La médecine du futur sera-t-elle accessible à tous ?

 

La médecine du futur sera-t-elle accessible à tous ?

Accès santé futur La médecine de main nous promet autant d'avancées spectaculaires que de bouleversements sociaux... Doit-on laisser la science se développer sans une réflexion éthique ? Comment rendre accessibles à tous les derniers progrès ? Paul Benkimoun nous fait part de ses craintes.
Découvrez son interview

Vidéo à voir :
http://videos.doctissimo.fr/sante/vie-pratique/La-medecine-du-futur-sera-t-elle-accessible-a-tous.html

La médecine de main nous promet des avancées spectaculaires mais aussi de réels bouleversements sociaux... Toutes ces avancées constituent-elles de réels progrès ? Doit-on laisser la science se développer sans lien avec une réflexion éthique ? Comment rendre accessibles à tous les progrès de la médecine ? Auteur du livre "Médecine ; Objectif 2035", Paul Benkimoun nous livre sa vision.


La recherche médicale pourrait rapidement bouleverser notre société. Les possibilités de ces nouvelles technologies sont immenses. Et certaines défient même notre imagination...

 

Paul Benkimoun : On fait par exemple le sperme artificiel, qui fait évidemment surgir une question. Techniquement, est-ce que ça veut dire qu'on se passera d'hommes pour procréer ? Est-ce que des couples de femmes notamment pourraient se dispenser d'un donneur de sperme ?

 

Ou la pilule de l'oubli : si techniquement on arrivait à mettre au point un traitement qui permette d'effacer des souvenirs particulièrement traumatisants, dans quelle circonstance faudrait-il l'employer ? Comment la personne elle-même pourrait anticiper son devenir en se disant "Est-ce que j'arriverai à me construire malgré ça ou avec ça ?" ou au contraire faut-il absolument supprimer ?

 

Il devient alors important d'anticiper ces conséquences médicales, politiques ou sociales. Une telle démarche est jusqu'alors très rare : les questions éthiques n'apparaissant qu'après la survenue de nouvelles techniques comme le clonage.

 

Paul Benkimoun : Lorsqu'il y a eu les lois sur la protection des personnes participant à la recherche biologique en 94, on n'avait pas anticipé le champ de la génétique et des questions que cela suscite.

 

Là, peut-être qu'on est en train d'apprendre à se poser les questions sur ce qui est en train de se concrétiser, c'est certainement un progrès. Dorénavant, la recherche ne pourra pas se développer sans questionnement sur l'éthique, le caractère acceptable ou non par la société. Le grand changement c'est que ce questionnement intervient beaucoup plus tôt et que le public intervient comme acteur beaucoup plus tôt, alors qu'avant il était pour l'essentiel spectateur.

 

Devenir acteur de la médecine de demain, ne pas considérer l'éthique comme une valeur secondaire... Tels sont les défis qu'il faudra relever sous peine de voir surgir une médecine à deux vitesses.

 

Paul Benkimoun : C'est évidemment une des grandes questions. Cette tendance ne fera qu'être accrue par le développement de la technologie, surtout dans les années qui vont venir, car elles ne seront pas très répandues. On sera confronté à cette situation avec un facteur d'aggravation des inégalités dans l'accès aux techniques les plus performantes.

 

La réponse est à chercher non pas dans la limitation des recherches mais de dire comment on peut faire en sorte que la solidarité nationale permette au plus grand nombre d'accéder à cette technologie... Si on ne trouve pas le moyen, on aggravera les inégalités.

 

Reportage d'Anne-Sophie Glover Bondeau et Florence Lemaire - 10 décembre 2008

Médecine : Objectif 2035
Editions l'Archipel
376 pages
Prix : 24,95 €

Main basse sur le génome
Frédéric Dardel et Renaud Leblond
Editions Anne Carrière
360 pages
Prix : 19 €

 



31/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 256 autres membres