La Guerre des Mondes n’aura pas lieu

 

© Denocla mai 08 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit. 1/ 3

La Guerre des Mondes n’aura pas lieu

Auteur : D. R. Denocla

De nombreuses personnes s’interrogent « est-ce que la présence d’exocivilisations nous fait courrir

le risque d’un ethnocide ? ».

Ethnocide vs génocide

Suivant les indications de Wikipidedia, le terme ethnocide est apparu dans la langue française en

1970 sous la plume de l'ethnologue Robert Jaulin. Il désigne la disparition de l'ensemble des

caractères sociaux et culturels d'un groupe d'humains, la destruction de sa civilisation par un autre

groupe ethnique plus puissant. Il est le plus fréquemment utilisé à propos de la disparition des

cultures propres aux peuples indigènes d'Amériques. Le terme est applicable aux aborigènes

« Australiens », aux Kanaks « Français », et certainement bien d’autres petites peuplades oubliés et

moribondes…

L'ethnocide détruit l'identité culturelle d'un groupe, sans nécessairement détruire physiquement ce

groupe (contrairement au génocide). Un ethnocide peut être la conséquence d'un changement

économique ou social progressif, donc provenir d'une politique d'État. On parle par exemple

d'ethnocide de l'Occitanie ou de la Bretagne par la France, de l'Irlande ou de l'Écosse par

l'Angleterre, de la tentative d'ethnocide de la Catalogne sous le franquisme.

Lemkin, l'inventeur du concept de génocide, considère que, sous certaines circonstances,

l'ethnocide est un génocide.

Nous distinguerons ici, 4 types :

a) L’ethnocide non belliqueux, conduisant à une disparition culturelle sans destruction humaine.

b) L’ethnocide non belliqueux, conduisant à une disparition culturelle avec destruction humaine.

c) L’ethnocide belliqueux, conduisant à une disparition culturelle sans destruction humaine

importante.

d) L’ethnocide belliqueux, conduisant à une disparition culturelle avec destruction humaine

systématique, autrement dit le génocide.

La question est donc : « est-ce que la présence d’exocivilisations nous fait courrir le risque de l’un

de ces types d’ethnocide ? »

Qu’est-ce qu’un risque ?

Toutes les méthodes d’évaluation des risques sont fondées sur des principes de calcul qui prennent

en compte les 3 paramètres suivants :

· Que risque-t-on de perdre ?

· Quel est le type de la menace ?

· Quelle est la probabilité que cette menace survienne ?

La conjonction de ces 3 paramètres permet de calculer le risque en tant que tel. Puis, en fonction

du « poids », de la valeur, du risque calculé, l’on définira les contre-mesures à mettre en place.

© Denocla mai 08 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit. 2/ 3

Evaluons le risque

Quel est donc le risque que la présence d’exocivilisations nous fait courrir le risque de l’un des types

d’ethnocide que nous avons identifiés ? Appliquons la méthode usuelle en définissant les 3

paramètres :

· Que risque-t-on de perdre ?

Une merveilleuse société où règne la justice sociale et économique, et le bien être général.

· Quel est le type de la menace ?

Un contact avec les exocivilisations qui nous côtoient conduit à un ethnocide :

a) L’ethnocide non belliqueux, conduisant à une disparition culturelle sans destruction

humaine.

b) L’ethnocide non belliqueux, conduisant à une disparition culturelle avec destruction

humaine.

c) L’ethnocide belliqueux, conduisant à une disparition culturelle sans destruction humaine

importante.

d) L’ethnocide belliqueux, conduisant à une disparition culturelle avec destruction

humaine systématique, autrement dit le génocide.

· Quelle est la probabilité que cette menace d’un contact avec les exocivilisations

survienne ?

Aussi loin que l’on puisse remonter dans l’histoire de l’homme, à aucun moment les contacts

avec les exocivilisations n’ont été une menace significative.

E33 - En regardant dans le lointain de l'univers…. p.439, Message lu le 18 avril 1969 par

Fernando Sesma - « D'une planète codifiée par un chiffre [2] par ses habitants proviennent les

plus anciens visiteurs de la Terre (depuis 31700 ans avant J.C.). Ils sont de taille élevée avec un

épiderme écailleux, anatomie un peu différente de la vôtre. Ils proviennent d'une étoile que

vous n'avez pas cataloguée, située à 47 années-lumière. »

La probabilité de contacts relatifs à une menace d’ingérence significative est totalement nulle,

en dehors du contexte d’un cataclysme auto-destructeur.

D1378 : « Hommes de la Terre. Notre éthique nous empêche de violer le principe de non

interférence dans le libre cours évolutif du Réseau Social d'un astre froid habité par des

cerveaux intelligents et humains. »

« Nous insistons : Seule la certitude que l'OEMII de OYAGAA pourrait disparaître de son Astre

froid, nous fournirait l'argument moral d'une intervention et déjà dans ce cas, nous ne nous

limiterions pas à stopper le processus d'annihilation mutuelle, mais notre groupe expéditionnaire

augmenté en effectifs et moyens techniques les mettrait en action selon le schéma résumé

dans les paragraphes précédemment dactylographiés. »

En résumé, nous risquons de perdre cette merveilleuse société modèle et la menace d’un

contact avec les exocivilisations qui nous côtoient a une probabilité absolument nulle, en

dehors du contexte d’un cataclysme auto-destructeur.

La valeur du risque est nulle.

© Denocla mai 08 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit. 3/ 3

A qui profite la guerre des Mondes ?

A qui profiterait la guerre des Mondes ? A qui profitent les guerres ?

Un présupposé danger Extraterrestre est propre à nourrir cette peur ancestrale de l'Autre qui est

tapie dans un coin de nos cerveaux limbiques. On prendra soin de le draper d'un principe de

précaution qui ne sera ici qu'une fausse prudence inadaptée, mais propre à attiser les vieux

réflexes belliqueux. Ces chausses-trappes sont terribles.

Les pseudo-arguments ethnocidaires, de risque zéro, sont du pain béni pour tous les va-t-enguerre

des oligarchies politico-militaires qui infestent la planète. La logique de ces pseudoarguments

ethnocidaires, de risque zéro, est une merveilleuse occasion pour eux de justifier et

accroître les peurs. Comment mieux justifier « l'ordre économique délirant » qu'ils imposent,

mieux qu'en attisant la peur des Extraterrestres ? Comment mieux capter encore plus de

pouvoir pour réduire en esclavage économique encore un peu plus les populations, mieux que

sous couvert d'un principe de précaution ? Et ceci à la demande même de scientifiques et

d'ufologues ?

S'il y a un principe de précaution à appliquer, c'est bien à l'égard des oligarques de la finance

auxquels nous avons déjà concédé naïvement trop de pouvoir.

Messieurs les scientifiques et ufologues, enlevez donc ce bat qui vous fait encore courber

l'échine !

Doutez vous que les oligarchies ne soient pas prêtes à tout pour se maintenir au pouvoir ? Le

dernier éthnocide génocidaire en date, au Rwanda, fut fomenté par les possédants, pas

uniquement des Hutus, dans un contexte de crise Malthusienne, uniquement et simplement

pour tenter de se maintenir au pouvoir.

Quid de la belle logique hypothéticodéductive scientifique ? Nous qui avons tous bien compris

que la présence d'exocilisations aux portes de la Terre depuis des millénaires, est une présence

pacifique, qu'elle n'a jamais été une menace pour la planète. Malgré divers épiphénomènes

ponctuels moralement condamnables, il est bien plus probable que la présence des

exocivilisations soient le gage d'une véritable et ultime protection salvatrice pour l'humanité

terrestre.

Pour la reconnaissance des Exocivilisations

Notre devoir de scientifiques ou d'ufologues est de communiquer ces faits et analyses positifs.

Nous ne devons pas nous rendre complices des oligarchies qui à l'instar de tous les régimes

fascistes ont toujours désigné des boucs émissaires pour légitimer la folie dans laquelle ils ont

entraîné leurs peuples...et nous y entraîneront encore.

L'arbre ne doit pas cacher la forêt. Non, le phénomène ovnien n'est pas grave. Ce qui est

grave, c’est quand un enfant meurt. Quand il meurt par la faute de l'incompétence et de

l'apathie face à l'impérieuse nécessité d'une régulation sociale des systèmes économiques et

financiers qui les sacrifient sans vergogne sur l'insatiable autel des dividendes. A qui le tour ?

A quoi servirait une Nième étude sur ce que tous les décideurs internationaux savent déjà

depuis 50 ans ?

Cessons de cautionner ou de fomenter, directement ou incidemment, la haine des

Exocivilisations.

Ne serait il pas plus sage de faire pression pour officialiser une reconnaissance de nos droits

mutuels et une réelle application des droits des OEMMII...sur Terre ?

Le Savoir pour qui, le Savoir pourquoi ?



12/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 326 autres membres