Les OVNI du passé : L'Histoire manipulée par l'ufomanie

 

Cercle Zetetique

Les OVNI du passé : L'Histoire manipulée par l'ufomanie

par Éric Maillot

Vous pouvez réagir à ce dossier dans son forum en ligne associé.

A propos de soleils triples, croix, arcs ou trompettes célestes...

Magnifique parhelie!

Entrons dans le vif du sujet avec quelques extraits d'ouvrages ufologiques comme "Ovni et extraterrestres", Yves Naud, tome2 en page 172:

En 1704: (...) Certains voient des "objets pareils à de fines pyramides rouges, quinze minutes après le coucher du soleil", d'autres "une flamme ressemblant à une trompette" (...)

Si nous avions quelques détails supplémentaires, il serait aisé de vérifier si nous avons une description d'un rayon projeté par le soleil à son couchant. Mais on ne fait pas des ovnis ni des mystères avec des détails précis...

page 182: Le 15 août 1755, une sphère surgit au dessus d'Amsterdam, peu après le coucher du soleil. Elle émet une violente lumière aveuglante, et "son diamètre apparent est comparable à celui de la pleine lune". Peu après, elle descend près du sol, à la manière d'un hélicoptère (SIC!)

Ici aussi peut-être s'agit-il d'un phénomène solaire. La lune est peu probable puisqu'elle devrait en ce cas se lever et non se coucher. On notera la comparaison anachronique de l'auteur avec un hélicoptère. Il est vrai que Léonard de Vinci y avait déjà pensé mais quand même...

page 182: Le 27 mai 1744, dans le ciel de Londres, au dessus de Sommerset House, "un curieux objet en forme de trompette" vu par Henry Baker. page 121: "En l'année 796, de petits globes volants autour du soleil furent aperçus sur diverses régions de l'Angleterre".

Si nous savions l'heure approximative à laquelle ces évènements se sont produits, nous saurions quoi en penser; chose qui semble souvent interdite au lecteur. Mais ne désespérons pas et venons en à des récits plus documentés (Si! Cela existe...) du même auteur en pages 172&173 :

"(...) il apparut dans le ciel, au dessus du site de Porco, trois soleils et deux lunes au milieu d'un halo circulaire et, à l'intérieur de celui-ci, deux arcs bleu et rouge. Deux autres arcs de couleurs variées et une admirable comète de couleur sang apparurent au dessus des riches coteaux et de la ville impériale... Le vendredi 13 janvier 1553 à 7heures du matin, on aperçut dans le ciel, au dessus de Porco, un grand cercle qui passa au milieu du soleil naturel et qui était tout blanc, de la grosseur d'un empan (env 23cm à bout de bras). Il était rougeâtre tirant vers la couleur sang et les deux autres à ses côtés étaient très rouges et faits de sang, à tel point que leur éclat et leur feu ôtaient la vue à ceux qui regardaient. Les deux lunes, situées à la limite, étaient des sortes de lunes blanches et un peu rouge sang; les deux arcs qui apparaissaient étaient bleu et rouge; l'arc le plus petit était plus large que l'autre. La comête qui semblait être née de ce halo était flamboyante et faite de sang, avec une tête formidable et une queue de la même matière. Ce prodige fut aperçu du site de Porco et de tous ses alentours. La comète fut revue sept jours plus tard, à l'aube, sur la colline de Potosi, avec deux autres arcs, un très blanc qui paraissait d'argent poli, l'autre qui se trouvait au dessus, d'un rouge tirant vers le sang et resplendissant comme un feu; un bout de cet arc s'achevait en une sorte de rayon en spirale de couleur sang...".

Cette magnifique et fort fidèle description est tout simplement un effet optique bien connu de halo solaire complexe.

Ceux qui désirent voir cela en couleur et tout savoir sur ce type de méprise et de phénomène physique peuvent trouver leur bonheur dans le superbe ouvrage édité par POUR LA SCIENCE, "Les phénomènes naturels". Cela vaut bien des livres ufologiques...

C'est, entre autre ouvrage, dans "Des soucoupes volantes aux OVNI" de Michel Bougard que nous pouvons trouver l'histoire suivante:

"C'est d'abord la gazette de Nüremberg qui raconte comment le 14 avril 1561 une vision très effrayante survint à l'heure du lever du soleil. Il apparut à beaucoup d'hommes et de femmes des boules de couleur rouge sang, bleuâtres ou noires et des disques circulaires en grand nombre au voisinage du soleil. Environ trois dans la longueur, de temps en temps quatre dans un carré; beaucoup restaient isolées, et entre ces boules on vit nombre de croix couleur de sang. Par la suite "on vit de grands tuyaux dans lesquels petits et grands tuyaux se trouvaient trois boules, également quatre ou plus. Tous ces éléments commencèrent à lutter les uns contre les autres". Ce combat semble avoir duré une heure, puis "comme c'est mentionné ci-dessus, du ciel et du soleil, c'est tombé sur la terre comme si tout brûlait et avec une grande vapeur tout s'est consumé". Au milieu de ces sphères on devait également observer une forme allongée "semblable à une grande lance noire". Ces signes extraordinaires furent évidemment interprétés à l'époque comme un avertissement divin. Sur la gravure représentant le phénomène, les tuyaux sont devenus autant de canons et les boules ne sont rien d'autre que des projectiles sortant de leur gueule. L'ensemble du phénomène ressemble étrangement à celui observé un peu moins de trois siècles plus tard, le 17 octobre 1952 au dessus d'Oloron (64).(...)".

Ne pas voir dans ce récit de 1561 de superbes parhélies ou anthélies accompagnées de croix formées par les arcs solaires relève de la méconnaissance de ce type de phénomène. Y voir une ressemblance avec le cas des prétendus ovnis d'Oloron Ste Marie, qui s'expliquent par des groupes d'araignées migratrices portées par leur "fils de la vierge", relève en revanche plus d'une imagination fertile.

Bale, 1566
Cette illustration fut présentée dans une conférence-diaporama de J.J Vélasco (SEPRA/CNES) comme un des "ovnis du passé". Preuve filmée en conférence à Epinal.

Vient ensuite un passage sur le texte de Samuel Cocius, dans la Gazette de Bâle: "Le 7 août 1566, à l'heure du lever du soleil on a vu dans l'air beaucoup de grosses boules noires qui se dirigeaient à grande vitesse vers le soleil, puis qui firent demi-tour, s'entrechoquant les unes entre les autres comme si elles menaient un combat; un grand nombre d'entre elles devinrent rouges et ignées et par la suite se consumèrent et s'éteignirent".(...)

Ici aussi on retrouve beaucoup d'éléments de témoignages modernes. J'aurais plutôt tendance à penser que ce récit est à ranger dans les phénomènes optiques solaires que l'on ne trouve que rarement dans les rapports actuels d'observations insolites. Mais alors comment expliquer la présence de ces boules noires aux mouvements erratiques? "N'y avait-il pas des ovnis et des parhélies?", n'hésitera-t-on pas a arguer pour "sauver les meubles".

Faites l'expérience de regarder le soleil levant ou couchant, lorsqu'il commence à éblouir. Vous comprendrez rapidement en voyant apparaître des disques parasites. Ceux-ci sont noirs ou sombres sur le fond de ciel bleu sauf lorsque vos paupières se ferment brièvement (réflexe normal). A cet instant ils prennent l'aspect de globes de feu ou de boule bleutée. Ils se déplacent en fonction de vos mouvement oculaires les plus fins. Ceci n'est donc dû qu'a une persistance rétinienne prolongée de l'image du disque solaire qui aveugle la rétine en divers points de sa surface. Cette impression est d'autant plus marquée et durable que l'observateur est carencé en vitamine A, chose probable au Moyen-Age. Probablement n'y avait-il, à Bâle en ce jour d'août, qu'une seule étrangeté : une brume persistante et inhabituelle qui a permis a beaucoup de gens d'oser regarder le soleil en face.

Colonne solaire

Ces phénomènes optiques atmophériques de halos, croix (arcs croisés), trompette (petit halo+ colonne +arc tangent, soleils triples (parhélies, anthélies, paranthélies) ou lunes multiples (parasélènes) semblent être souvent relatées entre 1550 et 1750. Or il est scientifiquement reconnu que durant cette période les hivers furent très rudes et la température moyenne annuelle plus basse de quelques degrés. Simple coïncidence? Je suggèrerais d'y voir plutôt une conséquence logique. L'atmosphère étant propice à la présence fréquente de cirrus, habituellement rares en été, ou de brouillard glacés.

Les halos étaient non seulement annonciateurs de malheur pour le peuple mais surtout de mauvais temps. La présence de ces phénomènes optiques, utilisés en temps qu'ovnis des temps passés, dans les ouvrages ufologiques est, elle aussi, à considérer comme un mauvais présage quant au sérieux de l' "ufologie" actuelle. Cela n'augure rien de rassurant pour son avenir! Comment espérer vouloir évoluer dans la compréhension d'un phénomène testimonial complexe alors que trop de personnes, prétendant étudier les ovnis, propagent et cultivent encore un savoir et une croyance similaire à celui d'hommes de la fin du Moyen Age?

Si vous avez connaissance d'autres histoires de ce genre, veuillez en informer le Cercle Zététique ou me laisser un message.



11/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 256 autres membres