Suite de l'enquete de l'Affaire Haravilliers

HARAVILLIERS : UN CAS ABSOLUMENT EXCEPTIONNEL

//home.nordnet.fr/~phuleux/haravilliers3.htm

Gérard Deforge

Lumières dans la Nuit - N° 352 - Juin 1999

Cliquez sur l'image

L'illustration qui figure sur la couverture du présent numéro a été réalisée par « Monsieur D. ». Elle montre le phénomène de la l'arrêt et autour d'elle.« lumière en gouttes », tombant sur la Mercedes à


Ce second article a été rédigé à la suite de divers compléments d'enquête, et notamment d'une entrevue, le 6 février 1999, avec l'ensemble des témoins (à l'exception d'un seul, qui a été cruellement affecté par l'incident du 10 janvier 1998, au point qu'il n'est pas en état d'exprimer ses éventuels souvenirs). Lors de cette entrevue capitale, Gérard Deforge était accompagné par Jacques Vallée et son épouse, ainsi que par « Monsieur D. » dont nous connaissons déjà, pour l'essentiel, le témoignage, exposé dans notre numéro 349 (voir pages précédentes).

Voici ce que Gérard Deforge écrit en préambule à ce second rapport : « Volontairement, je n'ai pris aucune note, ce 6 février. Je me suis servi de ma mémoire et des indispensables notes de Jacques Vallée. Ces notes, il me les a faxées, en me faisant confiance pour la continuation du travail entrepris sur ce cas. Il m'a proposé un plan, que j'ai essayé de suivre le mieux possible. Je le remercie pour cette confiance. De plus (mea culpa pour la précédente publication !), M.D. a bien voulu relire tout ce que j'ai rédigé, et y apporter les formulations lui semblant les plus adaptées, compte tenu de ce que les divers témoins ont dit et ressenti. Je le remercie pour ses qualités de rigueur et sa patience. Notons que Mme D. a supporté ma présence, de longues heures durant, dans sa maison, avec beaucoup de gentillesse et de compréhension, se rendant parfaitement compte de l'importance de cette expérience exceptionnelle.

Comme chaque lecteur pourra d'emblée le constater, cette relation débute par un témoignage demeuré inédit à ce jour, et très antérieur à cette journée passée avec tous les autres protagonistes. »


l. les terreurs d'une petite fille

Nous en étions donc restés au deuxième témoignage enregistré par téléphone, concernant cette épopée du 10 janvier 1998. Nous reparlerons du second témoin plus loin, parce que nous avons pu le voir et lui parler longuement.

Alors que LDLN n° 349 était sous presse, un nouveau témoignage vint se greffer sur cette histoire, dans des conditions apparemment dues au hasard.

En cette fin juin, je n'avais pas l'esprit à penser à l'ovni d'Haravilliers, lorsque j'entrai dans le bureau de la société chargée de l'entretien du photocopieur de mon école (Gérard Deforge est directeur d'école - NDLR), pour négocier l'achat d'une nouvelle machine... Je rencontrai à cette occasion un agent commercial de la société, que je n'avais jamais vu auparavant et qui est par ailleurs conseiller municipal à Haravilliers. Il habite une maison qui est en plein sur la trajectoire du phénomène, et cela lui a créé quelques soucis...

Pour l'anecdote, signalons que ce conseiller municipal, M.C., fête son propre anniversaire le 10 janvier vers 7 h 30 du matin, soit l'heure exacte à laquelle le phénomène se manifesta à M.D. et à ses amis ! Ce nouveau témoin fit le rapprochement entre les manifestations de terreurs nocturnes de sa fillette âgée de deux ans et le passage de l'ovni, à la suite de l'article paru sur une pleine page du journal la Gazette du Val d'Oise, concernant l'ovni d'Haravilliers.

En effet, dès la nuit du 11 janvier, et toutes les nuits suivantes, pendant plusieurs mois, cette petite fille fut systématiquement en proie à des terreurs si fortes, que ses parents furent obligés de rester à son chevet pour la calmer. Elle allait jusqu'à frapper de ses petits poings la cloison de sa chambre. Les parents durent consulter un médecin, qui prescrivit des calmants.

J'en parlai à Franck Marie et à Joël Mesnard, ainsi qu'au témoin principal, M.D., et aussi à Pierre Guérin. Suite à leurs conseils, je recommandai à cette famille d'examiner la fillette « sous toutes les coutures ». Ils le firent, et ne trouvèrent rien d'anormal. Je proposai aussi une sorte de test : une feuille de papier, sur laquelle se trouvaient quelques dessins anodins à colorier (motifs de fleurs stylisés, formes géométriques simples), plus deux représentations insolites, en rapport avec notre sujet. Les parents acceptèrent de confier cette feuille à leur fille, afin qu'elle la regarde et la colorie, éventuellement. Il n'y eut aucune réaction particulière. Enfin, les parents m'indiquèrent un détail : il concernait un jouet qui lui avait été offert, et avec lequel elle aimait bien s'amuser. C'était une sorte de petite mécanique qui émettait des lumières éclairant jusqu'au plafond de la chambre. Depuis l'apparition de ses terreurs, elle ne veut absolument plus jouer avec cet objet.

De plus, si ce jouet est mis en marche alors qu'il fait noir, la petite fille exprime un malaise évident, assez semblable à ses manifestations de peur.

2. Approfondissement de l'enquête, en compagnie de Jacques Vallée et de son épouse

Un peu avant Noël, je reçus un appel téléphonique de Jacques Vallée. Il avait eu connaissance de l'événement survenu à Haravilliers dans LDLN, et manifestait son désir de partager avec moi la suite de l'enquête, à l'occasion d'un voyage en région parisienne prévu pour le début de février 1999. Je parlai de ce projet à M.D. qui accepta bien volontiers. Il fit même le nécessaire pour organiser une journée entière afin de satisfaire les besoins d'approfondissement de cette enquête, avec la présence du maximum de témoins.

Le milieu de cette journée fut ponctué par un charmant déjeuner dans un restaurant de Marines, sur la route de Dieppe, facilement accessible à partir du Ruel.

C'est ainsi que débuta notre journée du samedi 6 février 1999. M.D. nous conduisit ensuite sur l'itinéraire qu'il avait emprunté le matin du 10 janvier de l'année précédente, comme il a l'habitude de le faire chaque fois qu'il se rend à un rendez-vous de chasse. Nous empruntâmes la sente Saint-Denis, qui traverse le Ruel, et nous nous arrêtâmes une première fois après un virage où les témoins avaient aperçu l'objet. M.D. confirma tout ce qu'il nous avait déjà expliqué. A ce moment-là, nous étions cinq : M. et Mme D., Jacques Vallée et son épouse, dans la voiture de M.D. ; je suivais dans ma voiture.

Nous allons d'abord évoquer les observations visuelles, et autres perceptions de M.D. et des autres témoins.

M.D. :

-Vision, de très près, presque « à bout touchant », d'une partie de forme octogonale, sous l'énorme masse de 45 m environ de diamètre total. Cette partie comportait huit trous sur la périphérie, qu'il aura l'occasion de voir de très près, dans les secondes suivantes... Il constatera que ces trous de 1,5 m de diamètre présentent sur leur périphérie des traces d'échauffement intense. L'ensemble de la tourelle octogonale a un diamètre de 15 m environ. Au centre se trouve une trappe de 6 m de diamètre, doucement éclairée d'une lumière gris-blanc qui irradie un peu la plate-forme inférieure. S'approchant avec sa voiture de l'énorme masse immobile, « maintenue au parking », il aura juste le temps d'apercevoir une sorte de pinceau lumineux sortant de cette trappe et se dirigeant vers sa voiture, avant de sombrer « dans l'autre monde ».

- Les panneaux supérieurs, très éclairés, mesurent environ 5 m x 2 m. Ils sont immenses. Il y avait probablement sept panneaux, plutôt que six.

- M.D. persiste à affirmer que sur 1,2 km, ce n'est pas lui qui a conduit sa voiture.

- Il se souvient de l'intérieur de l'engin.

- Salle au plafond bombé et éclairé uniformément, dans un ton blanc-beige. Il ne voyait que le plafond.

- Il était allongé sur une table.

- A sa gauche, le personnage au « masque ».

- Son « phonétique » au travers des espèces de « dents » déjà décrites.

- Présence cachée d'autres entités : il les ressentait.

- Il s'est retrouvé dans sa voiture.

- Il n'a aucun souvenir d'un examen physique qu'il pourrait avoir subi.

- Il se souvient d'une odeur fétide, putride, de décomposition, qu'il appelle « l'odeur OVNI ».

Pour le reste des descriptions, lors de l'approche du phénomène, confirmation des informations données dans le premier article.

En fin d'itinéraire, nous arrivons au parking où se tenait la Mercedes pilotée par M.K. (en compagnie de qui nous allions nous trouver l'après-midi, chez M.D.). La voiture de M.D. était suivie par un autre véhicule, rappelons-le, véhicule conduit par M.J.M., que nous eûmes au téléphone l'après-midi. Rappelons que dans la voiture de M.D. se trouvaient deux autres témoins: M.J.C. (présent lui aussi chez M.D. tout l'après-midi de ce 6 février 99), et M.X. Signalons tout de suite que M.X., avant le 10 janvier 1998 avait d'assez gros soucis de santé. Depuis cet événement, et sans que M.D. puisse établir une corrélation précise, M.X. est tombé vraiment très malade, au point que son témoignage ne peut être recueilli. Nous arrivâmes donc au parking où avait stationné la Mercedes.

Cette photo montre le parking où l'un des témoins, à bord de la Mercedes, attendait l'arrivée de ses amis. Elle a été réalisée, au milieu de l'hiver, par Gérard Deforge, et montre les lieux tels qu'ils étaient treize mois plus tôt, avec les arbres dénudés.

En face, il y a un bâtiment qui est le rendez-vous des chasseurs. Des amis de M.D. nous attendaient dans ce bâtiment. En particulier, nous notâmes la présence d'un témoin inattendu, même pour M.D. : il ne savait pas que le garde-chasse ici présent avait lui aussi, ce matin-là, « vu des choses ».

Vers 7 h du matin, il entendit ce qu'il considéra comme « un énorme quadriréacteur », un 747 probablement. Il n'avait jamais vu un 747 voler aussi bas. Puis, quelques minutes après, il vit un autre objet, qui n'était pas un avion. Cela lui a semblé rond et fortement éclairé de trois couleurs. C'était grand aussi, et ça paraissait être juste au-dessus des arbres, à une trentaine de mètres du sol... C'est tout ce dont se souvient le garde-chasse.

Chez M.D., nous rencontrons M.K., le conducteur de la Mercedes. Il a autrefois été contrôleur qualité dans l'industrie aéronautique, chez Marcel Dassault. Ce monsieur n'avait pas pris connaissance du rapport paru dans LDLN 349, et n'avait vu aucun des dessins exécutés avec un grand talent par le témoin principal.

Arrivé à 7 h 15, le 10 janvier 1998, il n'a pas vu d'avion. Voici ce qu'il a vu et entendu :

- Il a entendu un « bruissement d'air ».

- Il a vu des « gouttes de lumière » (vertes, rouges, jaunes) qui tombaient en faisceaux parallèles sur sa voiture et sur lui, au travers de son toit ouvrant transparent. Cela tombait tout autour de lui, sur le capot de sa voiture (peinture gris argenté). Sur le capot, cela faisait des taches de lumière semblables en coloris à ce qu'il voyait tomber. Cela formait comme des taches de lumière aux bords nets, grosses comme des pommes, aux formes irrégulières.

A ce moment de la description, j'ai demandé à M.D. de montrer le dessin qu'il avait refait à la suite des descriptions que lui avait précisées son ami. Dans LDLN, le dessin décrit des faisceaux convergents. M.K. a dit nettement que ce dessin correspond bien à ce qu'il a vu.

M.K. ajoute que sur la face inférieure de l'ovni, c'était comme les guirlandes d'un arbre de Noël. Il n'est pas sorti de sa voiture. Il a vu plonger l'objet, de forme circulaire et d'au moins quarante mètres de diamètre. Il lui a semblé voir descendre « comme un rideau noir », et il s'est dit : « Mais il va s'écraser ! »... puis il n'y a plus pensé...

Alors qu'il se concentre sur ses souvenirs, M.K. se surprend à nous dire cette chose vraiment extraordinaire : il ne se rappelle pas avoir vu arriver la voiture de son ami M.D. : la voiture n'était pas sur le parking, et d'un seul coup, elle lui est apparue, comme si elle s'était matérialisée devant lui.

Dans la voiture de M.D. se trouvaient également, rappelons-le, MM.X et J.-C.J., patron d'une menuiserie employant treize personnes.

M.J.-C.J. se souvient bien d'avoir vu, comme son ami, les panneaux lumineux sur l'objet alors immobile. Il n'a pas vu la « tuyère ». Ebloui par les lumières, il n'a pas distingué la forme de la masse. Les lumières lui parurent « à facettes », non clignotantes, « comme derrière un verre dépoli ». Ces lumières n'éclairaient pas le paysage. La puissance lumineuse lui sembla à cet instant être au minimum.

Un autre ami suivait la voiture de M.D.: c'est M.J.M., qui avait un chien dans son véhicule. Nous avons pu nous entretenir par téléphone, l'après-midi de ce 6 février, avec ce monsieur, qui n'avait pu se libérer pour nous rejoindre. Il se trouvait alors dans sa voiture, qu'il arrêta pour pouvoir parler, d'abord à M.D., puis à Jacques Vallée, puis à moi-même. L'amplificateur était branché.

M.J.M. est un ancien directeur dans le domaine du bâtiment et des travaux publics, spécialiste de la construction des tunnels. Il a noté que son chien ne manifestait aucune réaction. Lui, a vu les mêmes lumières aux trois couleurs, qui s'approchaient. Avion furtif ? Forme oblongue peut-être. Environ au niveau du panneau du Ruel (là où M.D. a perdu connaissance), M.J.M. perd de vue le phénomène, qu'il assimile à un gros nuage noir. Celui-ci semble croiser son véhicule, en diagonale. Il se souvient d'avoir prononcé la phrase suivante, en arrivant au parking : « J'ai même ouvert mon toit ouvrant, pour mieux voir ». Il ne peut se souvenir de ce qui s'est passé ensuite, jusqu'au parking...

Voilà où nous en sommes à ce jour, pour ce qui est des perceptions sensorielles.


SUITE


M.D. nous parle ensuite de sa deuxième expérience (vision de la « boussole » ; voir LDLN 349). Le dessin ne lui semble plus exact. Il faut considérablement minorer la grosseur apparente de la lune par rapport à l'axe avec sa pointe de flèche.

Cliquez sur l'image

M.D. a produit un nouveau dessin, qui lui semble vraiment conforme à ce qu'il a vu. Notons que le précédent dessin, paru dans LDLN, était un croquis de l'enquêteur, d'après ses notes rapides, et que la correction directement effectuée par le témoin est donc tout-à-fait crédible. Il confirme aussi la vision de l'étoile avec la descente en feuille morte, puis l'explosion finale, tout cela vu de son balcon, le 13 mai 1998, vers 0 h 50, heure locale, c'est-à-dire le 12 mai, à 22 h 50 TU.

Cliquez sur l'image

La montre de M.D.

Dans le précédent rapport, je n'avais pas rapporté l'histoire de la montre à aiguille de M.D., et on va comprendre pourquoi :

M.D. portait cette montre à quartz le 10 janvier1998. Elle a toujours eu un mouvement impeccable. Après le 10 janvier, elle s'est arrêtée. M.D. l'a portée chez un horloger. Le diagnostic a été que le mécanisme de la montre était dans un tel état qu'elle était irréparable.

J'ai demandé à un ami horloger de Pontoise, s'il voulait bien regarder cette montre de plus près. Il m'a déclaré que les aiguilles avaient sauté de leur axe, et que la pile bouton était complètement vide, comme cela arrive rarement à ce point. Mais en replaçant les aiguilles et en mettant une pile neuve, la montre s'est mise à fonctionner. J'ai redonné la montre à M.D. Il n'y avait donc plus de problème, et rien n'indiquait que cette histoire pouvait avoir un lien avec l'affaire du 10 janvier. Sauf que depuis la réparation, la montre fonctionne, certes, mais ne donne plus jamais l'heure exacte : elle est toujours en retard.

Les effets physiologiques

1°) M.D. :

- yeux collés le matin : brûlés. Soins : antibiotique et cortisone (prescription médicale).

- fourmillements dans les mains, dès le lendemain.

- sensations de faisceaux d'énergie jaillissant de ses paumes (plus tardivement).

- tache sur la pommette (cf. LDLN 349).

- pigmentation orangée sur le corps, pendant quelques mois, comme s'il avait été longuement exposé au soleil.

- furoncle à la hanche, sorti le 21 avril. Dans le trou rond du furoncle, pas de pus, mais extraction d'une espèce de gélule blanche, de 12 mm sur 4 mm, de consistance gélatineuse.

2°) M.K. :

- Les yeux lui ont brûlé pendant quelques semaines (il portait des lunettes).

3°) M.J.-C.J. :

- Il a eu des démangeaisons pendant un mois, sur tout le corps, sans manifestations cutanées identifiables. Pas d’autre manifestation.

Impressions et interprétations du témoin principal

1°) impressions éprouvées dans les jours et les semaines qui ont suivi :

- dans la pièce éclairée de « l'engin », impression que les autres entités ne voulaient pas se faire voir.

- rigueur, dureté, rigidité, honneur, intégrité, sécheresse.

- pas « bons », mais pas « méchants » non plus : en mission. Chevaliers de l'Espace, gendarmes de l'Espace, militaires en mission.

- petit personnage au casque, mesurant environ 1,20 m.

- ambiance à la limite de l'inhumain.

- impression désagréable de la fameuse « bouche » du casque.

- « ils m'ont marqué dans ma tête » (gravé, imprégné).

- il y aura autre chose : apocalypse, catastrophe.

- deux vies en une ; vie parallèle.

- vu de loin, sensation de vitesse, d'avoir subi une accélération inouïe, en quelques secondes.

- « ils m'ont fait faire le tour de la lune ».

- « je pense avoir peut-être subi un test d'accélération, et j'ai encore dans l'oreille le bruit du ronronnement lié à cette expérience ».

- le mot prononcé par l'entité au masque avec des « sons phonétiques » ; non pas « Tobro », mais plutôt « t-o-b-o ». (Voir rubrique suivante)

- M.D. s'est retrouvé dans sa voiture, sans savoir comment et 1,2 km plus loin, à l'entrée du parking. Il insiste sur ce point : sans qu'il ait conduit sa voiture durant tout ce trajet.

Ce dessin est l'œuvre de M.D., et les autres dessins illustrant cet article ont été réalisés d'après des croquis effectués par lui.

2°) interprétations du témoin principal, d'après ce qu'il considère comme des messages reçus télépathiquement :

Ces sensations très cérébrales surviennent surtout le matin, et perdurent toute la journée. Le sommeil est normal.

- sensation très forte, depuis toujours, d'être différent, qu'il arriverait dans sa vie quelque chose de hors norme. Il signale à ce sujet qu'il présente une anomalie de sa formule sanguine (nous croyons savoir qu'une française ayant été victime d'une rencontre très rapprochée, dans le Sud-Est de la France, présente une anomalie du même genre. (NDLR)), sur laquelle nous avons eu des précisions.

- Jacques Vallée nous donne une précision sur les particules appelées « tachyons » (voir LDLN 349) : ce nom désigne une particule hypothétique qui se déplacerait à une vitesse supérieure à celle de la lumière.

- énergie vitale dans « l'éther », essentielle.

- tout fonctionne sur « le principe positif-négatif ».

- le robot au casque aurait fait une allusion au ruban de Moebius.

- il aurait parlé d' « inversion de polarité » (?).

- « j'étais dans un monde qui n'était pas le mien ».

M.D. insiste fortement sur cette phrase, qu'il a prononcée dès le lendemain.

- « les Petits Gris sont des charognards, et si ça ne va pas, on viendra les taper ».

- « nous, les corps, on n'en a rien à faire ».

- « on est des placentas secondaires ».

- ce sont de grands voyageurs de l'Espace.

- signe d'élévation de la conscience humaine ? (Il faut se souvenir que cet article a été rédigé à partir de notes manuscrites prises lors de la rencontre avec les témoins. (NDLR))

- (pour cet aspect des révélations, il faut se reporter à la deuxième expérience de M.D. et à la signification qui lui en a été donnée, dans des circonstances que nous allons évoquer.)

- « lorsque la gélule est sortie, l'étau s'est un peu desserré dans ma tête. Mais il reste un implant quelque part. Le lien n'est pas totalement coupé ».

- impression d'inversion : vision d'un futur ouvert ; le passé est moins important.

- ils ont la faculté de « punir » les gens par la pensée.

- « Tobo »...

En compulsant par hasard la revue Ciel et Espace du mois de juillet 1998 (n°338, p.79), M.D a eu une énorme surprise : il a trouvé Tau Boo. C'est une planète ! Une planète extrasolaire, récemment identifiée dans la constellation du Bouvier, et dont le classement, selon les astronomes, montre qu'elle est très susceptible d'abriter des formes de vie.

Mais il y a, pour M.D., une autre possibilité pour interpréter « Tobo » : avec son fils, très féru d'informatique, ils ont fait tourner un logiciel d'astronomie en rentrant toutes les données de l'observation du 12 mai (en temps universel). J'ai pu voir les brouillons de ces relevés, effectués avec une précision égale à une minute d'arc. Le logiciel fait apparaître que la « flèche » transperce la voûte céleste approximativement au centre géométrique des trois étoiles suivantes de la constellation du Cygne : Dzetta, Epsilon et Tau.

Alors, le robot au casque, qui semblait avoir pour consigne de ne rien révéler du tout (vu son attitude caractéristique quand il s'est légèrement penché vers M.D., alors que celui-ci était allongé sur une table), aurait-il voulu simplement signaler que Tau et son environnement... sont beaux, une sorte de paradis ?

Or M.D., au demeurant très peu marqué par toute pensée religieuse, émet dans ce cas une hypothèse : si l'on redresse la Constellation du Cygne - comme le faisaient les Anciens, précise-t-il - on obtient une image frappante (sic) de la crucifixion avec en plus la tête du Christ penchée à gauche, comme il est signalé dans les Ecritures. Ce qui surprend un peu M.D., dans cette hypothèse, c'est que le parking du rendez-vous (un autre symbole ?) est jouxté par une petite chapelle, qu'il n'avait jamais remarquée, alors qu'il fréquente cet endroit depuis très longtemps.

En ce qui concerne la première hypothèse, M.D. fait remarquer que le logiciel indique qu'après le 10 janvier 1998, la date du 12 ou 13 mai marque le premier jour possible pour avoir la lune comme point de repère, qui puisse permettre d'indiquer la direction de la constellation du Cygne, dans les heures où il lui était possible de procéder à cette observation. C'est le logiciel qui le confirme, indique-t-il.

Il nous faut aussi revenir sur le phénomène qui a suivi, à l'instant même, la disparition de la fameuse flèche : la descente « en feuille morte » d'un objet lumineux dont la course s'est terminée par une espèce d'éclatement en feu d'artifice silencieux. M.D. a montré le dessin de ce qu'il a vu à un ingénieur canadien, spécialisé en astrophysique, qui se trouvait en visite à l'occasion des Trois Jours de l'Espace, à la Villette, l'été dernier. Sans aucune hésitation, cet ingénieur a déclaré que cette représentation était un symbole qui lui était très familier : il s'agit de la représentation du Karma indien, dans lequel on identifie sept degrés représentant les différents états de la conscience humaine.

Une proposition de conclusion

Ce qui est original, dans l'ensemble de ce récit, c'est qu'il n'a été fait appel à aucune forme d'hypnose pour faire « remonter » tout ce qui a été perçu. Tout a été relaté en pleine conscience, en pleine lucidité. J'ai trouvé M.D. beaucoup plus serein que lors de nos premiers entretiens. Jacques Vallée, qui est resté en notre compagnie durant toute la journée, a aussi ressenti la sincérité de tous ces témoignages, leur évidente sincérité.

Un haut responsable français, spécialiste de l'expertise des phénomènes de rentrées atmosphériques, a pu s'entretenir avec M.D. de son expérience. En conclusion de leur entretien, il aurait simplement dit : « Si vous voulez vivre tranquille, n'en parlez pas ».

Mais il n'est guère possible, pour M.D., de ne pas en parler. Ce serait une épreuve encore plus difficile à supporter, nous en sommes tous persuadés.

Ultimes précisions :

Suite à diverses questions posées notamment par Pierre Guérin au début du printemps, Gérard Deforge nous apporte encore quelques indications sur cette affaire :

- pour le témoin dans la Mercedes, l'apparition de la seconde voiture s'est déroulée dans les mêmes conditions que pour celle de M.D. : il ne l'a pas vue arriver, il ne l'a pas vue rouler. Subitement, elle était là, son conducteur descendait et s'avançait pour dire bonjour.

- M.D. pense maintenant que son missing time a dû durer plus longtemps qu'il ne l'a tout d'abord indiqué : plus probablement 6 à 8 minutes.

- quand, à Saint-Ouen-l'Aumône, M.D. a voulu rencontrer Franck Fontaine, il s'est adressé à un homme, dans la rue, qui s'est avéré être... le père de Franck, et qui lui a notamment conseillé de « laisser faire le temps ».

- M.D. n'a jamais subi d'opération chirurgicale importante, et n'a aucun souvenir de cauchemars particulièrement remarquables. Il a seulement été opéré de l'appendicite, vers l'âge de 17 ans, à l'Hôpital Foch, à Suresnes.

- l'aspect « militaire » du vaisseau et de ses occupants, l'attitude de ces derniers (du moins, ce que nous en connaissons), l'impression de puissance et de rigueur qui se dégageait de tout cela, ne sont pas sans rappeler des valeurs auxquelles M.D. a lui-même toujours été personnellement attaché.

Cliquez sur l'image

L'illustration a été réalisée par "Monsieur D.". Elle porte l'indication : « juste avant le spot lumineux se dirigeant vers la voiture en mouvement, l'ovni est immobile, au parking ».


DOSSIERS - ACCUEIL



08/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 257 autres membres