INRESS - Institut de recherche sur les expériences extraordinaires

Institut de recherche sur les expériences extraordinaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L’Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires (INREES) se consacre à l’étude des expériences humaines inhabituelles, telles que des expériences de mort imminente ou des rencontres avec des esprits. Il a été fondé par le journaliste et écrivain Stéphane Allix, et le docteur Bernard Castells.

Sommaire

[masquer]

Démarche et objectif[modifier]

L'objectif de l'INREES est de sensibiliser les professionnels de santé aux expériences extraordinaires qu'un certain nombre de personnes disent avoir vécues[réf. nécessaire]. Pour cela, il se propose de créer un réseau de professionnels en santé mentale, de médecins et de soignants[réf. souhaitée] pour recevoir les personnes déclarant avoir eu des visions qualifiées de surnaturelles, des phénomènes physiques de nature inconnue, une expérience de mort imminente, des communications, des rencontres avec des esprits, etc...

Selon ses responsables[Qui ?], ces personnes sont aidées à « dissocier dans un comportement ou un récit d'expérience extraordinaire ce qui est pathologique de ce qui ne l'est pas »[réf. souhaitée].

Membres d'honneur[modifier]

Plusieurs professionnels du monde scientifique et médical ont souhaité appuyer la démarche de l'INREES[réf. nécessaire], comme le professeur en sciences sociales Paul Bernstein, le neurologue Mario Beauregard, l'astrophysicien Morvan Salez, les psychiatres Stanislav Grof et Patrick Lemoine, le psychologue Kenneth Ring ou l'astronaute Jean-François Clervoy.

D'autres personnalités du milieu artistique et littéraire soutiennent l'INREES, notamment les écrivains Bernard Werber, Jan Kounen, Romain Sardou, Didier Van Cauwelaert, Sylvain Tesson, Patrice Van Eersel ou Evelyn Elsaesser-Valarino.[réf. nécessaire]

Critiques sceptiques[modifier]

Cette organisation a adopté, dès sa création, une position valorisant la spiritualité pour approcher l'extra-ordinaire de ces phénomènes (proche de la parapsychologie)[1].

Dans le communiqué de presse annonçant sa création, l'INREES a affirmé que les expériences inhabituelles ne sont pas encore explicables scientifiquement à l'heure actuelle[réf. nécessaire], mais il faut signaler que la psychologie des expériences inhabituelles a fait de nombreux progrès ces dernières décennies[2] dans l'explication matérialiste de ces phénomènes[réf. nécessaire].


Voir aussi[modifier]

Articles connexes[modifier]

Lien externe[modifier]

Notes et références[modifier]

  1. Voir aussi l'entrée du blog "Sens Commun": Création d'un Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires [archive]
  2. Voir par exemple (1) Etzel Cardena , Stephan Jay Lynn, Stanley C. Krippner (2000) (Ed.). Varieties of Anomalous Experience: Examining the Scientific Evidence. American Psychological Association, et (2) Ron Roberts, David Groome (2001) (Ed.). Parapsychology: The Science of Unusual Experience. Hodder Arnold.

-----------------------------------------

La mission de l'INREES

Nos actions d'intérêt général


Depuis juillet 2007, l’INREES a pour objectif de permettre que les personnes qui traversent des expériences extraordinaires puissent être mieux entendues dans notre société. Pour ce faire, nous avons initialement entrepris de sensibiliser les professionnels de santé, et cet objectif a été atteint à l’automne 2009 avec la publication du Manuel clinique des expériences extraordinaires, un ouvrage de 400 pages, rédigé par une trentaine de collaborateurs, psychologues, médecins, psychothérapeutes ou psychanalystes réunis à l’initiative l’INREES. Cet ouvrage collectif inestimable est accessible depuis octobre 2009 aux professionnels de santé mais s’adresse aussi au grand public en manque de repères.

Création d’un Réseau d'accueil et d'écoute


L’INREES travaille par ailleurs à la constitution d’un réseau de correspondants professionnels mieux informés sur les expériences humaines extraordinaires. Cet objectif s’inscrit dans un véritable projet d’intérêt général visant à sensibiliser puis à regrouper tous les professionnels en santé mentale au sens large, ce qui comprend des cursus identifiés et reconnus comme validant pour des pratiques de soutien et d’accompagnement, et désireux de mettre leurs observations et leurs connaissances cliniques en commun. En créant ce réseau, la vocation de l’INREES est de rendre possible l’accueil des personnes ayant vécu ces expériences, tout en faisant connaître les outils cliniques existants qui permettent de dissocier, dans un comportement ou un récit d’expérience extraordinaire, ce qui est pathologique de ce qui ne l’est pas. L’INREES offre ainsi une plateforme de conseil et de soutien à destination de ceux qui en ont besoin.

Formation des professionnels


Durant l’année 2010/2011, un groupe de 25 professionnels de santé suit un cycle de formation proposé par l’INREES. Le rôle de l’INREES dans l’élaboration et la mise en œuvre de ce cycle de formation est de centraliser les connaissances existantes, et d’initier de nouvelles pistes de recherches scientifiques et universitaires sur les thèmes se rapportant aux expériences extraordinaires. Les praticiens pourront ainsi répondre à un réel besoin d’écoute, tout en contribuant à une meilleure connaissance de la fréquence et de la nature de ces expériences au sein de la population.

 

----------------------------------------------------------------

L'extraordinaire, c'est quoi ?

Une expérience extraordinaire est une expérience profonde et très souvent transformatrice pour celui qui la traverse. Souvent qualifiée de « surnaturelle », elle prend la plupart du temps des formes peu habituelles, voire incompréhensibles du point de vue des connaissances scientifiques actuelles. Elle renvoie ainsi au système de croyance et de référence culturel du sujet et de son entourage.



Entre interprétation, croyance, hallucination et réalité


Toute société génère en effet nécessairement une définition consensuelle de ce qui est « réel » et de ce qui ne l'est pas. Or, les expériences extraordinaires brouillent les pistes car elles plongent le sujet dans une réalité inhabituelle et mettent la science moderne face à des « anomalies ». Elles renvoient le sujet, son entourage et les thérapeutes à un domaine que le consensus médical juge « irréel » ou que les médias qualifient encore de « paranormal » ou « surnaturel ». Pour le sujet, le regard porté sur son vécu complique encore l’intégration de son expérience, parfois éprouvante à traverser, tant elle remet profondément en cause son sentiment d’identité.

Face à une expérience extraordinaire, le thérapeute peut, soit se conformer à la vision standard de la société, soit s’abstenir de tout jugement et, à partir de l’expérience du patient telle qu’elle a été vécue par lui, procéder à une évaluation subtile et complète mais dénuée de tout a priori. Comme aucun élément de la recherche scientifique actuelle ne permet de prouver ni de réfuter la réalité objective de ces expériences, le thérapeute doit être attentif aux effets de l’expérience sur la personne qui en a été l’objet. Le risque le plus grand pour le sujet est en effet de voir « pathologiser » son expérience qui, pour extraordinaire qu’elle soit, fait partie du champ des expériences humaines. Ainsi, une médication abusive supprimerait non seulement les symptômes, mais aussi les capacités du sujet à intégrer son expérience. Un étiquetage erroné (psychose, etc.) conduirait à un cursus psychiatrique empêchant toute évolution du sujet, alors même que l’expérience portait potentiellement en elle le germe de transformations personnelles profondes.

Pour le praticien, les expériences extraordinaires sont donc un véritable défi, car elles présentent parfois des caractéristiques similaires à des troubles mentaux, et peuvent induire différentes complications si elles sont mal accompagnées. Elles nécessitent donc d’être abordées avec un état d’esprit rigoureux mais ouvert, sans jugement ni préconceptions. Le thérapeute doit donc être également attentif au conflit intérieur que peut faire naître, chez lui aussi, ces expériences.


Liste des expériences extraordinaires


Il n'est pas aisé de catégoriser les expériences extraordinaires qui recouvrent une très grande variété de phénomènes et de ressentis. L'INREES vous propose de découvrir la classification présentée dans le Manuel clinique des expériences extraordinaires, en gardant à l'esprit que ce qui caractérise ces expériences sont leurs diversités, leur richesse, leur complexité, et les passerelles qui semblent exister entre plusieurs d'entres-elles, ainsi que la difficulté qu'éprouvent souvent ceux qui les vivent à trouver les mots justes pour les décrire.



Découvrir également le site : Un manuel pour l'extraordinaire »
 
-----------------------------
 

Un manuel pour l'extraordinaire



Expériences de mort imminentes, vécu subjectif de contact avec un défunt, sortie hors du corps, rêve lucide, expériences chamaniques, expériences psycho-spirituelles, possession et hantise, perceptions extrasensorielles... Interprétation, croyance, hallucination, réalité ?

Les expériences extraordinaires nous placent dans une zone frontière de l’esprit humain, un espace où il est aisé de perdre ses repères. Elles suscitent deux formes de réactions opposées : rejet ou fascination. Une prise de distance est pourtant nécessaire afin de ne pas se perdre dans nos croyances personnelles, celles de notre entourage ou encore celles de groupements opportunistes. Ce manuel, initié par l’INREES, propose pour la première fois cette prise de distance.

L’ouvrage s’adresse aux professionnels de santé, aux psychologues, aux psychothérapeutes, mais aussi au grand public, à chaque personne désireuse de connaître et de comprendre ce que les recherches scientifiques sérieuses, et l’étude clinique de ces expériences, ont permis de découvrir...

Un ouvrage de 420 pages sous la direction de Stéphane Allix et Paul Bernstein, avec la collaboration de 9 auteurs et de 24 conseillers scientifiques.


Les contributeurs du Manuel clinique


Les directeurs de l'ouvrage : Stéphane AllixPaul Bernstein

Les auteurs : Paul BernsteinOlivier ChambonEvelyn Elsaesser-ValarinoJayne GackenbachIsabelle de KochkoStephen LaBergeCarine LemarchandErik PiganiDjohar Si Ahmed

Les conseillers scientifiques : Patrick BaudinBernadette BlinMarie BrissonBernard CastellsRoberta L. ColasantiAgnès DelevingneDidier DumasGeneviève Fribourg-BlancMartine GercaultBruce GreysonStanislav GrofArthur HastingsJean-Pierre JourdanLouis E. LaGrandDavid LukoffMuriel MassinJocelin MorissonPaul-Louis RabeyronJeffrey D. RedigerCarnita SabaterShelley TanenbaumCharles T. TartSerge TriboletMelissa A. Wolf.


Evènement : Jeudi 1er octobre 2009


Conférence évènement En présence de nombreux professionnels de santé et de nombreux contributeurs du Manuel clinique, l'INREES vous propose de découvrir en avant-première son livre fondateur : le Manuel clinique des expériences extraordinaires.

Intervention des deux directeurs d'ouvrage : Stéphane Allix et Paul Bernstein suivie d'une présentation de plusieurs des rédacteurs. Evelyn Elsaesser-Valarino : les expériences autour de la mort ; Erik Pigani : les perceptions extra-sensorielles et Isabelle de Kochko : comment entendre l’extraordinaire ?

Introduction au Manuel clinique



Où se situent les expériences extraordinaires ? Quels outils pour le soignant et l'accompagnant ? L'INREES vous propose de découvrir, dans le Chapitre 1 et le Chapitre 2 du Manuel clinique, un espace d'écoute entre folie et normalité à travers un texte pratique, aux entrées multiples et claires.



1. Interprétation, croyance, hallucination, réalité ?



Les expériences extraordinaires nous placent dans une zone frontière de l'esprit humain, un espace où il est aisé de perdre ses repères communs. Il devient alors difficile d'analyser objectivement et de gérer ces situations hors norme. Ce qui sort de la cohérence du système culturel établi a tendance à susciter deux formes de réactions opposées : rejet ou fascination. Une prise de distance est pourtant nécessaire, afin de ne pas se perdre dans nos croyances personnelles, celles de notre entourage ou encore celles de groupements opportunistes. Ce Manuel propose cette prise de distance.


2. A qui s'adresse le Manuel ?



Le Manuel clinique des expériences extraordinaires est le texte fondateur de l’INREES. C’est un ouvrage collectif regroupant et présentant par catégorie un grand nombre d’expériences extraordinaires répertoriées à ce jour, ainsi que les suggestions d’approches thérapeutiques.

Il s’adresse ainsi aux professionnels de santé, aux psychologues, aux psychothérapeutes de différentes écoles, mais aussi au grand public, à ces personnes qui ont vécu une ou plusieurs expériences, ou à leur entourage qui chercherait à comprendre les changements de comportement qui affectent leur proche ; enfin à quiconque ayant vu ou entendu parler de ces expériences et qui serait désireux de connaître et comprendre ce que les recherches scientifiques sérieuses, et l’étude clinique de ces expériences, ont permis de découvrir.


3. Qu'est-ce qu'une expérience extraordinaire ?



Une expérience extraordinaire est une expérience profonde et très souvent transformatrice pour celui qui la traverse, mais qui prend la plupart du temps des formes peu habituelles, voire incompréhensibles du point de vue de la médecine occidentale moderne ; elles renvoient de fait au système de croyance et de référence culturel du sujet et du praticien. Toute société génère en effet nécessairement une définition consensuelle de ce qui est « réel » et de ce qui ne l'est pas. Or, les expériences extraordinaires brouillent les pistes car elles plongent le patient dans une réalité inhabituelle et mettent la science moderne face à des « anomalies ».

Les travaux récents en psychologie de la conscience, fondés sur des approches psychophysiologiques, neuropsychologiques et psychobiologiques, tendent à modifier les limites de la conscience ordinaire telles qu'on la percevait jusqu'alors. De fait, ces recherches posent un nouveau regard sur la perception consensuelle de la réalité sensorielle, en identifiant des substrats physiologiques et des mécanismes cognitifs qui s’apparentent à une autre saisie du réel. (Leduc) Cependant, si les systèmes de représentation d'une société peuvent évoluer, les idées et les théories ne changent que dans le conflit et sur plusieurs générations...

En savoir plus sur les expériences extraordinaires


4. Psychopathologie : approche thérapeutique



Les expériences extraordinaires renvoient le sujet, son entourage et les thérapeutes à un domaine que le consensus médical et médiatique juge « irréel ». Pour le sujet, le regard porté sur son vécu complique encore l'intégration de son expérience, parfois éprouvante à traverser, tant elle remet profondément en cause son sentiment d'identité.

Face à une expérience extraordinaire, le thérapeute peut soit se conformer à la vision standard de sa société, soit s'abstenir de tout jugement et présupposé, et, à partir de l'expérience du patient telle qu'elle a été vécue par lui, procéder à une évaluation subtile et complète mais dénuée de tout a priori.

Comme aucun élément de la recherche scientifique actuelle ne permet de prouver ni de réfuter la réalité objective de ces expériences, le thérapeute doit être attentif aux effets de l'expérience sur la personne qui en a été l'objet. Le risque le plus grand pour le sujet est en effet de voir « pathologiser » son expérience qui, aussi extraordinaire qu'elle soit, fait partie du champ des expériences humaines. Ainsi, une médication abusive supprimerait non seulement les symptômes, mais aussi les capacités du sujet à intégrer son expérience. Un étiquetage erroné (psychose, etc.) conduirait à un cursus psychiatrique empêchant toute évolution du sujet, alors même que l'expérience portait en elle le germe de transformations personnelles profondes. Afin de replacer l’expérience dans le contexte de la dynamique psychique, le psychologue canadien F. Leduc appelle à « avoir le courage, comme professionnels de la santé mentale, de ne pas abuser des grilles psychopathologiques ou des traitements pharmacologiques, et de nous donner des perspectives véritablement fondées sur le développement humain et sur la santé mentale. »

Pour le praticien, les expériences extraordinaires sont donc un véritable défit, car elles présentent parfois des caractéristiques similaires à des troubles mentaux, et peuvent conduire à la décompensation psychotique si elles sont mal accompagnée. Elles nécessitent donc d'être abordées avec un état d'esprit rigoureux mais ouvert, sans jugement ni préconceptions. Une relation de confiance doit se tisser pour permettre au sujet d'exprimer ses émotions intenses, qu'il peut avoir tendance à censurer s'il les sait en rupture avec les attentes de son entourage. Le thérapeute, tout en étant attentif au conflit intérieur que peut faire naître, chez lui aussi, ces expériences, doit pouvoir s'ouvrir au potentiel d'évolution de la personnalité du sujet, afin de lui permettre d'intégrer son expérience. Cette dernière, paradoxalement, peut être le signe que le sujet est au seuil d'un cycle de « dépression / percée » ou « mort / renaissance », seuil où une profonde et profitable transformation est accessible au sujet...


Plus d'informations dans le Chapitre 2 du Manuel clinique des expériences extraordinaires.

Professionnels de santé : le réseau d'écoute
 
-------------------------
 

Inventer ensemble les outils cliniques de demain



John E. Mack Le Réseau d’Accueil et d’Ecoute de l’INREES est constitué. Il accueille une trentaine de professionnels en santé mentale, certains ayant participé à la rédaction du Manuel clinique des expériences extraordinaires. Ils vont avoir la tâche importante de développer un outil clinique nouveau. Dès l’automne prochain, ils vont s’engager dans un cycle de formation, tant clinique qu’expérientiel, portant spécifiquement sur les expériences extraordinaires.

Ce cycle de formation proposera notamment de se pencher sur les thèmes abordés dans le Manuel clinique. Durant ces mois à venir ils vont se former et construire ensemble un outil d’accueil et d’écoute qui n’existe nulle part ailleurs. Dès l’automne, leur rôle consistera à devenir les accueillants/représentants de l’INREES. Ils répondront aux demandes multiples qui sont adressées à l’INREES par des personnes rapportant tous types d’expériences extraordinaires, ils accueilleront, écouteront, conseilleront, et orienteront le cas échéant. Ce réseau n’est pas destiné à prendre en charge des patients, mais à offrir un espace unique d’accueil.



06/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 326 autres membres