Premier projet OVNI aux USA : Projet Sign

 

Projet Sign

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Projet Sign (signe en français) a été la première étude scientifique officielle de l'US Air Force sur les OVNI. Le projet a été créé en décembre 1947 et dissout le 16 Décembre 1948, remplacé par le projet Grudge.

Sommaire

[masquer]

Contexte [modifier]

Le projet Sign a été créé sous l'impulsion du général Nathan F. Twining, suite à une vague d'OVNI (appelées "soucoupes volantes" à l'époque) en 1947 aux États-Unis, dont les deux plus célèbre cas sont l'observation de Kenneth Arnold en juin et l'incident de Roswell en juillet. Par ailleurs, le projet a été précédé d'une enquête du général James H. Doolittle en 1946 durant l'affaire des "Fusées Fantômes", et d'une étude du général Schulgen durant l'été 47, laquelle étude prouvait l'existence matérielle de ces objets volant[réf. nécessaire]. Par ailleurs, Twining lui écrit, dans un mémo secret de septembre 1947 :

  • Le phénomène rapporté est quelque chose de réel et non une vision ou un canular
  • Il y a des objets ayant approximativement la forme d'un disque, d'une taille suffisamment importante pour sembler aussi grands qu'un appareil humain.
  • Il est possible que certains des incidents puissent être causés par des phénomènes naturels, tels que des météores.
  • Les caractéristiques opérationnelles rapportées telles qu'une vitesse ascensionnelle extrêmes, la manœuvrabilité (particulièrement au niveau du roulis), et des manœuvres qui doivent être considérées comme évasives face à des avions ou radars amicaux, portent à croire à la possibilité que certains des objets sont contrôlés manuellement, automatiquement ou à distance.
  • La description apparemment courante des objets est comme suit :
    • Surface métallique ou réfléchissant la lumière
    • Absence de trainée, à l'exception de quelques cas lorsque l'objet opére apparemment dans des conditions de hautes performances
    • De forme circulaire ou elliptique, plat à la base et dômé au-dessus.
    • Plusieurs rapports de vols en formation bien tenue variant de 3 à 9 objets
    • Normalement aucun son associé, à l'exception de 3 cas où un rugissement grondant a été noté
  • Il est possible dans les connaissances américaines actuelles (si un développement détaillé étendu est entrepris) de construire un appareil piloté ayant l'allure générale de l'objet décrit en sous-paragraphe (e) ci-dessus qui serait capable d'une autonomie approximative de 7000 miles à des vitesses subsoniques.
  • Tous développements dans ce pays suivant les lignes indiquées seraient extrêmement coûteux, consommateurs de temps et aux dépends considérables des projets actuels et par conséquent, s'ils étaient menés, devraient être mis en place indépendamment des projets existants.
  • Une considération adéquate doit être donnée à ce qui suit :
    • la possibilité que ces objets soient d'origine américaine - le produit d'un projet de haute sécurité non connu de l'AC/AS-2 ou de ce commandement
    • le manque d'indices physiques sous la forme d'éléments récupérés de crash qui prouveraient indéniablement l'existence de ces objets
    • la possibilité qu'une nation étrangère ait une forme de propulsion éventuellement nucléaire, qui est hors de notre connaissance scientifique.

Twining recommande ensuite une étude approfondie du phénomène.

Projet Sign [modifier]

La proposition de Twining est approuvée par le gouvernement le 30 décembre 1947, et le projet Sign débute le 22 janvier 1948, sur la base aérienne de Wright-Patterson, dans l'Ohio. Il est placé sous le commandement du capitaine Robert R. Sneider. Bien que le projet ait été classifié "d'accès restreint", son existence est connue du grand public, souvent sous le nom de "Projet Soucoupe". Le projet engage aussi des consultants scientifiques, comme l'astronome américain Josef Allen Hynek, chargé de distinguer les cas de méprises avec des étoiles ou des météorites.

Le Dr Michael D. Swords écrira : « le personnel de ce projet était probablement le plus talentueux groupe d'étude sur les OVNI jusqu'à ce que l'Air Force ait finit ses recherches en 1969. Pour aider l'officier commandant, le capitaine Robert R Sneider, il y avait deux ingénieurs aéronautiques exceptionnels, Alfred Loedding et Albert B. Deyarmond. Il y avait aussi l'expert en nucléaire et balistique Lawrence Truettner. La qualité de ce personnel indique le sérieux (surtout en comparaison avec les années suivantes) avec lequel l'Air Force considérait le phénomène OVNI ».

La première entreprise de grande envergure du projet Sign fut l'étude du célèbre incident de Mantell. Le 7 janvier 1948 , le pilote de l'Air Force Thomas Mantell avait repéré un OVNI dans le ciel du Kentucky et s'était lancé à sa poursuite (chose confirmée par ses coéquipiers qui avaient dû rentrer à leur base avant le drame). On retrouva les débris de son avion éparpillés sur des kilomètres, comme s'il avait été détruit en haute altitude. Les enquêteurs de Sign arrivèrent à la conclusion que Mantell avait confondu la planète Vénus (en plein après-midi) et qu'il avait été victime d'une défaillance d'oxygène. Ils n'expliquèrent cependant pas les observations concordantes de témoins au sol, ni pourquoi l'avion avait explosé en plein vol.

Les enquêteurs furent moins sceptiques lorsqu'en juillet 1948, deux pilotes de ligne virent un OVNI approchant de manière "intelligente". Il accordèrent une grande crédibilité à ce témoignage et estimèrent que l'objet était peut-être occupé.

Le rapport "Estimation de la situation" [modifier]

Au fil des enquêtes, le personnel de Sign perdit peu à peu son scepticisme initial face à de nombreux cas troublants et inexpliqués. Petit à petit, l'idée que certain de ces OVNI pouvaient être d'origine extra-terrestre fut admise par les experts du projet. Ce fut la rédaction d'un rapport secret resté fameux, nommé "Estimation de la situation". Ce rapport expliquait qu'au vu des performances aérienne de certains des OVNI et de l'impossibilité de les faire correspondre à des phénomènes naturels, l'explication la plus probable et rationnelle était donc qu'une partie des OVNI avaient une origine extra-terrestre.

Ce rapport fut rejeté catégoriquement par le général Hoyt S. Vandenberg, d'autant plus qu'un groupe de scientifiques sceptiques avaient rédigé un autre rapport aux conclusions inverses. Cependant, malgré ce rejet, les scientifiques de Sign continuèrent leur étude du phénomène, ce qui confirma leur première conclusion sur l'origine extra-terrestre des OVNI. C'est alors que le général Charles P. Cabel demanda au personnel de Sign de rédiger un nouveau rapport, lequel devrait exclure l'HET. Ils rendirent un rapport qui ne fut pas aussi explicite que le premier, mais qui sous-entendait la même conclusion.

C'est alors qu'en décembre 1948, le Projet Sign fut dissout et remplacé par le Projet Grudge, composée de scientifiques ne croyants pas à l'HET.

Voir aussi [modifier]

Liens internes [modifier]

Sources [modifier]

  • Jerome Clark, The UFO Book: Encyclopedia of the Extraterrestrial, Visible Ink, 1998; ISBN 1578590299
  • David Michael Jacobs, The UFO Controversy In America, Indiana University Press, 1975; ISBN 0253190061
  • Curtis Peoples, Watch the Skies! - A Chronicle of the Flying Saucer Myth. Smithsonian, 1994, IBSN 1-56098-343-4.
  • Edward J. Ruppelt, The Report on Unidentified Flying Objects, Doubleday & Co., 1956 online
  • Michael D. Swords, "UFOs, the Military, and the Early Cold War" (pp. 82-122 in UFOs and Abductions: Challenging the Borders of Knowledge, David M. Jacobs, éditeur; University Press of Kansas, 2000; ISBN)

Liens externes [modifier]



07/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 326 autres membres