Sikorsky UH-60 Black Hawk

 

Sikorsky UH-60 Black Hawk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir H-60 et Black hawk.
UH-60 Black Hawk
Image illustrative de l'article Sikorsky UH-60 Black Hawk
Un UH-60 Black Hawk en Irak

Rôle Hélicoptère utilitaire
Constructeur Drapeau : États-Unis Sikorsky
Premier vol Octobre 1974
Mise en service 1979
Date de retrait Toujours en service
Coût unitaire 5,9 millions USD environ[1]
Nombre construit 2600+
Équipage
8 hommes, 16 au maximum
Motorisation
Moteur General Electric T700-GE-700
Nombre 2
Type Turbine
Puissance unitaire 1 580 ch
Nombre de pales 4
Dimensions
Image illustrative de l'article Sikorsky UH-60 Black Hawk
Diamètre du rotor 16,36 m
Longueur 19,76 m
Hauteur 5,13 m
Masses
À vide 4 819 kg
Avec armement 7 375 kg
Maximale 11 113 kg
Performances
Vitesse maximale 296 km/h
Plafond 5 790 m
Distance franchissable 1 600 km
Armement
Interne 2 mitrailleuses automatiques M134 minigun de chaque côté de l'appareil

Le UH-60 Black Hawk est un hélicoptère utilitaire moyen de l'armée américaine. Conçu par Sikorsky Aircraft Corporation pour remplacer le UH-1 Huey qui devenait obsolète, ce nouvel hélicoptère effectua son premier vol en 1974 et fut admis au service actif en 1979. Le remplacement du Huey par le Black Hawk ne se fit pas nombre pour nombre à cause du prix élevé de l'appareil ; les unités les plus importantes étant celles prioritairement dotées de cette nouvelle machine.

La présence de deux grandes portes coulissantes des deux côtés du fuselage permettent un chargement/déchargement rapide de l'appareil. Malgré son coût élevé, le Black Hawk est un bon hélicoptère tactique qui possède d'excellentes qualités de vol et une bonne maniabilité.

Sommaire

 [masquer

Versions [modifier]

L'UH-60 a été dérivé en un très grand nombre de versions, que ce soient pour les forces armées des États-Unis ou pour des clients militaires ou civils, américains ou étrangers.

  • UH-60A Black Hawk : première version, destiné à des tâches utilitaires (transport tactique) construite à l'origine pour l'US Army ; les versions ayant le suffixe "A" sont équipées de turbines T700-GE-700 de 1 543 ch. La cabine passager fait 3,84 m de long pour 1,88 de large et 1,37 de haut.
  • MH-60A Black Hawk (« Velcro Hawk ») : dérivé du UH-60A « special operations aircraft » équipé d'une perche de ravitaillement en vol, d'une tourelle avec un FLIR et de miniguns remplaçant les M60. Surnommé « Velcro Hawk » car la plupart de ces équipements ont été rajoutés après la sortie d'usine des machines. Utilisé par le 160th SOAR (A).
  • SH-60B Seahawk : version embarquée sur petits navires (frégates, destroyers et croiseurs) et chargée de la lutte anti-sous-marine, destinée à l'US Navy
  • VH-60D Nighthawk : version de transport VIP, utilisée par la flotte présidentielle
  • SH-60F Oceanhawk : version très proche du SH-60B, mais destinée à être embarquée sur porte-avions.
  • HH-60G Pave Hawk : version des unités CSAR de l'US Air Force
  • MH-60G Pave Hawk : version des forces spéciales de l'US Air Force, quasi-identique au HH-60G
  • HH-60H Rescue Hawk : dérivé du SH-60B destiné aux missions CSAR (recherche et sauvetage de pilotes tombés en territore ennemi) et NSW (Naval Special Warfare, terme désignant les opérations spéciales dans l'US Navy).
  • HH-60J Jayhawk : version de sauvetage utilisée par l'US Coast Guard
  • MH-60K Black Hawk : version spécialement construite pour le 160th SOAR (A), équipée d'un radar de suivi de terrain très perfectionné dont la mise au point et l'intégration dans la cellule du Black Hawk a pris huit ans de mise au point
  • UH-60L Black Hawk : les versions avec un suffixe "L" sont équipées de moteurs T-700-GE-701C et de parties dynamiques améliorées. Le UH-60L est la version de transport utilitaire ; une partie de la flotte d'UH-60A de l'US Army a été transformée en UH-60L
  • MH-60L Black Hawk : version construite pour le 160th SOAR (A) comme appareil d'intérim en attendant le MH-60K.
    • MH-60 « C3 » (Command, control, communications) : MH-60L modifié en interne au 160th SOAR (A) pour servir de poste de commandement volant pour les opérations du régiment, équipé de six écrans en cabine pouvant afficher des cartes numériques, onze radios avec diverses fréquences
    • MH-60 IDAP (Integrated Defensive Action Penetrator, souvent traduit en Direct Action Penetrator ou DAP, et souvent appelé à tort AH-60L) : MH-60L/K équipés d'ailes pour l'emport d'armement, y compris deux canons de 30 mm et quatre pilônes similaires à ceux de l'AH-64 Apache
  • UH-60M Black Hawk : les versions avec un suffixe « M » sont équipées de moteurs T-700-GE-701D, de parties dynamiques améliorées et d'une nouvelle avionique "tout écran". Le UH-60M est la version de transport utilitaire ; une partie de la flotte d'UH-60A et UH-60L de l'US Army doit être transformée en UH-60M.
  • VH-60N Nighthawk : version améliorée du VH-60D, utilisée par la flotte présidentielle
  • UH-60Q Black Hawk : version d'évacuation médicale du UH-60A
  • MH-60R Seahawk : version multirôle destinée à remplacer à la fois les SH-60B et SH-60F de l'US Navy
  • MH-60S Knight Hawk : version destinée à assurer le transport de matériel et personnel entre les navires de l'US Navy ; pas de capacité offensive, mais peut être armé d'équipements d'autoprotection
  • MH-60T Jayhawk : version modernisée du HH-60J Jayhawk pour l'US Coast Guard.

Surnom officiel [modifier]

Contrairement à la tradition des hélicoptères utilisés par les unités de cavalerie aéroportée de l'US Army, le surnom officiel de l'UH-60, Black Hawk (« faucon noir »), n'est pas le nom d'une tribu indienne américaine. Il a existé un chef de la tribu des Sauk et Fox nommé Black Hawk.

Un black Hawk en vol
Poste de pilotage du Black Hawk

Apparitions dans les médias [modifier]

Le nom Black Hawk a inspiré le titre du livre de Mark Bowden sur les combats de Mogadiscio du 3 et 4 octobre 1993, Black Hawk Down, traduit en français par La Chute du faucon noir.

Deux MH-60 Black Hawk infiltrent le groupe de Ding Chavez dans le film Danger immédiat, adapté du roman homonyme de Tom Clancy (dans le roman, c'est un MH-53J Pave Low III qui remplit ce rôle).

Dans le film Ghost Rider, lorsque Johnny Blaze tente un saut de 90 mètres au-dessus de 6 de ces hélicoptères. Dans le premier Opus de Transformers, le Decepticon Blackout est un Hélicoptère Sykorsky.

Une version améliorée, furtive apparaît dans le film Zero Dark Thirty, relatant l'histoire des équipes de SEAL ayant tué Oussama ben Laden.

En outre, cet hélicoptère apparaît dans plusieurs jeux vidéo, dont :

  • L'équipe du jeu Grand Theft Auto IV s'en est également inspirée pour modéliser l'Annihilator.
  • De plus, il apparaît dans le manga Zipang.

Vers une version furtive ? [modifier]

Le 2 mai 2011, une équipe de commandos SEAL de l'US Navy attaque la résidence d'Oussama Ben Laden au Pakistan. Lors de cette attaque, un hélicoptère Black Hawk victime d'une avarie technique est abandonné sur place par les commandos SEAL après avoir été en grande partie détruit par plusieurs charges d'explosifs (procédure standard pour éviter que des éléments sensibles soient récupérés). Néanmoins, il subsiste sur place plusieurs éléments, principalement du rotor de queue, qui ont étonné de nombreux analystes militaires et laissant penser qu'il s'agit d'une version inconnue de l'hélicoptère Black Hawk ayant subi d'importantes modifications pour réduire ses signatures radar et sonore[2].

Un ancien expert aérien des opérations spéciales explique au Army Times que la forme du fuselage du Black Hawk détruit ressemble à celle du bombardier furtif F-117 : « Cela n'a pas grand-chose à voir avec un Black Hawk classique », déclare-t-il. Une image des débris de l'hélicoptère montre une sorte de capot circulaire sur le rotor de queue de l'appareil, ce qui d'après les experts devrait réduire sensiblement le bruit des pales et donc ne pas permettre aux personnes au sol d'anticiper l'attaque. Des témoins, habitant non loin de la dernière demeure d'Oussama Ben Laden, ont expliqué ne pas avoir entendu arriver les hélicoptères avant qu'ils soient au-dessus d'eux[2].

Dan Goure, un ancien du Pentagone, aujourd'hui expert du Lexington Institute, interrogé par ABC News, explique : « C'est une première. Vous ne savez pas ce qui est en train d'arriver sur vous. Et c'est ce qui est important. Car ces appareils arrivent vite et à très basse altitude et si le son ne vous permet pas de savoir qu'ils se dirigent vers vous, vous ne pouvez pas réagir avant qu'il soit trop tard… Cela a clairement participé au succès de l'opération[2]. »

Notes et références [modifier]

  1. (en) Sikorsky Uh-60 M Black Hawk [archive], aircraftcompare.com. Consulté le 12 août 2011
  2. a, b et c Des hélicoptères furtifs contre Ben Laden [archive], Slate.fr, 5 mai 2011

Bibliographie [modifier]

Voir aussi [modifier]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié



11/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 258 autres membres