Robert Charroux et la Théorie des anciens astronautes

Robert Charroux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Robert Charroux
Nom de naissance Robert Grugeau
Naissance 7 avril 1909
Payroux, Vienne
Décès 24 juin 1978
Vienne,Isère
Langue d'écriture française
Mouvement(s) théories pseudo scientifiques contestées apparentées au néo-évhémérisme


Robert Charroux, de son vrai nom Robert Grugeau né le 7 avril 1909 à Payroux dans la Vienne (France) et mort le 24 juin 1978 à Vienne dans l'Isère, est un écrivain français à l'origine de théories pseudo scientifiques contestées apparentées au néo-évhémérisme.

Sommaire

[masquer]

Biographie [1][modifier]

Il choisit pour nom de plume le nom du village de Charroux. Son départ des PTT en 1943 est précédé par la publication de sa première nouvelle sous le nom de Charroux en 1942. Il est attaché à sa région, et est également connu sous un autre pseudonyme, emprunté à un autre village de la Vienne : Saint-Saviol. Il publie huit ouvrages de fiction entre 1942 et 1946.

Charroux devient son pseudonyme de prédilection à partir de 1962. Il refuse la routine et prend part à diverses activités : il fonde notamment le Club international des chercheurs de trésors, dont il devient le président, secondé par son épouse Yvette.

Thèses et controverses[modifier]

Les thèmes récurrents de l'œuvre de Robert Charroux abordent l'archéologie et ce que l'on appelle le néo-évhémérisme, néologisme désignant un corps de doctrine et de croyances mieux connu sous le nom de la théorie pseudo-scientifique des Anciens Astronautes, très controversée, remise en question par de nombreux archéologues et historiens. Cette théorie fut reprise (et peut-être en partie plagiée) par Erich von Däniken, en 1968[2].

Charroux évoque dès son premier livre, Histoire inconnue des hommes depuis cent mille ans (1963), la découverte archéologique très controversée de Glozel. Il est partisan de l'authenticité des vestiges qui y ont été découverts et suggère sans preuves - et parmi d'autres tentatives d'explication - que les autochtones primitifs de Glozel auraient pu être les descendants de l'antique civilisation de Tiahuanaco. Il reprit également le thème popularisé par James Churchward du continent et de la civilisation perdue de Mu (ou LéMUrie) qui à l'égal de l'Atlantide dans l'océan Atlantique, se serait englouti dans l'océan Pacifique. Il formule plusieurs autres suppositions sur de nombreuses sites archéologiques. Il soutient l'authenticité de Glozel dans son livre Les Ancêtres supérieurs, puis dans la presse en écrivant plusieurs pages sous le titre Glozel est authentique. Il suppose que des géants ont pu exister sur terre et qu'un cataclysme les aurait fait disparaître en même temps que d'autres espèces.

Ses thèses, que certains pensent relever de la désinformation[Qui ?], ont suscité le « scepticisme de nombreux scientifiques » (dont Jean-Pierre Adam[3]) qui l'accusent d'imposture. Mais les livres de Charroux ont ravi (et ravissent toujours) les amateurs de fantastique et d'irrationnel. Ses thèses, reprenant en partie des informations parfois justes, extrapolent largement sans être étayées, et relèvent de la pseudo-science que ses partisans considèrent comme une libre analyse d'un esprit doté d'une pensée originale et non formatée car non-professionnelle.

Ces thèses firent aussi le bonheur des amateurs de théories du complot : pour lui une conspiration des élites vise à faire disparaître ou à taire toute preuve de l'existence d'une grande civilisation plus avancée que la nôtre avant l'antiquité, le cas de Glozel lui servant d'exemple — parmi d'autres — ou, plus proche de nous, celui des Pyramides bosniennes pourrait confirmer cette thèse.

Son livre Le livre des maîtres du monde (1967) en est un exemple :

« L'histoire authentique des civilisations est interdite. Des conjurations puissantes veillent sur la stricte observance d'une version altérée qui seule a le droit d'être exprimée. (...) Notre histoire sociale et religieuse est trafiquée depuis des millénaires... depuis que les Égyptiens, oubliant ou voulant oublier les vérités transmises par leurs ancêtres, s'octroyèrent le titre d'Initiateurs premiers et de premiers hommes de notre planète" (p. 19). »
« Les vrais initiateurs ce sont les anges de la Bible, des extraterrestres en fait, venus s'installer sur terre bien avant le déluge, formant une petite communauté d’Hyperboréens qui allaient donner naissance aux Atlantes et aux habitants de la terre de Mû. Le déluge (ou la guerre atomique entre Mû et l'Atlantide) devait détruire toutes ces civilisations, ne laissant sur les hauts plateaux qu'un petit nombre de rescapés. C'est il y a cinq mille ans qu'un second groupe d'extraterrestres originaires de Vénus venait civiliser les humains qui, du Pérou au Tibet, avaient tant bien que mal réussi à survivre. » (Claudie Voisenat et Pierre Lagrange).

Charroux aborda également le thème thésauraire du fameux mythe de Rennes-le-Château, où l'abbé Saunière aurait découvert un fabuleux trésor mérovingien.

Les milieux ufologues connaissent Charroux pour être l'auteur d'un livre dans lequel il évoque les Vénusiens, Le Livre des secrets trahis, au début des années 1960. Charroux s'y fait le véhicule de certains mythes ufologiques - comme BAAVI (nommé aussi Baal), et l'affaire Ummo. Il propose un chevauchement, considéré comme injustifié par ses détracteurs, de l'archéologie avec l'ufologie [4]. A priori, le canular sauterait aux yeux de certains - et nombreux - spécialistes, qui considèrent que l'on reconnaîtrait, dans l'écriture « baavienne », une sorte de manuscription spéculaire (écriture en miroir) ou aléatoire d'origine humaine.

En lisant les œuvres de Charroux, on s'apercevra que l'affaire Ummo est le plagiat de cette hypothèse baavienne. (voir UfoPlagiat)

Bibliographie[modifier]

Œuvres de Robert Charroux[modifier]

Études sur Robert Charroux[modifier]

  • Jean-Pierre Adam, L'archéologie devant l'imposture
  • Wiktor Stoczkowski, Des hommes, des dieux et des extraterrestres, Flammarion, 1999.
  • Claudie Voisenat et Pierre Lagrange, L'ésotérisme contemporain et ses lecteurs, Bibliothèque Centre Pompidou, 2005.

Références[modifier]

  1. Wiktor Stoczkowski, Des hommes, des dieux et des extraterrestres, Flammarion, 1999 pp. 112-115
  2. Erich von Däniken, Erinnerungen an die Zukunft, 1968, trad. fr. : Présence des extra-terrestres, 1969. W. Stoczkowski, Des hommes, des dieux et des extraterrestres - Ethnologie d'une croyance moderne, Paris, Flammarion, 1999.
  3. L’Archéologue devant l’imposture
  4. Artéfacts de Baal (Baavi) [archive], Très anciens, non-traduit à ce jour

Annexes[modifier]

Articles connexes[modifier]

Liens externes[modifier]

Sites partisans ou pour en savoir plus sur les thèmes développés par Robert Charroux
Sites sceptiques sur les thèses ufologiques
Contradiction scientifique des thèses archéologiques de Robert Charroux
Ce document provient de « //fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Charroux ».


09/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 257 autres membres