uns aux autres, soit au contraire créer des individus vivant en état d'isolement, chez eux, complètement décérébrés et hypnotisés.

Des prothèses neurales pourront être utilisées soit pour atténuer des douleurs insupportables soit pour procurer du plaisir et ces systèmes auront pour effet de réduire la productivité et la motivation des individus ( en les "légumisant" ). Celui qui pourra exercer un contrôle de tels systèmes se rendra maître de ceux qu'il asservira ainsi.

Les biotechnologies permettant de prévenir les maladies permettront de prolonger la vie des personnes âgées ainsi que des personnes gravement malades, en accroissant les dépenses de santé, ceci ayant pour conséquence une réduction drastique des capacités de soins et de suivi pour les jeunes générations.

De nouvelles méthodes de reproduction ou de clonage produiront des êtres humains coupés de toutes racines familiales qui seront peut être dépourvus de sentiments ou de sens des responsabilités ( faute d'avoir reçu une éducation dans un cadre familial ). Ils auront ainsi perdu ce qui faisait d'eux des êtres humains.

Des machines capables de se reproduire elles-mêmes ainsi que des machines conduites par bio-engineering pourront échapper à tout contrôle naturel, croître sans limite et créer des dégâts imprévus à l'environnement. Les technologies nucléaires ne feront que se déveloper et des explosifs de type nucléaire seront disponibles pour qui voudra, permettant des extorsions de fonds et des attaques occasionnelles.

Comme le climat terrestre est en train de changer rapidement pour des raisons que nous comprenons mal, les sociétés les plus fragiles ne seront pas capables de s'adapter, connaîtront un collapse économique, seront ravagées par des maladies infectieuses tandis qu'on assistera à des migrations massives à destination des pays voisins.

La peur de telles migrations porteuses de maladies incurables amènera les pays encore sains à opérer de véritables génocides sur des populations voisines, par simple exercice de leur instinct de conservation. Beaucoup de nations qui n'auront pas une stature économique suffisante retourneront au stade tribal.

Les fluctuations climatiques rapides amenuiseront les réserves d'eau et, conduisant à la réduction des récoltes se traduiront par des famines. On construira alors des réacteurs nucléaires compacts et on les déploiera de manière à tenter de subvenir aux besoins en énergie et en eau ( dessalement de l'eau de mer ). Mais ceux-ci seront l'objet de sabotages et leurs composants seront acquis par des états-voyoux, des groupes criminels et des terroristes de manières à être convertis en armes nucléaires aux fins de menacer et de prendre en otage les anciennes superpuissances dont le déclin s'amorcera rapidement.

 

Vers quoi pourraient tendre les sociétés en forte interaction avec leur technologie.

Certains de ces idées peuvent nous paraître assez probables, voire pratiquement inévitables tandis que d'autres peuvent nous sembler d'un coût prohibitif ou même totalement absurdes.

La prédiction la plus favorable serait que la tendance actuelle se maintienne et nous proposons le scénarion ci-après :

1 - Les techniques de communication et celles de l'information modifieront profondément notre conception de la vie privée ainsi que les différentes interactions au sein de nos sociétés.

2 - Les avancées qui seront opérées en neuroscience, nanoscience et en génétique nous amèneront à remettre en question notre conception de ce qui est humain et ce qui ne l'est pas. Ceci conduira à de nouveaux moyens pour influence et manipuler les pensées et les sentiments des autres êtres humains, éventuellement à notre insu.

3 - Des technologies permettant à un petit nombre d'individus d'exercer leur pouvoir sur des masses continueront d'apparaître.

4 - La technologie jouera un rôle croissant dans la mesure où elle sera à la fois la cause des futures crises économiques, environnementales, démographiques, politiques et sociales, ainsi que la manière d'y apporter remède.

Des moyens nouveaux permettront à des groupes très restreints de créer des perturbations très importantes dans le sens de comportements criminels et terroristes et représenteront un défi sérieux pour des gouverments quant à leur capacité de maintenir l'ordre et de faire appliquer les lois. Ces nouveaux moyens de coercition permettront le développement de systèmes totalitaires à une échelle jamais envisagée jusqu'ici ( penser à la Chine ). En même temps ces nouveaux moyens d'action changeront la façon dont le pouvoir politique sera en mesure de s'exercer.

La technologie rendra possibles les choses suivantes : permettre d'accroître la communication entre les individus et les peuples. Accroître les possibilités d'expression, à la fois individuelles et à travers des groupes. Procurer une sens accru de l'identité, développer la curiosité, l'enseignement, l'innovation et la créativité, la compréhension globale ainsi que la productivité. Une etchnologie donnée pourra soit "déshumaniser" les individus, les rendre abouliques et hébétés, soit au contraire les "humaniser" en les rendant plus souples et en les dotant d'une plus large faculté d'adaptation. Les machines peuvent donner aux hommes l'impression d'être surhumains ou au contraire de n'être plus rien. Elles peuvent nous donner accès à des expériences nouvelles et merveilleuses ou au contraire nous transformer en simples spectateurs vis à vis d'expériences vécues par d'autres.

Les application "humanisantes" de la technologie renforcent tissu humain, rendent nos sociétés plus stables, plus ouvertes vers le pluralisme, l'économie de marché (...) et les gouvernements démocratiques (...). De telles applications s'opposent également au développement du totalitarisme. Des réactions vis à vis de technologies déshumanisantes peuvent donner naissance à de nouvelles et nombreuses idéologies et ce mouvement créera certainement un brassage d'idées au sein desquelles celles-ci pourront recruter de nouveaux adeptes.

Mais dans le même temps ces technologies déshumanisantes hypnotiseront et anesthésieront les malheureuses victimes de terroristes et de dictateurs de régimes totalitaires. Le renforcement d'une telle dichotomie suggère un point de vue nouveau. Le choc tedchnologique futur pourrait donner naissance à une convergence des tendances sociales, économiques et politiques qui se trouveraient amplifiées par les révolution technologiques émanant de la nanotechnologie, de la biotechnologie , des technologies de l'information et cognitives.

Mais un futur différent pourrait se profiler où pourraient être exploitées les possibilités offertes par ces technologies, tandis qu'un certain bénéfice pourrait être retiré d'un certain désordre et de la complexité des systèmes humains.

Il existe des systèmes naturels qui se présentent souvent comme s'ils se trouvaient à la frontière du chaos. Or ces systèmes s'avèrent assez résistants vis à vis d'agressions données. Ils présentent un haut degré de différenciation, sont dynamiques et s'avèrent stabilisés par un grand nombre de variables indépendantes. Ils présentent une grande variabilité vis à vis de l'emploi, tout ceci faisant qu'il est très difficile d'anticiper sur leur évolution, ni même d'agir sur eux avec précision. Ces systèmes peuvent supporter une quantité innombrable de dommages mineurs et de catastrophes occasionnelles et présentent de surprenantes capacités de récupération.

Les marchés financier et Internet sont deux exemples de systèmes artificiels qui possèdent en commun cette propriété. Ce sont des systèmes très souples, réagissant rapidement, capables de s'auto-organiser et de s'auto-corriger. Des tels systèmes peuvent être capables d'éviter l'émergence des quatre conséquences les pires de notre scénario-catastrophe.

Trop d'ordre est efficace mais alors totalement tourné vers une homéostasie complète. Cet excès d'ordre rend ces structure fragiles, sensibles à une modification de leur environnement. Ces systèmes trop ordonnées perdent de variété et de leur capacité à encaisser des coups. Ils deviennent ainsi vulnérables à un dommage ponctuel. Leur comportement peut être anticipé et influencé de manière prévisible par un attaquant-manipulateur suffisamment avisé. Dans les sytèmes humains dotés d'une trop forte organisation ( en fait de type totalitaire ) cet excès d'ordre, cette structure hiérarchique tend à rendre les leaders corrompus, lesquels auront alors toute la panoplie des armes technologiques modernes à leur disposition.

Une société plus souple, dotée de facultés d'adaptation, et éventuellement plus désordonnée rendraient possibles de adaptations constantes permettant de déboucher sur un quasi-équilibre, lié à une élasticité sociale préférable aux instabilités soudaines et de vastes ampleur qui peuvent survenir dans des sociétés à pensée unique dépourvues des forces permettant à ces ensembles de retrouver leur auto-contrôle naturel, de restaurer les lois et les institutions démocratiques. De telles sociétés devraient être capables de négocier les vagues des bouleversements technologiques sans subir des dommages cataclysmiques. Ces sociétés resteraient troubles et désordonnées, difficiles, sinon impossible à diriger. Elles seraient le siège d'un nombre inévaluables d'injustices et d'incohérences. Mais elles s'avéreraient résistantes vis à vis des tentatives de déstabilisation émanant de groupes terroristes, de mafias ou de quelque dictateur fou.

 

Conclusion

Il nous semble que la technologie et la société sont des objets complexes, en interaction. Dans cette note nous avons présenté une vision affligeante en insistant sur la façon dont des applications mal gérées de la technologie pourrait s'avérer dommageable et nuisible au bien-être des êtres humains. Mais ces mêmes technologies pourraient être utilisées par des sociétés capables de s'adapter, de manière à en accepter le défi et à converger vers un mieux-être.

L'histoire qui est présentement en train de se déployer ne sera propbablement ni tout à fait noire, ni tout à fait blanche. Il s'avérera peut-être possible de contenir la montée de la criminalité et du terrorisme tout en préservant les libertés individuelles. Les technologies de la santé pourraient non seulement accroître l'espérance de vie, mais aussi rendre nos vies plus productives. Dans le passé beaucoup d'innovations technologiques ont engendré à la fois un mieux être et un malaise social. Certains sociétés feront un meilleur usage des innovations que d'autres. Une issue positive me semble plus probable pour des sociétés coomplexes, à forte capacité d'adaptation, surfant à la frontière d'une situation chaotique.

 

Références :

1 Converging Technologies for Improving Human Performance - Nanotechnology, Biotechnology, Information Technology and Cognitive Science (NBIC) Workshop Report, Mihail Roco and William Sims Bainbridge (ed.), NSF/DOC-sponsored report, June 2002

2 G. Yonas and J. Glicken Turnley, "Socio-Tech...The Predictive Science of Societal Behavior," in Mihail Roco and William Sims Bainbridge (ed.), Converging Technologies for Improving Human Performance Workshop Report, June 2002, pp. 140-142

Contact:
Gerold Yonas Vice President & Principal Scientist
505-845-9820

e-mail : gyonas@sandia.gov

 

Avant de commenter ce texte nous devons garder à l'esprit que Gerold Yonas n'est pas le premier futurologue ou sociologue venu mais, en tant que directeur scientifique des laboratoires Sandia c'est un des hommes au monde les plus au fait de "l'état de l'art" vis à vis de ce qu'Einsenhower appela le premier le complexe militaro industriel. Lisez ce qu'il écrit. Il n'est même pas nécessaire de lire entre les lignes. Il confirme clairement tout ce que j'ai pu conjecturer au fil des années et publier dans les pages de ce site. Oui, les armes "silencieuses, sans effusion de sang, non-léthales" prendront de plus en plus d'importance avec le temps. Notez que Yonas n'exclut pas que de telles armes puissent créer des "dommages irréversibles dans les cerveaux des hommes pris pour cibles", il le dit en clair, au contraire. En utilisant des systèmes comme Haarp et ses nombreux dérivés d'une part, et des puces implantables dans le corps humain ou des récepteurs placés dans tous ces systèmes dont l'homme est en train de se doter massivement, à commencer par les téléphones portables d'autre part, il sera possible ( et cette technologie est déjà opérationnelle ) d'opérer ce qu'on appelle déjà un "mind control" ou un crowd control", c'est à dire le contrôle à distance, de manière distante et indétectable des cerveaux d'individus ou de vastes groupes d'être humains, à l'échelle de nations entières. Ne croyez pas que les Etats-Unis soient le seul pays à avoir atteint ce stade. Les Russes possèdent d'ores et déjà des systèmes semblables et il n'est pas impossible qu'il en soit déjà de même pour les Chinois, ou à tout prendre que ceux-ci aient des projets similaires. En Chine ces techniques sont une question de survie de leur régime, étant données les tensions que les inégalités violentes vont créer, de plus en plus, dans ce vaste pays. Le fait que la première visite faite par le premier Chinois aux Etats Unis ait été faite à Bill Gates et non au Président Georges Bush montre l'importance de "l'homme le plus riche du monde" dans ce nouveau kriegspiel planétaire. Les Chinois ont un besoin urgent de contrôler Internet et vous savez sans doute que grâce à la complicité active de Yahoo, dont les serveurs sont implantés en territoire Chinois, des gens utilisant Internet pour diffuser des informations et émettre des critiques envers le régime ont pu être incarcérés et condamnés à de lourdes peines grâce à une collaboration étroite entre cette multinationale de la communication et la police chinoise. Je suis convaincu que les Chinois imposeront par la contrainte policière et juridique, la généralisation de la présence d'une puce de type Fritz dans tous les ordinateurs utilisés dans le pays. Si cette technique de contrôle et de surveillance, qui équivaut à avoir un micro posé dans chaque pièce et dans tout appareil ayant pour vocation d'aider à communiquer pose encore problème aux Etats Unis, encore vaguement soucieux de leur liberté individuelle, de tels états d'âme feraient sourire les dirigeants de la Chine dite Populaire, si peu soucieux du droits des individus à disposer d'eux-mêmes.

Le fait que Bill Gates entende jouer soudain un rôle de philanthrope dans une vaste oparétion de vaccination à l'échelle planétaire n'est peut être pas non plus étranger au projet d'implanter des micro-chips dans les corps de milliards d'êtres humains, constituant ces "capteurs" évoqués par Yonas.

Oui, ces projets sont bel et bien des réalités et il faut être un homme aussi aveugle et balourd que notre ancien ministre Allègre pour dire et publier des propos aussi dépourvus de clairvoyance et d'imagination en affirmant que "d'ici 50 ans la démographie devrait se stabiliser, 'puisque l'accélération se ralentit', et que vis à vis des besoins énergétiques le nucléaire conventionnel constitue la bonne solution, la plus réaliste".

En regard de cette description apocalyptique et d'un manichéisme bien américain où on oppose "dictature, totalitarisme" et "démocratie" les voies de sorties envisagées et évoquées manquent à la fois de réalisme et d'imagination. Elles nous paraissent "américano-centristes" et totalement matérialiste, déshumanisées. Yonas ne fait que suggérer que les choses continuent comme elles se présentent actuellement, en justifiant cette façon qu'ont nos sociétés de "surfer au bord du chaos". Il interprète au contraire cet état de fait comme "un signe de bonne santé" et une capacité de rejeter l'éventuelle montée d'un totalitarisme ou de dictatures. On pense à la phrase du docteur Panglosse, dans Candide, qui énonce que

Tant il est vrai que ce sont les petits malheurs particuliers qui vont le grand bien général
que plus il y a de petits malheurs particuliers et meilleures sont les choses dans le meilleur des mondes possibles

La vision qu'a Yonas de ces "petits malheurs particuliers" correspond à des sortes de processus dissipatifs, facteurs de stabilité plus que de grands désordres. Il oublie, ce faisant, de grands basculements comme la Seconde Guerre Mondiale dont très peu de gens prévoyaient de fait l'extension et l'ampleur, à moins que dans l'esprit de ce chercheur de tels phénomènes entrent dans le cadre de "processus dissipatifs stabilisateurs". Le drame est que plus les années passent et plus la potentialité des destructions, grâce à l'émergence de nouveaux systèmes pour tuer et blesser, rendre invalides, s'accroissent, avec en prime ce qui n'existait pas au temps des deux dernières guerres mondiales : des dommages graves et irréversibles de l'environnement.

Nous ne croyons pas, quant à nous, à ce quasi-équilibre de sociétés à forte capacité d'adaptation, vivant en permanence au bord du chaos. Il manque par ailleurs dans le discours de Yonas une composante que l'on pourrait qualifier d'humaniste, qui ne saurait trouver place dans la bouche du directeur du plus grand centre états-unien, impliqué dans le développement du complexe militaro industriel de ce pays. N'oublions pas non plus que Yonas a été un des principaux conseillers de Ronald Reagan dans le célèbre projet "guerre des étoiles". Ce discours passe totalement sous silence les graves problèmes des pays pauvres, évoqués par le Suisse Ziegler, rapporteur aux Etats Unis pour les questions d'alimentation, dans son livre l'Empire de la Honte, qui pourraient être rapidement résolus, si la famine n'était pas utilisée comme ... une arme. Mais, dans le texte de Yonas, toutes les misères du monde semblent relever de "dommages collatéraux" et participer à l'ensemble des "phénomènes dissipatifs, générateurs d'une "quasi-stabilité".

Paradoxalement c'est ce même homme qui semble, qu'il en soit conscient ou non, porteur d'un début de solution, réellement à la hauteur des problèmes qui se profilent à l'horizon.

L'enquête sur les progrès récents et stupéfiants de la Z machine fait apparaître différentes choses. Primo il n'y a pas grand chose de publié, voire rien, avant l'apparition du papier de Malcom Haines le 24 février 2006 dans Modern Physics Letters.

 

 

La réaction immédiate des gens concernés, y compris de correspondants américains a été :

- Mais comment se fait-il qu'un résultat aussi important n'ait pas été immédiatement couvert par le secret défense le plus absolu, étant données les implications militaires immédiates et le bouleversement économique potentiel, inhérent à une telle découverte ?

La recherche de l'obtention de forte pressions, densité, température, obtenues en comprimant un plasma ne date pas d'hier. Les équipes de Sandia ont travaillé sur de tels projets dès la fin des années soixante. J'ai pu personnellement découvrir le compresseur à plasma construit par Yonas en 1976, déjà fort impressionnant.

 

La machine construite à Sandia Gerold Yonas en 1976

 

Le but était évidemment d'obtenir les conditions de Lawson, c'est à dire la fusion dans un but éventuellement civil, mais avant tout évidemment militaire. Les machines testées à Sandia ont toujours été présentées "comme des sources de rayons X" mais il ne faut pas perdre de vue qu'une puissante source de rayons X est le système permettant d'allumer l'hydrure de lithium des bombes dites "à hydrogène". Classiquement cette source de rayons X, focalisée par un système inventé aux USA par Edward Teller et en URSS par l'élève de Sakharov Ulam :

 

Principe de fonctionnement d'une "bombe à hydrogène"

La source de rayons X est une bombe à fission, à uranium et à plutonium ( de la taille d'une balle de golf ) . Cette dernière ne peut être mise à feu que si la masse critique est constituée et c'est précisément ce que impose des puissances minimales. 1000 tonnes de TNT pendant longtemps et 300 tonnes aujourd'hui. Mais 300 tonnes de TNT constituent une charge explosive trop puissante pour éviter que se créer une puissante ascendance emmenant les débris dans la haute atmosphère ou les puissants courants aériens les disperseront. La machine de Sandia représente donc une course vers les faibles puissances, en recherchant une source de rayons X autre, plus souple et plus compacte.

On a lu dans les textes présentés précédemment que la Z-machine était constituée par un objet en forme de cage à oiseaux, avec une centaine de fins barreaux métalliques disposés selon un cylindre de quelques centimètres de diamètre.

La "cage à oiseau" de la Z-machine

 

 

Principe de la Z-machine de Sandia

 

Le champ magnétique créé entraîne la convergence de ces éléments vers l'axe du système en donnant un fin cordon de plasma d'un millimètre et demi de diamètre. Le courant injecté dans ce système, fort simple, se monte à vingt millions d'ampères. La machine qui pourrait produire des telles intensités peut semble peu propice à une mniaturisation. Oui si la cource d'énergie primaire est constituée par des condensateurs, comme ceux utilisés par Yonas. Non si cette intensité est délivrée par une machine "à compression de flux" comme celle inventée et expérimentée avec succès en 1954 par André Sakharov, alimentée par un explosif chimique. Dès cette époque, avec un engin léger dont la dimension était inférieure au mètre Sakraov avait obtenu cent millions d'ampères.

 

Générateur à compression de flux d'Andréi Sakharov

( voir "armes à effets électromagnétiques " )

Le couplage de ce générateur avec l'élément qui est au centre de la Z machine transforme le tout en une allumette capable de déclencher la fusion dans des quantités ilimitées d'explosif thermonucléaire, à la fois vers les fortes puissances comme vers les faibles pluissances. C'e'st ce second emploi qui fait perdre à l'arme nucléaire son caractère monstrueux. On peut se demander, avec juste raison, si les révélations faites par l'équipe de Sandia ne correspondent pas à un lâcher soigneusement pesé d'informations, à propos d'expériences qui auraient déjà été réalisées de longue date aux USA et seraient en outre en cours dans d'autres pays, comme la Russie et la Chine. Il existe en Russie, à l'Institut des Hautes Températures de Moscou un dispositif voisin de celui de Sandia. Ces systèmes seraient peut être aussi la clé de ces "mini-nukes" que les Américains rêve de tester en Iran, sur les installations nucléaires de ce pays.

Un de mes correspondants américain dit :

1 - Soit cette révélation est un mensonge, un pur acte de désinformation
2 - Soit cette machine ne peut avoir un quelconque usage
3 - Soit ces techniques sont déjà maîtrisées dans d'autres pays.

Il resterait une quatrième hypothèse, qui n'est pas à exclure a priori : que la publication en continu des résultats obtenus à l'aide de cette Z-machine au fil des années ait constitué un pur geste de routine. En effet ses progrès ont été fort lents. Au début des années deux mille les articles faisaient état de deux misérables millions de degrés et ces papiers concluaient "nous arriveront peut-être aux trois millions de degrés, cette température pouvant être considérée comme un seuil vis à vis du déclenchement des premières réactions de fusion".

Mais ( et nous avons échoué dans notre recherche de missing link, de chaînon manquant ) il semble que les expérimentateurs soient passés sans transition de deux millions de degrés à ... deux milliards, ce qui représente un gain en températire d'un facteur mille. Il estpossible que ce résultat exceptionnel et ousider ait échappé à la vigilance des censeurs.

On ne doit nullement exclure cette option. En 1976, lorsque j'avais été visiter le fameux LLL ( Lawrence Livermore Laboratory, situé en Californie ) j'étais tombé dans le hall de l'entrée sud sur la description d'un système "en stores vénitiens" ( venitian blinds ) que les chercheurs entendaient utiliser pour convertir directement une éventuelle énergie de fusion en électricité. Je fus reçu par le concepteur de ce dispositif et lorsque j'évoquais celui-ci il bredouilla :

- Mais, comment êtes vous au fait de ces travaux. Ils sont top secret !?!?
- Mais non, tout est exposé dans le hall d'accueil de l'entrée sud !
- Quoi ! Mais moi, depuis des années je range tous les soirs dans un coffre tout ce qui a trait à ces recherches.

L'homme, habitant au nord du centre, empruntait .. l'entrée nord. Il sauta dans sa voiture et se rendit avec moi à l'entrée sud où il put constater que les principes de la machine et les résultats des recherches se trouvaient bel et bien exposés au su et au vu de tout le monde. J'ai raconté cela dans mon livre Les Enfants du Diable ( Albin Michel 1995, écrit dix ans plus tôt ) en concluant que les secrets scientifiques ressemblent parfois à un tunnel dont une des deux entrées seulement était sévèrement gardée.

J'adhère difficilement à l'hypothèse 1. Je vois mal des gens comme Yonas, directeur scientifique des laboratoires Sandia et Malcom Haines, célèbre physicien, ancien directeur du Centre de Physique des Plasmas de Cambridge ( Angleterre ) se discréditer en lançant de faux résultats. Cela peut être le cas pour des gens comme le Docteur Greer , obscurs sous-fifre, payé pour faire de la désinformation mais pas pour les gens de l'équipe de Yonas.

Hypothèse 2 : je pense au contraire que si ces deux milliards de degrés ont bel et bien été obtenus, les applications militaires sont immédiates et les applications civiles ( production massive et à bon marché d'électricité par un "nucléaire non-polluan", sans déchèts ni danger" inscrites dans un horizon inférieur à dix années. Moins, peut être, si on met le paquet sur cette filière. En parallèle songe qu'ITER, où on espère obtenir des températures vingt fois moins élevées ne balbutiera au mieux que dans vingt années.

L'hypothèse 3 est assez plausible.

Il y a deux types de conséquences. Au plan civil c'est l'âge dor : de l'électricité à profusion dans toutes les régions du monde. Au plan civil c'est la capacité de pays possédant des équipements technologiques modestes, et même très modestes de se doter de l'arme thermonucléaire. Rappelons que la mise en oeuvre de la machine donnant cent millions d'ampères, inventée et expérimentée par A. Sakharov en 1954 serait à la portée d'une école technique. Le ithium et le bore ne sont pas des produits rares. En poussant les choses à l'extrême, dans une démarche confinant au ridicule cette technologie fondée sur la Z-machine mettrait la bombe H à la portée de la principauté de Monaco ou du Lichtenchtein.

Visiblement la communauté scientifique, qui se tient peut être dans l'expectative, n'a pas encore réagi à l'annonce de cette stupéfiante nouvelle. Vous ne trouverez rien dans la presse à ce propos, nki dans la "Grande Presse"n ni dans la "Presse Scientifique". Pourtant le papier de Malcom Haines, paru dans Physical Review letters est déjà vieux de deux mois. Mais il y a plus fou encore.

Tout émerge donc de ce papier paru le 24 février 2006 dans Physical Review Letters, et correspond apparemment à des résultats expérimentaux obtenus en 2005. Il serait intéressant de voir si le texte publié par Yonas en mai 2005 est antérieur ou postérieur à cette découverte. Dans ce papier Malcom Haines tente d'expliquer pourquoi l'énergie émise sous forme de rayons X, à partir d'un montage basé sur des tiges d'acier inoxydable ( le fer ne peut donner lieu aucune réaction de fusion ) s'est avérée être quatre fois supérieure à l'énergie incidente ( celle des barres métalliques transformées en plasma, convergeant vers l'axe de symétrie jusqu'à ce que se créent des "stagnation conditions" ). Dans une interview récente, Haines critique ses propres conclusions (fort peu crédibles, il est vrai ) et déclare, voir texte en rouge et souligné :



03/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 258 autres membres

Record Set for Hottest Temperature on Earth:

3.6 Billion Degrees in Lab By Ker Than LiveScience Staff Writer posted: 08 March 2006 04:39 pm

ET Scientists have produced superheated gas exceeding temperatures of 2 billion degrees Kelvin, or 3.6 billion degrees Fahrenheit. This is hotter than the interior of our Sun, which is about 15 million degrees Kelvin, and also hotter than any previous temperature ever achieved on Earth, they say. They don't know how they did it. The feat was accomplished in the Z machine at Sandia National Laboratories.

"At first, we were disbelieving," said project leader Chris Deeney. "We repeated the experiment many times to make sure we had a true result."

Thermonuclear explosions are estimated to reach only tens to hundreds of millions of degrees Kelvin; other nuclear fusion experiments have achieved temperatures of about 500 million degrees Kelvin, said a spokesperson at the lab ( fusion hydrogène - lithium ).

The achievement was detailed in the Feb. 24 issue of the journal Physical Review Letters. The Z machine is the largest X-ray generator in the world. It's designed to test materials under extreme temperatures and pressures. It works by releasing 20 million amps of electricity into a vertical array of very fine tungsten wires. The wires dissolve into a cloud of charged particles, a superheated gas called plasma. A very strong magnetic field compresses the plasma into the thickness of a pencil lead. This causes the plasma to release energy in the form of X-rays, but the X-rays are usually only several million degrees.

 

Sandia researchers still aren't sure how the machine achieved the new record.

Part of it is probably due to the replacement of the tungsten steel wires with slightly thicker steel wires, which allow the plasma ions to travel faster and thus achieve higher temperatures.

One thing that puzzles scientists is that the high temperature was achieved after the plasma's ions should have been losing energy and cooling.

Also, when the high temperature was achieved, the Z machine was releasing more energy than was originally put in, something that usually occurs only in nuclear reactions ( or le matérieu utilisé atait de l'acier inos, non "fusible" )

. Sandia consultant Malcolm Haines theorizes that some unknown energy source is involved, which is providing the machine with an extra jolt of energy just as the plasma ions are beginning to slow down.

Sandia National Laboratories is located by Albuquerque New Mexico and is part of the U.S. Department of Energy (DOE).
* Bubbles Get Hotter than the Sun
* Z Machine: Zero to 76,000 mph in a Second
* Simple Experiment Creates Surprising State of Matter
* Laser Could Rival Sun's Energy States of Matter SOLID LIQUID GAS PLASMA The state of normal matter depends on temperature, which regulates how fast molecules move and therefore how far apart they are. Plasma, a superhot gas, is an entirely different animal, being electrically charged and very expansive. Plasma is sometimes called a fourth state of matter (in addition to solid, liquid, gas). It's created when gas is superheated and electrons are stripped out, leaving electrically charged particles. Plasma occurs naturally in interstellar space and in the atmospheres of our Sun and other stars. Scientists also create plasma in labs in order to study emissions from the violent regions around black holes. A fluorescent lamp is an example of a highly contained plasma.

 

 

Etablissement du record de la plus forte température obtenue sur Terre :

3.6 millards de degrés Degrees ( Fahrenheit ) obtenus en laboratoire. Article de Ker Than LiveScience, rédacteur au journal, mis en ligne le 8 mars 2006 à 16 h 40

Les scientifique ont produit un gaz hyper-chaud dont la température a dépassé les deux milliards de degrés Kelvin, ou 3,6 milliards de degrés Fahrenheit. C'est plus chaud que le centre du soleil, qui est autour de 15 millions de degré, et c'est aussi la plus forte température jamais atteinte sur Terre, disent-ils. Cet exploit a été accompli dans la Z-machine du laboratoire Sandia, Nouveau-Mexique.

"Au début, nous ne parvenions pas à y croire, dit le responsable du projet, Chris Deeney. On a refait l'expérience de nombreuses fois pour être sûr que c'était bien ce que no