L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum (1980)

 
 

L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum (1980)

12 Novembre 2014 , Rédigé par Les mystères des ovnisPublié dans #Observation ovni

L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum    
L'affaire Cash-Landrum est l'un des rares cas d'observation d'OVNI où les témoins ont subi des séquelles graves, non-imputables à un événement banal. Cette affaire est des plus déroutante car des preuves matérielles fut constatées du phénomène. C'est donc l'un des cas d'OVNI les plus sérieux et mystérieux.


Vicki Landrum et Betty Cash 

II était un peu moins de 21 heures, ce 29 décembre 1980, quand une Oldsmobile Cutlass, avec à son bord deux femmes, Betty Cash (51 ans) et Vicki Landrum (57 ans), et un enfant âgé de 7 ans, le jeune Colby Landrum, roulait sur la Highway FM1485 en direction de Dayton (Texas). Soudain, alors que la route traversait une forêt de chênes et de pins, les passagers aperçurent une lumière dans le ciel.

En quelques minutes, cette lumière grossit et se transforma en un engin extraordinaire.Lesplaignants observèrent un ovni qui émettait une lueur, ainsi que des flammes rouge et orange à partir de sa base. L'ovni était de la taille d'une citerne à eau urbaine standard et il est décrit par Vicki Landrum comme de forme oblongue avec un haut arrondi et une pointe en bas, et par Colby Landrum comme étant en forme de diamant. L'ovni planait à 18 ou 20 mètres au-dessus de la route, à hauteur des arbres.


Croquis de l'Ovni

Il émettait un son ressemblant à un "bip-bip", et les témoins ressentirent une chaleur intense. A cause de la chaleur émise par l'ovni, il commença alors à faire très chaud à l'intérieur du véhicule. Ils en descendirent et observèrent l'objet plusieurs minutes avant de remonter à bord de l'auto. Betty Cash resta exposée environ dix minutes à la lumière et à la chaleur. Vicki Landrum, remontée plus vite en voiture pour calmer l'enfant terrorisé, un peu moins.

A ce moment-là, une escadrille d'hélicoptères sombres et sans marque d'identification les survola. Les témoins en comptèrent vingt-trois de divers types, dont un CH-47 Chinook lourd, reconnaissable à ses deux rotors. Les hélicoptères encerclèrent l'ovni et l'escortèrent tandis qu'il s'éloignait de la voiture. Betty Cash redémarra. Mais déjà, Vicki et elle ressentaient de violents maux de tête ainsi que des brûlures des yeux et de la peau...  Cette affaire semble être liée à ce cas: L'incident Ovni de Rendlesham (1980)


Le calvaire

Au cours de la nuit, il devint évident que les deux femmes et l'enfant avaient été exposés à un rayonnement dangereux. Betty était la plus affectée : migraines insupportables, nausées, peau rouge vif, cou enflé et taches rouges sur le visage. Vicki et Colby souffraient de brûlures graves. Les jours et les semaines qui suivirent n'apportèrent aucune amélioration, au contraire ! Diarrhées, vomissements, ulcères, tumeurs et douleurs d'estomac pour Colby ainsi que pour Vicki, qui perdit également une partie de ses cheveux.

Pour Betty Cash, ce fut pire encore : en plus des migraines, diarrhées et nausées, ses paupières enflèrent au point de se fermer, les taches rouges devinrent des cloques pleines d'un liquide clair et elle fut bientôt incapable de boire et de manger. Ce fut alors pour elle le commencement d'une longue série d'hospitalisations, qui se poursuivent encore aujourd'hui, au début de laquelle elle perdit ses cheveux. Elle développa par la suite plusieurs formes de cancer.


Vickie Landrum et Betty ont souffert de nombreuses blessures sur tout le corps.

Par peur de se couvrir de ridicule, les victimes n'admirent pas tout de suite les circonstances de leur exposition à des radiations électromagnétiques dans l'ultraviolet, les hyperfréquences et les rayons X. Heureusement, elles reçurent ensuite le soutien d'enquêteurs, de docteurs et de membres du MUFON, la plus importante association ufologique américaine. En 1982, elles entamèrent une série de procédures contre le gouvernement, accusant l'armée d'avoir convoyé un véhicule extraterrestre ou un aéronef ultrasecret sans se soucier des risques courus par la population, et demandèrent 20 millions de dollars de dommages et intérêts.

Brulures sur le bras de Vicky landrum et sa main

Perte de cheveux Colby

 

Bien que l'enquête ait établi qu'elles n'étaient pas les seules à avoir vu l'ovni et les hélicoptères, le gouvernement américain a jusqu'à présent toujours échappé à une condamnation en arguant du fait que ni l'Air Force, ni la marine, ni l'armée, ni la NASA ne possédaient un tel engin...


Seize ans après les faits, les victimes souffraient toujours, à des degrés divers, des séquelles de cette tragique rencontre et des millions de dollars ont été dépensés en frais de justice et soins médicaux. Une chose est certaine : le gouvernement américain a menti. Il apparaît même qu'il n'a procédé à aucune enquête approfondie dans le cadre de l'action intentée contre lui en justice. Il s'est contenté d'affirmer, en appelant comme témoins des spécialistes, qu'il ne possédait aucun appareil correspondant à l'engin incriminé. Quant aux hélicoptères, on ne retrouva aucune trace d'eux, évidemment, puisque les aéronefs sans marque n'ont pas d'existence légale...

Les brûlures des victimes témoignent pourtant qu'elles ont dû être soumises au rayonnement d'une sorte de réacteur nucléaire volant, dépourvu de bouclier de protection ! L'escadrille d'hélicoptères "anonymes" semble accréditer la thèse d'une opération de grande envergure : il est inhabituel en effet de voir ce genre d'engins, discrets par définition, se déplacer en nombre. Par ailleurs, ces hélicoptères ne convoyaient pas l'ovni au départ.

Si on ajoute le fait que ce dernier n'a pas tenté de les distancer, cela laisserait supposer qu'il était en difficulté. Une question se pose encore : l'engin mystérieux relevait-il d'une technologie terrestre ? Qu'il soit propulsé ou non par un réacteur atomique, sa forme n'évoque rien de connu, ni à l'époque ni aujourd'hui. Dans ce cas, le gouvernement américain n'a peut-être pas menti en affirmant n'avoir aucun lien avec la conception de cet appareil. Si l'ovni était étranger, qu'est-il advenu de lui ? A-t-il réussi à échapper à son escorte ? Ou alors a-t-il rejoint quelque base secrète ? La démocratie semble bien être une illusion dès lors que le gouvernement américain est mis en cause dans un dossier pourtant officiellement catalogué comme relevant de l'hallucination : celui des ovnis. Betty Cash et Vicki Landrum l'ont appris à leurs dépens.

Référence : "Les ovnis : menace pour l'humanité ?" Richard.D.Nolane

Betty Cash - Viki Landrum

LE MEMO du COLONEL SARRAN, USAF, PAGE 1/4:
DAIG-AC

MEMORANDUM POUR LE CHEF DE DIVISION

L'allégation que des hélicoptères de l'Armée, de la Garde Nationale, ou de la Réserve de l'Armée pourraient avoir été impliqués dans un incident OVNI qui s'est produit le 29 décembre 1980 [Censuré]

Discussion

Ce cas a été donné à la liaison congressionnelle de l'Armée par la liaison congressionnelle de l'Air Force [?] l'Air Force n'a pu déterminer qu'elle était impliquée. Les trois victimes (deux femmes et un jeune garçon) se rappellent clairement avoir vu environ 23 hélicoptères tournant autour de l'objet. Par le processus d'identification par des silhouettes, certains des hélicoptères ont été déterminés être à double rotor, des CH47 (Chinook). Puisque l'Armée a la prépondérance des troupes et des hélicoptères lourds le cas a été transmis au DAIG pour enquête.


Les trois victimes

L'enquête de la DAIG s'est concentrée exclusivement sur la question de savoir si des hélicoptères de l'Armée, de la Garde Nationale de l'Armée ou des Réserves de l'Armée étaient impliquées dans cet incident. Il n'y a eu aucun effort pour déterminer l'existence des objets volants non identifiés (OVNIS), de l'événement qui s'est produit cette soirée, ou des problèmes médicaux qui sont prétendument survenus aux trois victimes.

Avant de visiter le site, de nombreux appels téléphoniques ont été passés aux différents commandements de l'Armée pour demander que les enregistrements des vols soient vérifiés pour déterminer si des hélicoptères avaient volé à la période et à l'endroit approximatifs de l'incident rapporté. On note que l'emplacement de l'incident est à environ 35 miles au nord-est de Houston, Texas, près de Dayton, Texas. L'heure et la date rapportées étaient entre 2100 heures et 2130 heures, le 29 Décembre 1980 (Lundi). Il n'y avait eu aucune manoeuvres programmées dans ce secteur, et la plupart des unités de l'Armée observent traditionnellement des opérations très limitées lors des jours de congés.

Des demandes d'aide pour toute information pertinente ont été faites à la FORSCOM, la Division de Formation d'Opération et de Réserve, et au directeur de programme pour de nouveaux systèmes; [?], Opérations et Formation; au Commandement de l'Aviation, directeur de projet pour les systèmes d'aviation, DARCOM-IG; TECOM; OTEA, DCSRTA; l'IG de Fort Hood; ke TCMIA (à Fort Hood), et le service de réparation de Corpus Christi. La coordination a été faite avec John Schussler, le directeur de projet pour des opérations de vols habités à la NASA, le Major Dennis Haire de la Garde Nationale dirigeant de huit hélicoptères Chinook stationnant à Ellington AFB, sud de Houston, Texas; et au CW4 Gustafson, AST senior pour sept hélicoptères Huey de la Réserve de l'Armée stationnant au terrain d'aviation civil de Tomball, au nord-est de Houston. L'autre coordination a été faite avec le Dr. Rank, Docteur en Médecine, radiologiste; et le Dr. Nieatzow, Docteur en Médecine; tous les deux avaient été intéressés et connaissaient ce cas. Après une période de vérification complète des enregistrements des vols, tous les rapports au sujet de n'importe quel vol d'hélicoptères connu dans le secteur général ont été négatifs.

Un voyage a été alors fait sur le site au Texas pour interviewer les personnes ayant connaissance appropriée du cas. John Schussler a été interviewé. Il avait suivi le cas depuis février 1981 et était complètement familiarisé avec tous les aspects du cas. Vicki Landrum (la plus âgée des deux victimes femmes) a été interviewée. Elle a témoigné .

TRANSCRIPTION DE L'INTERROGATOIRE A BERGSTROM AFB DE
BETTY CASH, VICKIE & COLBY LANDRUM Août 1981

TRANSCRIPTION de l'interrogatoire enregistré à la Bibliothèque Légale de la base aérienne de Bergstom, Building 2102, le 17 Août 1981, entre Betty Cash, Vicki Landrum, Colby Landrum et des représentants de l'Armée de l'Air des Etats-Unis en les personnes du capitaine John Camp, juge en fonction du personnel, le capitaine Terry Davis, l'officier des plaintes, et Mlle Pat Wolf, aide de l'officier des plaintes.

COMMENTAIRE PAR LE CUFON:
Nous sommes très heureux d'avoir reçu une copie de cette bande par Betty Cash elle-même.

Le cas Cash - Landrum est sans conteste un des classiques parmi les cas d'observation d'OVNI avec effets physiques. Il prend une grande importance en raison des traces laissées derrière lui par l'objet inconnu sous forme d'effets de rayonnement sur les trois témoins et leur voiture. QUELQUE CHOSE de réel a causé de terribles effets. Il est sûr que leur souffrance soit réelle.

Egalement importants, les rapports des témoins à propos de nombreux hélicoptères militaires américains dans la proximité immédiate de l'objet inconnu et les démentis officiels de n'importe quelle connaissance de l'incident par le gouvernement.

Il a été largement écrit sur ce cas, et il a été le sujet d'un certain nombre d'émissions spéciales de TV. L'observation a été recréée pour au moins trois émissions de TV. Cette entrevue a été recréée sous la supervision de Betty Cash pour l'émission "Unsolved Mysteries" (mystères non résolus). Dans cette récréation, on décrit une carte qui avait déjà une épingle dessus quand Betty et Vickie arrivent à l'endroit de l'incident. Ceci avait été remarqué par Betty et Vickie. Cet enregistrement n'est pas en accord avec ceci. Il est exact que le commencement de l'interview quand tous sont entrés dans la salle n'est pas sur la bande, mais à aucun moment l'épingle n'est mentionnée quand Betty et Vickie sont invitées à localiser l'emplacement de l'incident sur une carte.

Tirez en vos propres conclusions, mais notez que chacun des trois témoins a souffert terriblement, et n'a toujours aucune vraie réponse à propos de ce à quoi ils ont été exposés.

Jim Klotz CUFON SM SYSOP

Dale Goudie Information Director
4-Juin-1996

Conventions utilisées dans la transcription:
BC  Betty Cash  CTD  Terry Davis, Capt. USAF
CJC  John Camp, Capt. USAF  PW  Pat Wolf
CL  Colby Landrum  VL  Vicki Landrum

Une virgule (,) indique une courte pause,
Des points de suspension (...) indiquent une pause plus longue.
Les commentaires tels que des tentatives de porter un inflexion et autres sont entre parenthèses ().

NOTE: Tous les noms propres sont orthographiés phonétiquement quand des épellations confirmées ne sont pas disponibles. Tout les efforts ont été fait pour donner le même sens de l'emphase que celui présent dans la bande. Aucune autre affirmation d'exactitude n'est faite ou ne devrait être impliquée; ceci est simplement la meilleure transcription que nous puissions donner à partir de la bande disponible.

Cet enregistrement a été fourni à Dale Goudie, directeur, UFO Reporting and Information Service, par Betty Cash. Transcrit par Jim Klotz, SM SYSOP du CUFON. [Traduction en français par l'auteur de ce site.]

(Début de la bande)

CJC: ... le Capitaine Davis ici, qui est notre Chef des réclamations... Il est notre officier des réclamations de la base juste pour qu'on le laisse prendre notre petite réunion sur un magnétophone... Avez-vous la moindre objection à cela?

BC: Non.

VL: Pas d'objections.

CJC: OK. Maintenant je vous poserai quelques questions plutôt ridicules, rappellez-vous juste que c'est pour si nous écoutons à nouveau cette bande dans un an, on saura qui était ici et de quoi il s'agissait, ce qui s'est passé, ok?

BC: D'accord.

CJC: Enregistrons que nous avons une réunion dans la bibliothèque légale au bâtiment 2102, le 17 Août 1981 à 10:40 heures et que sont présents le capitaine John Camp, l'avocat en fonction du personnel, le capitaine Terry Davis, officier des réclamations, Mlle Pat Wolf, l'aide de l'officier des réclamations, et Madame, je vous demanderai de bien vouloir vous identifier aussi.

BC: Betty Cash.

CJC: Et quelle est votre adresse, où vivez-vous?

BC: Route 1 Box 127B, Dayton Texas.

CJC: OK, et vous êtes accompagnée par votre...?

BC: Vicki Landrum.

CJC: Vicki Landrum. Est-elle de votre parenté?

BC: Non.

VL: J'étais là pendant l'incident...

CJC: OK. ... (continuant) et c'était aussi le cas pour Colby Lee.

CJC: OK, donnez moi donc votre nom, prénom et votre adresse aussi.

VL: Mon nom est Vicki Landrum et j'habite au 506 West Clayton, Dayton, Texas.

CJC: OK... Et euh... Colby...

VL: Il peut vous le dire tout seul.

CJC: OK, Colby, qui sont tes parents et où habites-tu?

CL: J'habite aussi au 506 West Clayton.

CJC: OK, et quel âge as-tu?

CL: Sept ans.

CJC: Tu as sept ans?

CL: Je vais avoir huit ans en Janvier.

CJC: Huit ans en Janvier, OK. Comment épelles-tu ton nom de famille?

CL: L-A-N-D-R-U-M.

CJC: OK, maintenant... Je crois selon votre conversation plus tôt que, Euh, vous aviez fait l'expérience d'une observation d'OVNI et avez censément subi quelques dommages ou quelque contact de ça. Est-ce que, Mme Cash, vous voudriez commencer en premier et me dire exactement la date et ce qui s'est produit et où vous étiez et ainsi de suite?

BC: Oui. Nous... c'était sur le 1485 de Market Road entre New Caney et Huffman approximativement entre neuf heure et neuf heure trente dans la nuit du 29 Décembre 1980.

CJC: OK, laissez-moi maintenant vous demander s'il vous plaît euh, d'épeler ces villes voisines?

BC: N-E-W C-A-N-E-Y and H-U-F-F-M-A-N.

CJC: OK. Maintenant devant vous il y a une carte du Texas, pouvez-vous localiser ceci oh, quelque part dans la proximité de euh, où cette occurrence s'est produite?

BC: Si mes lunettes marchent assez bien. J'ai eu trois paires depuis que ceci m'est arrivé et je ne peux pas encore bien voir.

CJC: OK.

(pause... BC et VL regardant évidemment au-dessus de la carte, discutant tranquillement, la tonalité générale est évidente, mais pas assez claire pour transcrire)

... coupure dans l'enregistrement...

CJC: Nous avons eu une brève coupure dans l'enregistrement là juste pour permettre à Mme Cash l'opportunité d'essayer de localiser le lieu de l'observation sur une carte du Texas, mais en raison du manque de détail de la carte, elle ne pouvait pas le trouver. Est-ce le secteur au nord-est de Houston? Est-ce que l'on peut dire cela? OK, Mlle Wolf est... pouvez-vous indiquer certaines des autres villes près du secteur?

BC et VL: (parlant ensemble au-dessus de la carte) Nord Ouest, c'est ah... North Crosby, Humboldt...

BC ou VL: Ouais, oh, c'est directement au nord de Humboldt, New Caney est juste au nord de Humboldt, et New Caney et Huffman euh, Huffman est alors à l'Est.

BC ou VL: OK, ce que... que... cette carte reflète le comté où elles se trouvent?

BC ou VL: Liberty. ... Liberty County.

BC ou VL: (parlant en même temps): Non, on était dans le compté de Montgomery...

CJC: OK, Montgomery County.

BC or VL: ...mais nous habitons dans le compté de Liberty.

CJC: OK.

CL: Non, nous habitons dans le compté de Dayton.

(pause, ... rire de VL ou BC)

CJC: Ok, retourniez-vous de Houston ou... quelle était votre raison d'être dans ce secteur? Pourriez-vous vous nous le dire?

BC: Et bien nous n'avions pas pensé que c'était Lundi parce que nous avons eu tant de vacances, et nous étions allés à Cleveland cette nuit jouer au Bingo. Nous sommes arrivés à Cleveland mais il n'y avait pas de jeu de bingo. Nous ne pouvions pas... nous nous sommes dites, bon, c'est les vacances alors ils l'ont annulé. Donc nous avons pensé, et bien rentrons à New Caney, parce que qu'ils ont un concours de bingo là-bas également. Nous sommes revenus à New Caney et il n'y avait toujours pas de bingo, ne réalisant pas que c'était Lundi soir et pas Mardi, et nous nous sommes arrêtés au restaurant routier là sur... (incompréhensible) 59 et 1485

CJC: Il était à peu près quelle heure?

BC: Cela devait être aux environ de huit heure huit heure trente.

CJC: Du soir, c'est ça?

BC: C'est ça... et après que nous ayons fini de manger, nous sommes montés en voiture et nous nous sommes dirigés vers la maison, et nous avons roulé approximativement... Je dirais peut-être douze miles, quand nous avons repéré cet objet, et nous avons continué à l'observer, nous ne pouvions pas nous figurer ce qu'il était, nous ne pouvions même pas imaginer ce qui allait nous arriver... droit dedans. Mais tout soudain, quand nous sommes sortis sur cette route de campagne, il était juste descendu là, presque au niveau des cimes des arbres. Bien, il avait illuminé tout le ciel. Bon, on l'a vu jusqu'à cinquante miles de loin d'où nous étions. Mais, sur cette route de campagne, les lumières étaient si brillante, et la chaleur était si intense, que je suis sorti de la voiture. Je ne sais pas ce qu'était mon but à moins que ç'ait été juste un instinct normal de penser, bon, peut-être que je serais plus en sécurité à l'extérieur qu'à l'intérieur. Mais pour vous dire la vérité, nous avons pensé que la fin du monde arrivait. Je veux dire que je ne suis jamais passée par une telle situation de toute ma vie. Mais je savais qu'il y avait aucun moyen que nous passions en dessous de lui, de la façon dont du feu jaillissait en dessous de lui.

CJC: Bon, maintenant, qui était dans la voiture à ce moment là?

BC: Vicki, Colby et moi-même.

CJC: OK. Ce sont les gens qui sont ici aujourd'hui?

BC: Voilà.

CJC: Quel genre de voiture conduisiez-vous?

BC: Une Cutlass Oldsmobile de 1980.

CJC: Avec deux portes ou quatre portes?

BC: Deux portes.

CJC: OK. Maintenant ah... pouvez-vous juste dessiner... un dessin de ce que c'était que vous avez vu s'il avait une forme perceptible, et juste le signer et le dater pour moi si vous voulez. Et aussi, je réalise que vous n'êtes pas une artiste donc ne vous inquiétez pas à ce sujet, faites juste de votre mieux pour essayer de dessiner une image de ça.

BC: (riant) Vicki dit que je suis la moins douée au monde. (Pause, ... Betty dessine apparemment l'OVNI.)

CJC: OK.

BC: C'est supposé avoir une forme en diamant, mais ce n'est pas très bien.

CJC: OK, et allez-y et signez juste avec votre nom et la date en bas.

(Pause, ... Betty signe apparemment le dessin.)

CJC: Montrez-le maintenant à Mme Landrum, et Mme Landrum, convenez-vous que c'était approximativement la forme de ce que c'était que vous avez vu?

VL: Oui, monsieur, mais le feu descendait au moins jusque là... (inintelligible)

CJC: Comment grand diriez-vous que cet objet était, pouvez-vous vous le décrire avec des mots qui vous sont familiers?

BC: Et bien, la seule chose que je pense que je puis établir, c'est que peut-être il était grand comme, si pas plus grand qu'une tour de château d'eau.

CJC: OK, en d'autre mot, il avait cette taille?

BC: Oui... absolument.

CJC: OK, maintenant vous parlez de votre tour d'eau de taille municipale standard...? Il y a une chose comme une taille standard, ah, ouais, Terry...

CTD: Avez-vous dit que ceci était au-dessus d'un arbre?

BC: Il était au-dessus de la route, c'était... ils ont des pins vraiment immenses dans ce coin et lui il était pendu au-dessus des pins.

CTD: Donc il a brûlé les arbres vers le haut.

BC: Ben, (soupirs) ils étaient vraiment bruns, c'est ce que je peux vous dire.

CTD: OK.

BC: Il y a des photos de cela.

CJC: Est-ce que, Mme. Landrum, si vous vouliez, continuer et... si vous êtes d'accord avec la description de cet objet voudriez vous s'il vous plaît la signer et la dater également? hum... maintenant je veux que vous me disiez une fois que vous étiez sortie de la voiture, ce que vous avez fait et ce qui s'est produit.

BC: J'ai marché vers l'avant de la voiture, et la lumière était si brillante, et donc... la chaleur était si intense, je n'ai pas su si je devais courir, pour revenir dans la voiture, ou quoi, et je suis restée debout là pendant quelques minutes. Pas trop longtemps parce qu'il faisait tellement chaud et la lumière était tellement brillante. Et alors j'ai commencé à revenir dans à la voiture, et quand je l'ai fait j'ai du utiliser le fond de ma veste en cuir. J'ai touché la poignée de porte, et la poignée de porte était si chaude que je ne pouvais pas la tenir à ma main nue, donc j'ai pris la poche de ma veste en cuir pour ouvrir la porte de voiture et pour rentrer dedans. Et à ce moment c'était... du feu sortait hors de lui et alors il laissait le haut, quand il laissait ... il faisait... Je ne sais pas quelle genre de bruit vous dire qu'il faisait,... semblable à des feins pneumatiques... ou?... un bruit de whoosh.

VL: (Interrompant) Nous allons à une station de radio pour identifier le son aujourd'hui.

CJC: Pardon, Mme Landrum, qu'avez-vous dit?

VL: Nous allons à une station de radio pour identifier le son, quand nous serons sur le chemin de retour vers Houston.

CJC: OK. Maintenant si vous, quoi encore... quelles autres informations que vous... que vous pouvez nous donner.

BC: Et bien, je n'avais pas éteint le moteur sur la voiture, je l'avais garée. La radio était en marche pas forte, mais la voiture s'est complètement arrêtée. Je veux dire, c'était comme si quelqu'un avait éteint un commutateur. Et quand la chose a commencé à se soulever vers le haut, bien nous étions tous horrifiés... en fait Vicki surtout, je crois que peut-être j'aurais essayé de continuer sous lui, tellement j'étais effrayée. Mais elle a crié pour que je m'arrête, et juste là où elle a appuyé sa main, ses empreintes digitales sont toujours sur le tableau de bord, il a fondu mon tableau de bord dans la voiture avec ses empreintes digitales incorporées. Donc nous... J'ai finalement mis la voiture en route et elle était si chaude j'ai dû mettre en marche la climatisation afin que nous puissions avoir du frais. Et à ce moment-là nous étions tout brûlants. C'était juste... c'est juste quelque chose que vous devez vraiment vivre pour bien le décrire.

CJC: Combien de temps est-ce que le... cet OVNI est-il resté au-dessus de votre véhicule et à quelle distance au-dessus de lui était-il?

BC: Bien, ils ont mesuré et je pense qu'il était quoi... environ 60 à 80 pieds et nous étions arrêtés à environ 130 à 133 pieds de lui... de distance ... de l'objet.

CJC: Donc c'était environ... vous étiez à 130 pieds loin de lui... et il était à combien de pieds de haut?

BC: 60 à 80 pieds... au-dessus.

CJC: OK, et euh... combien de temps a duré cette observation, combien de temps avez-vous été exposés à lui?

BC: Et bien, je dirais environ 15 à 16, 17 minutes, cela m'a paru être des heures, mais ça ne pouvait pas avoir été aussi longtemps parce que quand je suis rentrée à la maison il était de dix heures moins 10, avec approximativement un trajet de vingt minutes d'où ceci s'est produit.

CJC: L'avez-vous rapporté à des autorités ou quelque chose à ce moment-là?

BC: Sûr, je l'ai fait.

CJC: A qui l'avez-vous rapporté?

BC: Et bien, (soupirs)... nous avons continuellement appelé Washington, en fait j'ai toujours le numéro de téléphone. Et ils ont dit enverraient quelqu'un pour vérifier. Et bien ils ont contacté Bill English de l'A-R-P-O, (APRO) et il nous a contactés.

CJC: Qu'est ce que c'est que l'A-R-P-O?

VL: C'est A-P-R-O, c'est euh... euh la recherche des OVNIS euh, ce n'est pas, euh, je veux dire qu'ils ne reçoivent aucune aide, ils le font avec leurs fonds propres, vous savez, c'est juste comme une organisation qui... euh, parce que ces gens se soucient des personnes qui sont blessées.

CJC: Permettez-moi de vous demander si vous l'avez rapporté à quelque autorité de maintient de l'ordre.

BC: Oui, pour sûr.

CJC: A qui l'avez-vous rapporté?

BC: Je ne l'ai pas rapporté à aucun d'eux, j'étais trop malade, avant que j'arrive à la maison, j'ai eu des boursouflures partout sur ma tête, mon visage, mon dos, mon cou, je brûlais... de l'intérieur et de l'extérieur. C'est Vicki qui a appelé tout le monde et essaye d'obtenir de l'aide pour moi. Parce qu'elle n'arrivait pas à appeler un docteur pour me voir alors, et un policier à Dayton est celui pour qui je lui a donné le numéro à appeler, n'est-ce pas Vicki?

VL: Oui oui... et il a du essayer de le trouver et ça lui a pris deux jours pour le trouver.

CJC: OK, très bien...

VL: Oui oui... (inintelligible)... Dayton a peu près deux jours à courir...

CJC: Mme. Landrum, nous devons... vous aurez toute l'occasion d'ajouter quelque chose ou de développer là dessus, donc vous aurez l'occasion de parler dans... une minute... est-ce que... vous avez mentionné, je pense, à Mlle Wolf l'autre jour, le vendredi passé où vous avez appelé, que vous aviez contacté un membre du Congrès et il vous a recommandé à nous ici, pouvez vous nous dire à peu près comment cela s'est passé?

BC: Ah, oui. Alan Hendry, que je ne connais pas, jamais entendu parlé, de Atlanta, en Géorgie, m'a contacté et a indiqué qu'il voulait aider de n'importe quelle manière qu'il pourrait et c'est lui qui m'a demandé d'écrire à Charles Wilson, à Lloyd Benson et à John euh ... Tower, et lui m'a indiqué qu'il se sentait sûr que de cette façon je pourrais obtenir de l'aide. Charles Wilson m'a mis en rapport avec M. Glass de Van Nuys en Californie, qui est un chercheur OVNIS ou quelque chose, mais... Lloyd Benson a écrit une lettre vraiment gentille en retour et m'a demandé de venir ici et de parler avec vous tous, et il se sentait sûr que vous allez essayer d'aider de toutes les façons que vous pourriez.

CJC: OK, avez-vous une copie de cette lettre aujourd'hui?

BC: Non, je n'en ai pas.

CJC: Ok, est-ce... avez-vous écrit au sénateur Tower?

BC: Oui je l'ai fait.

CJC: Et quelle réponse, s'il y en a une, avez-vous reçue de lui?

BC: Encore aucune réponse.

CJC: C'était il y a combien de temps que vous avez écrit?

BC: A peu près il y a trois semaines.

CJC: OK. Et le sénateur Benson a recommandé que vous veniez ici et parliez au juge-avocat du personnel ou parliez à qui?

BC: Il a dit le juge-avocat au bureau des plaintes à la base aérienne de Bergstrom, j'ai... ai écrit, ma mère, j'étais à sa maison quand j'ai écrit les lettres, et elle m'a appelé pour me dire que j'avais reçu la lettre et pour que je vienne ici.

CJC: OK, vous seriez si aimable de nous en envoyer une copie... Est-ce que Mlle Wolf, vous noteriez notre adresse ici... vous nous enverrez une copie de cette lettre?

BC: Oui, je serai heureuse de le faire.

CJC: Bien, très bien. OK, hum... maintenant permettez-moi de vous demander quelle est la raison de votre venue ici, je sais que vous avez parlé avec le sénateur Benson et qu'il a dit de venir ici, mais ce qui vous fait...

BC: (interrompant) A cause des hélicoptères.

CJC: OK, voulez-vous nous parler des hélicoptères maintenant?

BC: Oui, il y avait des hélicoptères tout autour de l'objet.

CJC: OK.

BC: Et c'est le genre d'hélicoptères que je n'ai pas l'habitude de voir.

CJC: OK.

BC: C'était ceux qui ont deux machines, deux rotors sur eux, et ils étaient un certain nombre. Nous avons roulé sur la route et nous nous sommes mis de côté et nous nous sommes arrêtés, et j'en ai compté vingt trois.

CJC: OK, ces hélicoptères ont-ils eu quelque inscription?

BC: Oui, pour sûr.

CJC: Et quel sorte...

BC: Ils avaient "United States Air Force".

CJC: OK, et vous dites qu'il y en avait 23?

BC: Oui, c'est ce que j'ai compté. Vicki dit qu'elle en a compté 26. Qui sait? Nous étions tous si malade et brûlant et chauds et effrayés jusqu'... que je ne dis pas que nous n'avons pas fait d'erreur.

CJC: Est-ce que votre OV... L'OVNI que vous avez vu avait-il des inscription sur lui que vous auriez pu voir?

BC: Rien que je n'ai pu voir, la lumière était tellement brillante.

CJC: Maintenant euh... est-ce que les hélicoptères sont restés avec cet OVNI ou...?

BC: Oui, oh... en fait, croiriez-vous que la première chose qui m'a traversé l'esprit était au sujet des pilotes qui étaient dans les hélicoptères, en raison de la chaleur que nous nous sentions là. J'ai été effrayée pour eux, pour vous dire la vérité.

CJC: Les hélicoptères étaient approximativement à quelle distance de cet objet?

BC: (à voix basse) Pas très loin.

CJC: Me donneriez-vous une distance en pieds, ou en longueurs de football, longueurs de terrain de football?

BC: Je ne pense pas qu'ils seraient... qu'ils étaient aussi loin, peut-être, je ne peux pas dire, je ne dirais pas. Puisque je ne suis pas sûre.

CJC: Euh... quand vous employez cette description d'un château d'eau, vous savez, est-ce que c'était aussi haut qu'une tour de château d'eau, vous avez une tour de château d'eau à l'esprit à laquelle vous référer? Ou que vous pouvez utiliser comme étalon? y en a-t-il une à Clayton Texas, que vous...? BC: Vous voulez dire Dayton?

CJC: Dayton Texas.

BC: Il y en a une là.

VL: Non... je... y a-t-il un château d'eau là bas?

CL: Il y en a deux.

CJC: Et bien j'essaye... il y a des différent... il y a un certain nombre de différentes tailles de tours de château d'eau, j'essaye juste d'avoir une idée de combien l'OVNI était grand, et vous dites que c'est environ la taille d'une tour de château d'eau, j'essaye juste de dire est-ce que c'est aussi grand qu'une tour de château d'eau que vous avez vue, vous pourriez m'indiquer où...?

BC: Et bien, ouais, j'en ai vu partout dans le pays. Vous savez, haute, mais je veux dire qu'il n'y a pas une tour de château d'eau précise dont je puisse parler. Mais je les ai juste vus dans des villes et tout ça. Ce ont de grandes tours blanches habituellement.

CTD: Qu'exactement avez-vous vu sur le côté des hélicoptères? qu'est-ce qui était écrit exactement?

BC: Euh... "United States Air Force".

CTD: Ecrit (se racle la gorge) en entier?

BC: Non.

CTD: OK, que...

BC: C'était rond.

CTD: Non, je veux dire, est-ce que les mots "United States Air Force" étaient écrit en entier?

BC: Non.

CTD: Ok, ce que je demande c'est, vous avez vu quoi exactement?

CJC: Pourriez-vous... juste là sur ce morceau de papier où vous mettez votre nom et tout... pourquoi ne pas noter pas les mots exactement comme vous les avez vus sur les côtés des hélicoptères.

CL: (inintelligible) ... qui ont atterri à Dayton?

VL: Chut.

(Pause, apparemment en train d'écrire...)

CJC: OK. Maintenant vous avez écrit cela avec... était-ce en imprimé?... ou écrit à la main?... Je voulais que vous ne donniez exactement ce que vous aviez vu.

BC: Non, c'était imprimé.

CJC: Imprimé, ok, euh...

VL: (interrompant) Voulez-vous que j'écrive là, "imprimé?"

CJC: Non, c'est bon. Pourquoi ne pas mettre juste vos initiales près de cela (pause)... Maintenant hum... ceux-ci étaient du type qui a des rotors jumeaux sur le dessus?

BC: C'est cela.

CJC: Maintenant, ah... êtes vous restée là jusqu'à ce que l'OVNI s'en aille?

BC: Oui... tout à fait.

CJC: Très bien, et est-ce que ces hélicoptères sont partis en le suivant?

BC: Oui, pour sûr. En fait, oh... ils ont dérivé davantage vers l'oues... vers l'est, l'ouest, ou à l'ouest... vers Crosby et l'aéroport intercontinental, c'est par là qu'ils allaient... il y allait et les hélicoptères étaient des deux côtés de lui et c'est comme s'ils faisaient de leur mieux pour aller par dessus lui. C'était irréel. En fait, même quand on est descendu à 1960, quand nous nous sommes arrêtés au stop pour le virage au 1960... nous avons roulé vers la First National Bank à Dayton qui, à ce moment, était en construction, et nous pouvions toujours voir venir les hélicoptères. Maintenant, est-ce qu'ils allaient aider les autres équipages ou pas, je n'ai pas pris de temps de découvrir.

CJC: OK, maintenant quel type d'effets ou de problèmes avez-vous eu en raison de ce que vous avez vu?

BC: Vous voulez voir quelques photos?

CJC: Et bien si vous les avez, nous voudrions les voir. Si vous... vous rappelez, certains de ces derniers sont des documents que nous ne pourrons pas conserver, vous comprenez, c'est vous qui devez les garder, mais si vous ... s'il y en l'une ou l'autre que nous pourrions copier par exemple avec une photocopieuse...

BC: Là c'est le premier jour après que cela se soit passé.

CJC: Je regarde une photographie qui montre que Mme. Cash a eu une perte significative de cheveux le long du côté de son... crâne au-dessus de son oreille droite et prolongé en arrière au-dessus de la couronne de sa tête... OK.

BC: C'est une image de l'endroit où cela s'est produit.

CJC: OK, maintenant combien de temps après l'incident avez-vous pris ces photographies? Je sais que... ces photos de vous-même... les photos ont été prises le jour suivant?

BC: (parlant en même temps que CJC) Ce n'est pas moi qui les ai prises... Ce n'est pas moi qui les ai prises.

BC: Non, elles ont été faites plus tard, mais il y en avait de faite et celles là sont des tirages faits plus tard à partit d'elles... J'avais eu quelques autres photos... mais je dois les avoir laissées dans mon autre sac. En plus j'étais complètement boursouflé, en fait j'ai une cicatrice au-dessus de mon oeil où un des boursouflures... chaque fois qu'elles se montraient, elles s'ouvraient... coulant comme avec de l'eau... juste de l'eau gluante, il n'y avait aucun pus ou quelque chose comme ça, vous savez. Mais elles... en fait, je suis restée à l'hôpital pendant un mois, peut-être un petit peu plus longtemps... à l'hôpital de Parkway à Houston.

CJC: Ok, y a-t-il maintenant euh... toute autre chose que vous voudriez nous dire à ce sujet?

BC: Oui. J'ai eu... J'ai toujours la diarrhée, j'ai toujours l'estomac dérangé, je me sens toujours faible, je suis fatiguée, je n'ai aucune énergie comme j'avais l'habitude d'en avoir, j'ai des maux de tête graves... et j'ai... Je parierai que je pourrais compter sur ma main combien de maux de tête j'avais eus dans ma vie, jusqu'à ceci s'est produit. Mais... c'est incroyable comment j'ai mal à la tête. Mon oreille droite me tracasse en ce moment. Son... le bruit faisant bip-bip... le bruit faisant bip-bip aigu que l'objet faisait... c'était tout simplement... assourdissant. Tellement il était aigu.

CJC: Est-ce qu'il était comme celui d'un avion, vous savez, comme un avion de ligne à réaction? Avez-vous jamais volé sur un avion de ligne commercial?

BC: Oh oui... bien sûr que je l'ai fait.

CJC: Etait-il plus fort ou semblable à cela? Avez-vous déjà entendu parler de quelque chose de semblable à ça, auquel vous pourriez le comparer?

BC: Non, non. C'est exactement la raison pour laquelle je vais aller écouter des sons.

CJC: Vous demande pardon?

BC: C'est la raison pour laquelle je vais aller écouter des sons.

CJC: OK. Y a-t-il quelque chose que vous pouvez nous dire au sujet de ce que vous avez vu ou de ce qui vous est arrivé?

BC: Bien, la seule chose que je sais est que j'étais malade dans un délai de 30 minutes après le moment où cela s'est produit, et je brûlais, j'étais juste si je m'étais boursouflée partout, comme si je m'étais étendue sur une plage, et cela c'est produit dans un délai de 30 minutes après... cet incident. Je me sentais bien avant, ensuite, tout ceci a eu lieu. Le matin suivant j'étais tellement malade que je ne pouvais pas... et j'implorais pour de l'eau, j'étais morte de soif, ou j'ai pensé que je l'étais. Je me suis senti comme si j'étais complètement déshydratée. Je ne pouvais pas même sortir du lit pour me chercher un verre d'eau.

CJC: Avez-vous une sensation spéciale dans votre bouche?

BC: Rien si ce n'est une extrême sécheresse...

CJC: Avez-vous... euh... essayé... OK

BC: (interrompant) ... mes lèvres ont été gonflées, mes oreilles ont été gonflées environ trois fois... c'est à dire en fait, mon corps entier... ma famille ne m'a plus reconnue. Quand ils sont venus à l'hôpital, ils leur ont indiqué dans quelle pièce j'étais. Ils ont dit qu'ils n'étaient même pas sûrs que c'était moi, s'ils ne m'avaient pas connu.

CJC: Avant cette occasion au 29 Décembre, 1980, aviez-vous jamais été hospitalisée ou traitée euh... pour quelques maux ou problèmes que ce soit?

BC: Certainement, j'ai eu une opération du coeur.

CJC: OK, et c'était quand et où?

BC: A Birmingham Alabama en mille neuf cent... soixante six.

CJC: Ok, y a-t-il eu tout autre traitement?

BC: Rien autre que juste une hystérectomie... quand j'avais 29 ans.

CJC: Quand vous aviez 29 ans. Maintenant, avez-vous jamais été soignée pour euh... un état médical qui aurait exigé que vous soyez exposée à quelque matériau radioactif que ce soit?

BC: Non.

CJC: Y a-t-il toute autre chose dont vous pouvez nous faire part?

(pause)

BC: Et bien, rien d'autre que, ils ont fait chaque test possible... sur moi, et ils ont dit qu'ils ne pouvaient RIEN trouver... de problème avec mon corps n'importe où, qui puisse causer que je sois dans cette condition.

CJC: Quand vous dites "ils", qui sont ces "ils"?

BC: Les docteurs à l'Hopital Parkway.

CJC: Avez-vous le nom d'un médecin auquel vous pourriez vous référer?

BC: Pour sûr que j'en ai un.

CJC: OK, quel est son nom?

BC: Dr. Shoney.

CJC: Dr. Shoney? Voulez-vous épeler cela s'il vous plaît?

BC: S-H-O-N-E-Y

CJC:Ok, a-t-il un cabinet là à Parkway... ou dans Parkway... est-ce que Parkway est à...

BC: Houston.

CJC: ...ou que ce soit...

BC: C'est à Houston.

CJC: OK. Avez-vous une meilleure adresse pour le Dr. Shoney... vous avez dit Parkway... est-ce l'hôpital de Parkway?

BC: (interrompant) Oui, hin hin.

CJC: Je ne suis pas familiarisé avec lui, c'est la raison pour laquelle j'ai demandé...

BC: (interrompant) Il a, euh... et bien il a un bureau aussi à Antoine. Je ne suis pas sûr de ce qu'est l'adresse parce que si je vais le voir pour quoi que ce soit, je roule juste jusque chez lui. quoi, je conduis juste bien à lui (rires)

CJC: Je vois. OK. Maintenant euh... vous êtes sous... vous me dites que vous avez actuellement toujours la dysenterie et la perte de l'audition, perte d'audition, est ce correct?

BC: J'ai toujours des maux de tête, j'ai toujours l'estomac dérangé, je ne peux toujours pas prendre un bain chaud, si je le fais, je ressemble de nouveau à une victime de brûlures.

CJC: OK juste une min...

(interruption de l'enregistrement)

CJC: Ok, voudriez-vous...

BC: Je ne peux pas supporter la chaleur.

CJC: OK. Vous êtes... donc... en d'autres mots vous êtes sensible à la chaleur?

BC: Et comment.

CJC: Qu'en est-il de l'exposition à la lumière du soleil?

BC: Je ne peux pas supporter la lumière du soleil. Je veux dire que c'en est vraiment au point où je dois rester à la maison à moins que je sorte après que la fraîcheur tombe l'après-midi et que le soleil se couche, ou sinon je suis malade et au lit le jour suivant.

CJC: OK. Maintenant, est-ce que ceci inclut... quelle partie de vos corps sont sensible à la chaleur?

BC: Tout mon corps.

CJC: Le corps entier... OK. Bien, euh... permettez-moi de vous demander, quel âge avez-vous?

BC: Cinquante deux ans.

CJC: Cinquante deux ans. Très bien, euh...

CTD: Puis-je poser quelques questions?

CJC: Ouais, pourquoi ne poseriez-vous pas quelques questions.

CTD: La seule question... Vous avez dit quelque chose au sujet de vos mains touchant le tableau de bord de votre voiture.

BC: Exact.

CTD: Et vous avez dit que quelque chose a fondu?... le tableau de bord a fondu, c'est ce que vous avez dit?

BC: Et bien, je pense que le tableau de bord a fondu, ses empreintes digitales étaient imprimées sur mon tableau de bord, quand je me suis jeté sur le frein pour sauver, pour éviter d'aller sous lui... elles sont imprimées dans mon tableau de bord.

CTD: Et la voiture est ici aujourd'hui?

BC: Non, elle est en Alabama; je suis venue en avion.

CTD: Oh...

BC: Je ne puis pas conduire sur cette distance. Ma mère est descendue ici et m'a ramenée en l'Alabama parce que je ne pouvais pas prendre soin de moi.

CJC: OK maintenant... vous avez donné une adresse comme étant à Clayton dans le Texas.

CJC: (interrompant) Dayton.

BC: Dayton Texas.

CTD: Elle vit à Clayton Street.

CJC: OK, est-ce qu'en ce moment vous vivez en Alabama?

BC: Oui.

CJC: Quelle est votre adresse là-bas?

BC: 209, 48th Street à Fairfield, Alabama.

CTD: Fairfield. Je connais un peu l'Alabama.

CJC: C'est vrai?

BC: ... dans le coin, pas Fairfield, mais pas loin de lé.

BC: Et bien en ce moment c'est devenu presque comme être à Birmingham, c'était à 12 milles hors de la ville, c'était assez loin dans la campagne.

CJC: Ouais, Birmingham a plutôt grandie. Ok, et oh... est-ce en raison de cet incident que vous avez à nouveau déménagée en Alabama ou...?

BC: Exact.

CJC: Permettez-moi maintenant de poser à Mme Landrum quelques questions. Euh... y a-t-il des remarques ou quelque chose que vous avez vu pendant l'observation qui diffère de ce que Mme Cash a vu?

VL: Et bien, non, mais il y a quelque chose qu'elle n'a pas dit.

CJC: OK, et c'est quoi?

CJC: Bon d'accord... quand elle parlait du feu... euh... quand il arrivait... vous savez, il était suspendu en l'air, vous savez, au-dessus des arbres... quand le feu descendait, il montait vers le haut, et quand le feu s'arrêtait, vous voyez... quand le feu faisait comme s'il s'éteignait... c'est là qu'il redescendait... et finalement quand la grande rafale du feu est descendue et que le bruit était tellement aigu, c'est là qu'il s'est soulevé et est allé ver là où il allait s'élever et partir.

CJC: OK. Maintenant qu'est-ce qui, si quelque chose vous arrivait à vous en raison d'être...

VL: Et bien hum... vous pouvez voir les cicatrices sur mes bras, et quand je sors au soleil vous pouvez voir que ça devient une grande boursouflure samedi où ce... s'est produit. Et euh... mon oculiste a indiqué qu'il y a une possibilité que dans un an ou un an et demie il doive m'opérer. Parce que euh... un voile a déjà, avait déjà commencé... commencé à se former... vous savez, un voile, comme quand on a une cataracte, sauf que mes yeux ont été tellement gravement brûlés qu'ils ont pelés pendant environ trois mois. Tout le temps rien que des larmes, vous savez? Et ils étaient gonflés tellement que je pouvais à peine voir. Et il a dit que si ils étaient, n'étaient pas ... une cataracte normale si tout va bien il pourraient les enlever et j'aurais encore une partie de ma vue. Mais que si ils venaient d'une cataracte en cascade, que je ne pourrais plus jamais voir.

CJC: OK, permettez moi de vous demander, avez-vous à un moment regardé directement l'OVNI...?

VL: Oui monsieur, oui monsieur.

CJC: ...et pendant combien de temps?

VL: Euh, hum... bon je vous dirai, il criait et pleurait et tout et tout, et j'ai pensé que la fin du monde arrivait, et j'ai pensé que tôt ou tard nous allions rencontrer quelqu'un. Et je lui disais, regarde le, vous savez, je le lui montrait, je n'ai pas trouvé où l'objet était, vous savez, quand je... il était un peu comme... en aluminium lisse, je devine, vous savez, son intérieur a semblé foncé, vous savez, l'objet, et je lui disais de regarder vers l'intérieur s' il voyait un grand homme, que ce serait Jésus. Et nous restions là et j'ai continué à lui parler en lui disant de surveiller pour que cet homme descende à l'intérieur. Et je l'ai regardée pendant le temps où elle était sortie que... de la voiture, jusqu'à ce qu'elle soit rentrée dedans, je suis sortie pendant juste quelques minutes et je me suis brûlé le bras sur la voiture, et celle-là est toujours restée plus vilaine que l'autre. Vous savez, je le retenais dans la voiture et j'avais bras posé sur la voiture, vous savez, comme quand vous tenez la porte pour quelqu'un et euh... mais je pense que je l'ai regardé... trop longtemps. Puisque j'essayais de le calmer et de lui montrer quelque chose qui serait plus plaisant que ce qu'il était en train de voir.

CJC: Ok. Maintenant hum... vous avez mentionné le fait que vous aviez subi un certain type de brûlure ou... quelque chose sous chaque bras...

VL: (interrompant) ouais, vous voyez quand ça part, ça laisse des noeuds comme... et euh... et quand je suis allée chez le docteur là à Houston... Je veux dire que j'étais malade, j'ai eu la diarrhée et tout, mais je prenais soin de Betty, je prenais soin de Colby, je n'ai pas eu le temps pour aller voir le docteur, et je n'ai pas eu le temps de l'emmener, parce qu'il était comme un petit bébé pendant plus d'un mois. Je veux dire qu'il n'avait aucun contrôle de ses intestins, ou son, vous savez, rien, et j'ai pris soin de lui, et je n'allais pas le laisser. Et hum... donc euh... les médecins en ville m'ont demandé si je m'étais approché d'un chêne empoisonné ou d'un if avec mes bras. Et quand finalement... que les boursouflures se sont en quelque sorte éclaircies et sont parties, les endroits guéris avaient l'air terrible. Cela se voit encore, et euh... maintenant celles qui apparaissent laisse des marques.

CJC: Ok, permettez-moi juste de dire pour ce magnétophone dire que sur votre main gauche il y a... un euh... Je pense que c'est le metacarche... le metacarpe du dessus de la main gauche, une portion de sa main gauche il y a une contusion à peu près de la taille d'une pièce d'un quart de dollar, qui est du genre euh... de mauve-foncé, et vous avez dit ce dernier samedi cela a tourné... samedi passé...

VL: Ce passé samedi nous étions dehors au soleil pendant un assez long moment, et le soleil me fait ça. Juste comme celui là juste là qui était une grande vieille boursouflure, vous savez, ça s'en va et quand ça revient c'est comme une cicatrice. Comme ceci.

CJC: OK. Et qu'il y a là plusieurs cicatrices et boursouflures sur la partie inférieure de son bras et de ses mains. Maintenant euh... permettez-moi de vous demander...

VL: (interrompant) et mes ongles tombent, ils sont, ils sont revenus maintenant mais ils sont complètement tombés, mes ongles. J'ai gardé les ongles pour un certain scientifique.

CJC: Vous dites que vous les avez gardés, vous les avez donnés à un ou des scientifiques ou quelque chose comme ça?

VL: J'en ai gardé, je les ai. Je les ai chacun d'eux et je les ai étiquetés.

CJC: Bien, laissez moi vous demander maintenant... avez-vous eu quelque autres problèmes de sensibilité de peau dans le reste de votre vie?

VL: Bon euh... nous nous sommes complètement boursouflées, et il euh... il a eu des cicatrices sur son visage où il a eu des ampoules gonflées d'eau, sur sa petite joue et tout, plus de ce côté. Juste un, un côté de son visage parce que... la raison je pense qu'il n'a rien eu de ce côté c'est parce que je l'étreignais de ce côté, je pense que l'autre côté est celui qui a été touché, celui qui avait les ampoules parce qu'un côté n'était pas aussi méchamment boursouflé que l'autre côté.

CJC: Très bien... juste spécifiquement pour vous cependant, d'autres parties de votre corps sont-elles sensibles à la chaleur ou à la lumière du soleil?

VL: Non, il semble que c'est comme si ce sont mes yeux et mes bras parce que mes yeux je sens que c'est comme s'il y a du sable dedans, et je peux sortir au soleil ou quelque chose et alors je ressent que je veux juste mettre ma main dessus les frotter je pense, si je ne me forçais pas à arrêter je pourrais juste les frotter jusqu'à ce que je n'aie plus d'yeux.

CJC: OK, maintenant, avez-vous le moins du monde souffert de perte de cheveux?

VL: Oui monsieur, j'ai perdu mes cheveux. Mais mes cheveux ne sont pas tombés avant jusqu'à environ, c'était environ six semaines après l'incident quand je... environ un mois, environ un mois après l'incident, mes cheveux a commencé à tomber, et ils viennent juste de repousser, je n'ai pas... Je veux dire que c'est à ça qu'ils ressemblent depuis qu'ils sont revenus, j'avais des cheveux faciles et souples et maniables... Je veux dire qu'ils étaient, c'était des cheveux extra fins, c'était comme des cheveux de bébé, et ils étaient, il étaient, vous savez, onduleux, bouclés je pouvait faire n'importe quoi avec mes cheveux, après qu'il soient tombés et aient repoussés, c'est ceci ce que j'ai obtenu... à cause de cela j'ai même honte d'aller à l'épicerie.

CJC: Euh... avez-vous, l'une ou l'autre, éprouvé... Je sais que vous vous a mentionné avoir souffert de la dysenterie, mais l'un quelconque de vous a éprouvé des nausées?

VL and BC: OH...!

VL: ... Oh! ...Malade! Vous ne... J'étais... Je me levais pour aller à la salle de bains, et j'étais... Je tombais tellement malade que je devais m'allonger sur le plancher de salle de bains jusqu'à ce que je sois redevenue capable d retourner au lit.

CJC: OK. Maintenant pouvez-vous nous fournir plus d'information concernant l'OVNI lui-même?... qu'avez-vous vu, ou une meilleure description ou pouvez-vous comparer sa taille à quelque chose

VL: (interrompant) et bien, il était à peu près de la taille de oh... Je dirais une GRANDE tour de château d'eau.... pas au sommet, vous savez, mais je veux dire qu'il est venu un peu de cette manière, mais il était long, il n'était pas court, il était long.

CJC: Combien de flammes, de flammes séparées avez-vous vues depuis le dessous, 1, 2, 3..?

VL: (interrompant) et bien, il y avait tellement, il y avait tellement de lumière, qu'honnêtement j'en voyais seulement une, je veux dire, il y en avait seulement... comme des flammes qui descendent, vous voyez? Juste comme, juste comme une fusée... juste comme si vous tiriez une fusée ou quelque chose, vous savez comment la flamme descendra?

CJC: Oui, combien de flammes séparées avez-vous vues, avez-vous vus plusieurs flammes en même temps?

TRANSCRIPTION DE L'INTERROGATOIRE DE BETTY CASH, VICKIE ET COLIN LANDRUM A BERGTROM AFB, AOUT 1981:
Ceci est la IIe partie, soyez sûrs d'avoir lu la première partie d'abord.

VL: Non, je ne le recherchais pas. J'étais trop effrayée... disons le comme ça, parce que je ne vais pas vous raconter que je n'ai pas eu peur, parce que (rire gêné), j'avais peur, peut-être que je suis une lâche, mais j'étais effrayé.

CJC: (à Betty Cash) OK, pouvez-vous vous rappeler si vous voyiez plus d'une flamme à la fois?

BC: Je ne regardais pas les flammes, je recherchais une échappatoire.

CJC: Je comprends. Euh... la raison pour laquelle je demande... y a-t-il eu un moteur ou plusieurs moteurs ou... de ce que vous pourriez en dire?

BC: Je souhaite qu'ils m'aient demandé cela quand j'étais sous hypnotise.

(pause)

CJC: OK. Avant cet incident, Mme Landrum, avez-vous été traitée pour maladie ou problèmes?

VL: Non monsieur.

CJC: Avez-vous été en opération... euh, à l'hôpital pour une opération?

VL: Eh bien oh, à environ vingt... trois ans, il y a 22 ans, j'ai eu une hystérectomie. A part ça, je n'ai vraiment jamais eu jusqu'à ceci.

CJC: Maintenant s'il vous plaît voudriez-vous nous donner votre adresse et votre âge? Votre adresse courante.

VL: Mon adresse courante est 506 West Clayton, à Dayton Texas. Le code postal est 77535, et j'ai 57 ans.

CJC: OK. Um... Terry, avez-vous des questions?... Ah, une autre question: qui est le docteur qui vous a traité?

VL: Euh... le Dr. Chandler à Liberty.

CJC: Liberty au Texas?

VL: Oui oui... et il est seulement un docteur pour les yeux, mais il... J'ai toute confiance en lui parce qu'il a un docteur qui fonctionnent avec lui qui est euh... est un (inintelligible) l'un des meilleurs je pense, qui euh... et il m'a dit que quand il ne pourrait plus faire quelque chose pour mes yeux quand il ne se sentirait pas capable de me donner de ce dont j'ai eu besoin il me confiera à ce docteur et euh... c'est tout ce qu'on demande.

CJC: Permettez-moi de vous demander concernant les problèmes de peau, et votre perte de cheveux, avez-vous parlé à un autre médecin à ce sujet?

VL: Non, personne à part euh le Docteur.... (à Betty Cash) quel est son nom?

BC: Shoney.

VL: Dr. Shoney... ouais j'ai parlé au Dr. Shoney.

CJC: Est-ce que c'est le même docteur que Mme Cash avait été voir?

VL: Oui, mais je ne l'ai jamais vu en tant que patiente, j'étais là maintenant tellement souvent avec Betty et lui ait parlé, mais oh, ce docteur qui m'a vu était-il... (à Betty) quel était son nom?

CL: Easley.

VL: ...ceci dit à propos du...

BC: Ah, euh... Easley, radiologue, Dr. Easley, au centre médical à Houston.

CJC: Où? ... à Houston?

VL: ... au Centre Médical.

VL: Oui oui.

CJC: Vous a-t-il dit quelque chose?

VL: Non monsieur, personne ne m'a jamais dit rien. Sauf que mon médecin de famille m'a dit qu'il ne pourrait pas me soigner parce qu'il ne savait rien à ce sujet et il n'a pas ... qu'il me ferait plus de mal que de bien et lui n'était pas environ à.

CJC: OK, maintenant avez-vous dû payer toutes les factures de docteur en raison de ceci?

VL: Oui monsieur!

CJC: Pouvez vous nous donner une certaine idée de combien vous avez eu a régler en facture de docteurs... Mme Landrum?

VL: Voyons... (pause) je dirais approximativement environ six ou sept cents dollars pour mes yeux et les yeux de Colby.

CJC: OK, bien... et que diriez-vous vous, Mme Cash? Pouvez-vous nous donner...?

BC: J'imaginerais que la mienne s'est montée autour des dix mille dollars, ou plus.

CJC: OK...

(Fin de la face de la cassette.)

CJC: OK... bien maintenant laissez-moi vous demander ah... et encore une fois pouvez vous me donner juste une description physique de base de vous-même, en taille et poids, feriez-vous cela pour moi Mme Cash?, juste pour mémoire.

BC: Et bien je suis censé avoir cinquante cinq et demie, mais je pense que je me rétrécis avec l'âge (rires)... et je pèse 112 livres... maintenant, parce que j'ai perdu un certain poids.

CJC: Quel était votre poids au moment de l'incident?

BC: 118.

CJC: OK, et vous Mme Landrum, pourriez-vous vous décrire?

VL: Et bien, j'ai cinq pieds exactement et je pèse euh... bon je pèse environ 138 livres.

CJC: OK, et combien... avez-vous souffert une perte de poids?

VL: Hum... et bien, oui monsieur, parce que je pesais cent... environ 162 livres, j'étais trop lourde, ainsi sa... Je pense que ma perte de poids m'a fait un peu de bien (rires) (inintelligible).

CJC: OK.

CL: Où sont les toilettes?

CJC: ... les toilettes?... hum... pourriez-vous l'emmener au...

VL: (interrompant) mais maintenant le petit garçon, maintenant il est allé d'une taille... Je veux dire que... il euh... il portait des jeans serrés de taille 6 treillis et ils étaient parfaitement à sa taille, et quand je suis allé acheter quelques vêtements l'autre jour, et je les lui ai essayé , et j'ai dû passer de nouveau à des jeans de taille 5...

CJC: OK...

VL: (interrompant)... Mais ce qui est si terrible à son sujet, maintenant c'est ce que le docteur à Houston m'a dit et aussi un autre... Hum... même ce Dr. Rank du Wisconsin... il m'a dit la même chose, qu'il y a une possibilité dans le futur, raisonnablement dans les huit à douze années à venir que Colby développe une forme de leucémie, qui ne serait pas la leucémie, mais... et s'il était traité pour la leucémie ça pourrait le tuer.

CJC: Qui était le docteur qui vous disait ceci?

VL and BC: Oh... ah... n'était-ce pas le Dr. Shoney et un Dr. Peter Rank qui ont dit qu'il y a une possibilité parce qu'ils m... Je veux dire, personne ne sait combien de radiations il avait pu avoir consommé, ou de quelle sorte elle pouvait pourrait été, mais il a dû y avoir un rayonnement pour que nous ayons été avoir brûlés comme nous avons été brûlés.

CJC: Est-ce que je peux vous demander Mme Landrum, y a-t-il des précédents de euh... de cancer dans votre famille?

VL: Non.

CJC: OK, avez-vous jamais eu un parent ou un parent de sang qui ait eu le cancer?

VL: Non... non.

CJC: OK, ... Mme Cash...?

BC: Non.

CJC: Très bien, alors...

VL: (interrompant) j'ai eu un fils qui était diabétique, ma mère était diabétique, mais il n'y a jamais eu un cancer.

CJC: Maintenant aidez moi avec... c'est Coby?

VL: Uh huh.

CJC: Comment épelles-tu...

VL: C-O-L-B-Y.

CJC: Colby, C-O-L-B-Y.

VL: Voilà.

CJC: Maintenant est-il... il est le fils de qui?

VL: Il est mon... Hum... Le nom de son père est Paul Landrum il est mon fils, il est mon fils moyen et lui et son épouse ont divorcé quand Colby avait sept mois et il ne pouvait pas s'en occuper, et euh... sa mère ne voulait pas... donc...

CJC: (interrompant) OK, donc Colby votre petit-fils vivant avec vous.

VL: Exacte, j'en ai la garde, il est sous ma responsabilité; il est à moi... vous comprenez?

CJC: OK, vivez-vous avec quelqu'un d'autre?

VL: Mon mari.

CJC: OK, et quel est son nom?

VL: Son nom est Art (inintelligible) Wilson Landrum... Senior.

CJC: Bien. Y a-t-il toute autre chose que vous pourriez... nous indiquer qui ... au sujet de l'incident en ce qui concerne... est-ce que quiconque autrement dans l'Armée de l'Air ou dans le gouvernement vous a contacté... au sujet de cet incident?

VL: Non. Et j'ai écrit à Charles Wilson, il m'a répondu une lettre de rejet et je l'ai retournée et lui ai encore écrit une réponse.

CJC: Vous dites une lettre de rejet...?

VL: Huh!... Et bien c'était une chose où les OVNIS avaient été discontinués depuis mille neuf cent soixante treize, je le croient que ça disait, et il m'a donné toute une liste de qui je POURRAIS contacter... et je l'a lui ai retourné et je lui ai dit exactement ma façon de penser et je...

BC: Bien, j'ai dit une chose... J'étais alitée dans cet hôpital et j'ai souffert pendant treize jours avant que puisse même regarder mon docteur.

VL: J'ai dit Colby de ne rien dire à personne...

BC: ...parce que je ne voulais pas que quiconque pensât que j'étais folle que je n'avais jamais cru à des choses comme ça. Mais ce n'était certainement pas des petits hommes verts avec des oreilles pointues là dedans.

CJC: Avez-vous vu quelqu'un?

VL and BC: Non nous n'avons vu personne... non.

CJC: Permettez-moi de parler à Colby une minute. Colby, quel âge as-tu?

CL: Sept ans.

CJC: 'K... rapprochons-nous un petit peu d'ici comme ça nous serons sûrs que tout ce que tu diras sera bien enregistré sur cette bande, OK?

CL: OK.

CJC: Maintenant, pourquoi ne pas me raconter ce que tu as vu... cette nuit là.

CL: Je ne sais pas ce que c'était, mais tout que je sais est que c'était un certain genre d'objet.

CJC: De quelle couleur était-il?

CL: Un peu comme jaunâtre-rouge.

CJC: Jaunâtre-rouge?... et euh... combien de temps l'a tu vu?

CL: Euh... pendant environ... resté là pendant environ... 15 à 20 minutes.

CJC: OK, maintenant qu'est ce qui s'est produit toutes les fois que tu l'as regardé? ...comment t'es-tu senti?

CL: (pause) Je me suis juste... demandé ce que c'était... assis là en me demandant ce que c'était.

CJC: Qu'est arrivé à ton corps quand tu l'a regardé?

CL: Je n'ai senti rien jusqu'à ce que je me sois levé le matin suivant.

CJC: Qu'est ce qui s'est produit le matin suivant?

CL: J'ai juste eu... un mauvais virus.

CJC: Un mauvais virus? Voudrais-tu me dire ce qui s'est produit... Es-tu allé à la salle de bains... qu'est ce qui s'est passé quand tu es allé aux toilettes?

CL: Liquide... c'était tout liquide.

CJC: C'était tout liquide? Que dirais-tu de ton estomac?

CL: Cela me faisait juste terriblement mal.

CJC: As-tu vomi?

CL: Euh... ne me rappelle pas si je l'ai fait ou pas.

CJC: Qu'est-il arrivé à tes cheveux?

CL: Juste un peu... des endroits ou ça se montrait.

CJC: As-tu perdu tous tes cheveux ou juste une partie?

CL: Une partie.

CJC: Ok...

CL: (continuant)... pas vraiment des parties en fait, juste cet endroit juste là.

CJC: D'accord, ... Le dessus de ta tête? Juste ici, la couronne?

CL: Oui oui...

CJC: (continuing) ... on the very tip-top part of your head? What about your eyes? (continuant)... sur exatement le sommet de ta tête? Que dirais-tu de tes yeux?

CL: Ils... chaque fois que j'arrive dans la piscine, ils commencent... à devenir vraiment rouges.

CJC: La piscine? Qu'arrive à ta peau quand tu te mets à la lumière du soleil?

CL: Coup de soleil.

CJC: Ca brûle vraiment rapidement après que tu sois sorti dehors?, ou dois-tu être dehors pendant quelque temps?

CL: Dois être dehors pour environ une heure ou 30 minutes.

CJC: Ok... qu'est ce qui est arrivé à ton visage toutes les fois que tu... plus tard après que tu a vu cette chose dans le ciel... qu'est-ce qui t'est arrivé?

CL: Je ne m'en rappelle pas... c'était il y a bien longtemps.

CJC: C'était, quoi?, il y a six mois?... As-tu eu un problème avec une boursouflure du côté droit de ton visage?

CL: (pause) oui... un petit peu.

CJC: OK, qu'est-ce qui s'est produit?

CL: Ils ont commencé à éclater... Euh... chaque fois que je me mettais au soleil ils éclataient.

CJC: OK. Es-tu encore malade?

CL: Parfois... ce matin... mon estomac a commencé à me faire mal ce matin... quand je mangeais... suis allé au Dairy Queen pour manger.

CJC: Qu'en est-t-il toutes les fois que tu va aux toilettes? As-tu toujours des problèmes que c'est coulant?

CL: Mmmmmmmm.

CJC: OK, bien. Merci Colby... Um... relativement à Colby, avez-vous eu des dépenses concernant son traitement?

VL: Rien d'autre que ses yeux, je l'ai soigné à la maison pour la simple raison que hum... je travaillais encore, et euh... quand c'en a été au point que je ne pouvais plus travailler... avec ce que gagne mon mari... il a un bon job, comparé à ce que, vous voyez... comparé à ce que certains gagnent, mais son salaire net est de $243,00 par semaine, avant que nous payions le loyer, les factures et notre note pour la voiture et l'essence pour aller travailler, il reste très peu pour l'épicerie et beaucoup moins pour les factures médicales... Donc je l'ai soigné à la maison, ou je ne l'ai pas fait soigné, s'il devait devenir vraiment très malade parce qu'ils ne trouvent pas ce qui ne va pas avec Betty, et je ne voulais pas le faire passer par tout ça... à moins qu'ils proposent quelque chose avec quoi ils peuvent le soigner, sans le soigner pour tout et n'importe quoi.

CJC: Let me ask you, your relationship again... was just one of friends? or are y'all related by blood? Permettez-moi de vous demander, votre rapport encore... c'était juste une amitié? Ou y a-t-il un lien de sang?

BC and VL: Amis...

VL: Je travaillais après le travail, à un petit endroit qu'elle avait sur... et nous étions en train de déménager, vers un endroit plus grand, et nous étions justes en train de nous promener, vous savez, comme des amis, et nous tombons sur cette chose, et tout comme je l'écrivais au euh... Congrès, et euh... comme je le ressens, si notre gouvernement ne sait pas ce que c'était qui nous a blessé... nous sommes dans la panade... parce qu'il devait être fait par des hommes.

CJC: Uh huh... pourquoi dites-vous qu'il devait avoir été fait par des hommes?

VL: Et bien, je pense que personne... je ne pense pas qu'il y a des petits homme vers là dehors pour en construire un.

CJC: Donc vous ne croyez pas à la vie sur d'autres planètes.

VL: Pas du tout.

CJC: OK... et qu'en pensez-vous Mme Cash?

BC: Je n'y ai jamais cru non plus.

CJC: OK. Donc on peut dire que, dites moi si vous êtes d'accord avec cela,, que vous euh... avez vu cet objet dans le ciel et il étiez accompagnés de quelques hélicoptères que vous pensez être de l'Armée de l'Air des Etats-Unis... et...

VL: (interrompant) Je ne dis pas qu'il est de l'Armée de l'Air... Je n'ai vu aucun signe... aucun nom dessus ou rien, j'étais trop occupée, comme, et quand nous avons cessé de les regarder et tout, il me montrait, vous savez, le modèle, et, mais ils avaient deux rotors sur eux, et quand nous avons été au meeting aérien le jour du rodéo hum..., il y en avait un juste comme celui que nous avons vu qui s'est éclairé à Dayton avec des tas de euh... La Garde nationale qui devait défiler dans la soirée, et je suis allé voir et j'ai discuté avec l'hélicoptère... Je veux dire, que je n'ai pas dit un mot, nous avons juste parlé... de la forme des hélicoptères etc, il était simplement étonnant. Et j'ai dit, est-ce que ces engins volent encore actuellement? Et il a dit nous avons été appelés dans la nuit du 29 par le département du shérif du comté de Harris...

BC: Le compté de Montgomery County... Le compté de Montgomery County.

VL: Le département du shérif du comté de Montgomery, et quand une certaine personne euh... s'est confronté avec lui, il lui a dit qu'il avait entendu parler de l'incident mais qu'eux n'ont pas été appelés. Mais c'était exactement ce qu'il m'avait dit, et j'ai son autographe en raison de, vous savez, un petit garçon là, j'ai obtenu son autographe, et il est là.

CJC: OK, l'avez-vous avec vous?

BC: Si je l'ai emmené?

VL: Ouais, j'espère que tu l'as emmené.

CJC: Pourquoi ne pas nous donner tout que vous avez apporté avec vous qui est lié à ceci, euh... à ce que vous avez vu, et s'il y a une manière quelconque dont nous pouvons en tirer des copies alors nous essaierons.

BC: (Farfouillant dans des affaires) Je ne suis pas sûr que Don m'a donné cela...

VL: C'est dans une enveloppe rouge... Zut... Je ne la lui ai pas demandé, il m'a dit ça et alors je devine qu'il s'est figuré qu'il a dit la mauvaise chose... mais euh... ce n'est pas ça... non...

CTD: Est-ce que c'est une image de ce type d'hélicoptère?

VL: Quoi?

CTD: ...du type d'hélicoptère que vous avez vu?

VL and BC:

VL: Non, ça c'est un modèle qui sortira en 1981.

BC: L'as-tu?

VL: Euh?

BC: Dans ton sac à main... il était là dedans là, avec ces images.

CL: Quelqu'un... J'espère que nous ne sommes pas parties sans l'emmener...

VL: Ne me fais pas peur.

BC: Nous n'avons pas emmené le tiens?

VL: ... Ouais, j'ai le mien, dans la voiture. Est-ce que je puis sortir et revenir?

CJC: Bien sûr...

PW: Trouverez-vous la sortie?

CJC: Mme Landrum, venez... OK...

VL: (partant) ... J'ai mon, euh...

BC: Attends, attends, attends, attends, le voilà, il est ici (rires)

CJC: (Appelant fort) Elle a trouvé... Mme Landrum!

PW: Je devrais pouvoir lire le (inintelligible) sur la machine.

CJC: OK, Mlle Wolf, voudriez-vous prendre les photographies qu'euh... qu'elle nous a montrées. (à BC et VL) Puis-je prendre celles que vous avez apportés ici aujourd'hui?

PW:

(Tous parlent en même temps)

CJC: ... et ah... les documents... Je comprends...

BC:

VL: ... (inintelligible) at home, I'm sorry... I'm not real proud of that one there... (inintelligible) à la maison, je suis désolé... Je ne suis pas vraiment fière de ce coup là...

CJC: Je comprends...

BC: C'est comme...

VL: J'ai juste pu me permettre de retirer ma perruque il y a environ un mois...

CTD: C'est comme l'hélicoptère qui ressemblait... et ça c'est euh... vous voyez ça là? Maintenant vous voyez ça dit Garde Nationale de l'Armée...

VL: (interrompant) bien, je veux dire c'est... J'ai pris ces photos moi-mêmeparce que que je voulais satisfaire, parce que quand ça a commencé... vous savez, Dayton, je vivais juste là à la périphérie de Dayton, il aime devoir être ajusté parce qu'il a pensé que la chose revenait pourtant à lui.

CTD: Maintenant, vous voyez, ceci indique Garde Nationale de l'Armée, et un grand...

VL: Oui mais...

CTD: ... insigne du Texas....

VL: Je sais...

CTD: ...Avez-vous vu cela du tout, est-ce que c'est ça qui était sur...?

BC: (emphatique) Non absolument pas!, parce que je n'étais pas dans la ville de Dayton alors.

(Tous parlent en même temps)

VL: Elle n'a pas vu ça, elle n'a pas du tout vu ça...

CTD: Non, non, non, non....

CJC: Attendez une seconde... Nous parlions de la nuit en question, la nuit où vous avez censément vu l'objet dans le ciel, l'OVNI.

BC: Non, non.

VL: La seule chose... Je... la seule chose je puis vous dire qu'est que, pour moi, ils ressemblaient exactement à cela, et je ne pouvais pas ne voir rien sur eux.

CJC: Comment avez-vous pu les compter la nuit?... Est-ce qu'ils...

VL: Bien, comme je dis, je pourrais en avoir compté un peu trop ou un peu pas assez, mais je disais: un, deux, trois, parce qu'ils arrivaient, je veux dire, même lorsque nous étions garées et euh que nous pouvions regarder et il y en avait une partie qui étaient, allaient comme... ils allaient vers elle. Je veux dire certains d'entre eux n'étaient pas modèle à deux rotors, certains d'entre eux étaient de l'autre type, je veux dire juste... comme, vous savez, ils n'étaient pas comme grands, mais ce qui a attiré nos attentions étaient ceux qui avaient le doubles rotor en haut là.

BC: Ils ont un aspect étrange.

CTD: OK...

VL: Non vraiment!

CTD: Celui avec deux rotors était celui sur lequel vous avez vu "US Air Force?"

BC: Exact.

CTD: ... et ce... vous ne vous êtes pas rappelés de voir comme... ce qui aurait ressemblé à une silhouette de l'état du Texas?

BC: Non.

CJC: OK... Pat, voyez si nous pouvons tirer euh... des copies de...

VL: (interrompant) bien, je veux dire, je ne m'inquiète pas de si vous les avez parce que le pilote m'a dit que...

BC: (interrompant) mais moi si... parce que celui-là c'est le mien.

VL: (to BC) (à BC) Non... ce que je veux dire c'est que cela ne me dérange pas si il a une copie.

BC: Oh... Non cela ne me dérange pas qu'il ait une copie.

CJC: Ok, non, je vais vous le rendre.

VL: Mais... ah... ah... il m'a dit que quand j'ai appelé cette certaine personne... et uh... il a dit, essayez d'avoir son autographe... et euh... quand j'ai dit... écoutez... la manière dont je l'ai fait, j'ai dit que le seigneur soit loué Hallelujah, quelqu'un a vraiment... l'à et... quelqu'un qui vraiment, qui savait vraiment que quelque chose s'était passé là, vous savez, et il a dit: "qu'est-ce que vous voulez dire?" Et j'ai dit parce que nous étions ceux qui ont été blessés cette nuit. Et puis quand ce type a appelé, bon, nous venions juste d'apprendre ceci, il n'a pas ...

(interruption dans l'enregistrement)

CTD: Que fait votre mari?

VL: Il travaille à la Richmond Tank Company chez Shelby.

CTD: Quel est son métier, que...?

VL: Il est... euh um... il s'occupe de... euh, euh, euh, attendez, laissez moi... hum... (rire nerveux)... de toute façon...

CTD: Des freins.

VL: Il a effectué du travail sur des freins, et maintenant ils l'ont placé où, oh, il est assez vieux il se ballade juste pour faire les tests sur toutes les voitures, ils appellent cela un certain genre de tests, vous savez, où ils examinent les freins, et s'ils ont des fuites, alors il dit à quelqu'un où elle se produisent.

CTD: A-t-il un certain type d'assurance-maladie du tout?

VL: Oui monsieur, mais vous ne pouvez appeler aucun docteur pour vous aider à entrer à l'hôpital ni rien.

CTD: Mais vous avez eu un certain type d'assurance-maladie.

VL: Oh, oui monsieur.

CTD: Et vous? Avez-vous travaillé quelque part?

VL: J'ai Medicare.

BC: OK. Aviez-vous travaillé quelque part?

CTD: Non, je ne l'ai pas fait... la raison est que je faisais juste des activités.

CTD: Etes-vous à la retraite ou...?

BC: Non, je ne suis pas retiré, je ne puis simplement pas aller de nouveau au travail.

CJC: En fait, elle avait eu sa propre affaire.

BC: Oui, en fait James l'avait, pas moi, et j'ai divorcé.

CTD: Ok, avez-vous juste obtenu un divorce quand ceci s'est produit?

BC: Exact.

CTD: Pendant combien de temps?

BC: Et bien, j'avais déposé pour cela en janvier, ou février, et je l'ai eu, quoi, en juillet ou août.

CJC: 1980?

BC: Oui... c'était au sixième - septième mois, que je l'ai obtenu.

CTD: Et vous avez obtenu l'affaire que vous... vous et votre mari aviez?

BC: L'avons fermée.

CTD: Vous l'avez fermée... quel genre d'affaires était-ce?

BC: C'était un restaurant et un magasin d'épicerie... n'arrivait pas à gagner de l'argent (rire nerveux).

CL: On peut aller chercher des glaces?

CTD: OK, maintenant je vous ai demandé plus tôt, euh... vous êtes venus ici parce que le sénateur Benson avait recommandé que vous veniez ici.

BC: Oui.

CJC: Y a il quelque chose en particulier que vous espérez obtenir en venant et en parlant avec hum... nous dans l'Armée de l'Air, aux gens de l'Armée de l'Air?

BC: (emphatiquement) Bien sûr! C'est cela le but principal pour lequel nous sommes ici.

CJC: Bien, vous... c'est encore vous qui devez me le dire... voudriez-vous me dire ce que vous espérez gagner, Mme Cash.

BC: Bien, j'espère découvrir ce qu'était l'objet, et ce qu'était son but, en étant là sur la route alors, et au nom du ciel je ne veux pas que quoi que ce soit arrive à n'importe qui de ma famille ou de mes amis, même à vous ou à votre famille, même à un animal, comme ce à travers quoi j'ai dû passer. Cela satisferait mon esprit de découvrir ce que c'était il et ce qu'il faisait là. Je crois que notre gouvernement fédéral... nous DEVONS avoir des secrets, admettons-le, dans une époque très grave comme nous vivons en ce moment...

CL: Qui est censé pour nous protéger?

BC: ...mais des choses qui blessent les américains, moi je pense qu'il est temps que cela cesse.

CJC: OK, Mme Landrum, quels sont vos espoirs ou aspirations en venant parler avec nous aujourd'hui?

BC: Et bien, c'est cela que j'espère, il doit y avoir une réponse quelque part, vous savez?...

CL: Exactement.

VL: Et quel meilleur endroit y a-t-il qu'un service du gouvernement, parce qu'ils sont censés nous protéger de toute façon, non? Puisque mon mari est allé là-bas et a combattu pendant deux ans et demie... il a reçu deux Purple Hearts pour cela, et si vous n'êtes pas protégés, pourquoi a-t-il été là-bas?

CJC: OK. Alright, now OK. Bien, maintenant je devrais confirmer ce qui, euh... Je pense que c'est... le sénateur Williamson qui l'a dit: que depuis 1969 l'Armée de l'Air n'est plus l'agence responsable pour étudier des observations... une partie de l'histoire que le membre du Congrès vous a dite est correcte... euh... avant 1969 il y avait un projet Bluebook... Ce que le projet Bluebook était, était fondamentalement juste de se tenir au courant avec toutes les observations... tous les incidents étaient des individus qui avaient vu des OVNIS et ce qui s'était produit. En 1969, c'était un des choses dont le Congrès avait dit que l'Armée de l'Air ne fera plus. Ensuite en 1974 - 1975, le président des Etats-Unis à ce moment-là a recommandé que la NASA, la NASA voit si cela servirait n'importe quel intérêt national de rouvrir le projet Bluebook avec l'idée de rechercher des OVNIS et les occurrences pendant qu'elles se produisent aux Etats-Unis. Cela a été la réponse en retour de la NASA qu'ils ne rouvrent pas le projet Bluebook. Maintenant la raison pour laquelle je vous dis cela c'est qu'une fois que vous m'avez raconté votre histoire aujourd'hui, je suis sans aucun pouvoir du tout de faire n'importe quoi ici à ce niveau...

BC: (agitée) Bien, alors que pouvons-nous faire?

CJC: OK... Bien... me laisser juste me dire que je ne suis pas, peut me mettre en position de vous conseiller de faire une chose (petit rire) ou une autre, mais permettez-moi juste de vous dire que, à part entendre votre histoire, je n'ai personne à qui en référer plus haut que cette base ici, excepté l'agence de l'Armée de l'Air qui avait l'habitude d'étudier des observations d'OVNIS et les suivre. Maintenant, à ce bureau je serais plus que content de pouvoir leur expédier un bref rapport de ce qui s'est produit aujourd'hui et de ce que vous nous avez dit et ce sera à eux de déterminer si ils prendront n'importe quelle mesure en ce qui concerne cela. Mme Cash, Mme Landrum, je ne sais pas...

VL: (très agitée) Où... Mais où aller?...

CJC: Et bien...

VL: (très agitée) Qu'allons nous faire?

CTD: Vous avez obtenu une lettre qui mentionne les archives nationales, et les organismes qui étudient les OVNIS?... que vous avez dit que vous l'avez eue de Charles Wilson, je crois?... avez-vous cela?

VL: Non, je, je la lui ai retournée et lui ai renvoyé une lettre.

CTD: Mais avez-vous la lettre qu'il vous a envoyée?

VL: Hein?... Non, je l'ai retournée et lui ai écrit une lettre de réponse au dos.

CTD: OK...

VL: ... et je la lui ai renvoyée.

CJC: Mme Landrum, la situation est que, à une époque, le gouvernement fédéral a étudié ces affirmations, plaintes, de ce qui s'est produit, mais il y a un si... un tellement grand nombre d'organismes privés comme vous en avez déjà contacté avec également celui avait commencé l'investigation, que le Congrès a essentiellement dit que cela ne remplirait aucun objectif utile que d'avoir tous ces organismes privés l'étudier et de le faire étudier par le gouvernement des Etats-Unis en plus. Maintenant, en d'autres termes cela n'aurait aucune valeur de faire deux rapports et si ces associations ou groupes séparés qui étudient des observations d'OVNIS peuvent faire un bon travail en l'étudiant alors il n'y a vraiment aucun besoin de l'Armée de l'Air ou de l'Armée ou de quiconque d'autre pour l'étudier en plus. Maintenant il semble que vous avez généré beaucoup d'intérêt de ces autres groupes, je sais que ce monsieur qui a appelé et a parlé avec vous, également que vous allez en rencontrer quelques autres, et il y avait un scientifique qui a dit qu'il a voulu garder vos coupures d'ongle pour les soumettre à quelques tests... Euh... Je puis vous donner une adresse de l'agence à Washington qui étudiait ces plaintes et elles vous renverront un paquet d'organisation privée de ce type avec lesquelles vous avez déjà étés en contact avec déjà... (inintelligible, couvert par:)

VL: (interrompant) En fait, nous avons seulement été en contact avec un.

CJC: OK, je ne puis pas rester assis ici et dire combien là sont ou où ils sont localisés...

VL: (interrompant, agitée) Ecoutez!... Je veux dire... OH...

CJC: (continuer) et ils vous enverront un lot de personnes efficaces à contacter et, vous savez, voudront peut-être même tout de même entrer en contact avec à vous concernant ce qui vous est arrivé, et voir ce qui doit être fait...

VL: Pour dire les choses clairement, ce que nous avions pensé était que peut-être vous pourriez nous donner une réponse sur où aller à partir de ce point, ou ce qu'il convient de faire, parce que je suis vais trouver la réponse...

CJC: Et bien comme je disais...

VL: (continuer)... cela pourra prendre toute ma vie mais j'ai l'intention de trouver.

CJC: Bien, mes intentions sont nullement de vous frustrer si je puis vous aider... (inintelligible, couvert par:)

VL: (interrompant) vous savez ce que veux dire cependant...

CJC: Oui, je comprends...

VL: ...parce que je suis vais trouver la réponse, et cela doit avoir été quelque chose que le gouvernement a eu qui a volé là, vous savez, et j'ai l'intention de le trouver.

CJC: Bien, ce que je vais suggérer est ceci... nous allons préparer un rapport, et je le répète, ce ne sera rien de plus que juste une énonciation par lettre de ce que nous vous avons rencontré aujourd'hui, et que nous avons des copies des enregistrements sur bande de notre conversation aussi bien que des photocopies, vous savez, ce que nous avons pu copier à ce moment, et nous expédierons ceci à cette agence à Washington qui l'a autrefois étudié, ce sera à eux de voir si ils vous contacter encore... pour ouvrir une recherche spéciale sur cela, ou pour correspondre avec vous directement, mais c'est la seule chose je puis faire.

BC: Bon, qui est responsable des blessures que nous avons eues?

CJC: (pause)... J'ai peur que je ne puisse pas répondre à cela, à nouveau, vous savez, je... me basant sur l'histoire que vous avez donné, vous savez, peut-être vous voudriez consulter un mandataire civil et voir quelle mesure il voudrait prendre à en ce qui concerne cela, relativement à si je puis confirmer ou nier que je n'ai pas cette capacité, ni n'ai cette connaissance, si cela ou s'est produit ou pas en fait.

VL: Nous avons juste pensé nous pourrions obtenir quelques réponses si nous venions ici, et je devine que nous avons fait tout ce chemin (petit rire) pour rien.

CJC: Et bien, je puis vous assurer...

BC: Bon, c'était bien tenté, je veux dire qu'ils ont été gentils, et j'apprécie cela.

VL: Je sais, je l'apprécie vraiment, mais je ne veux plus de euh, enquêteurs... qui me font raconter encore toute cette affaire, parce que euh... le fait est que j'ai été hypnotisée, j'ai la bande s'ils veulent entendre la bande, ce qui est très bien, mais je n'ai l'intention de repasser encore par tout ça.

CJC: Je comprends. Ma foi je peux vous assurer qu'un groupe d'avocats...

VL: (interrompant) je ne veux pas, je ne veux pas, et il y a beaucoup de charlatans, il y a vraiment ce que euh... censés être de grands machins trucs spécialistes des OVNIS mais ils ne s'occupent pas de chercher la vérité, ils sont après quelque chose... prouver quelque chose qui n'est pas réel, et... ce qui était là en l'air était réel, il nous a blessé, il ne venait pas de l'espace non plus.

BC: Et ils sont là pour l'histoire. Et une fois qu'ils font leurs quelques dollars à partir de leurs histoires, qui n'est pas vraie neuf fois sur dix, je dirais, si vous avez de la chance, mais euh... ils l'interprètent tout a fait mal tout à fait souvent aussi.

CJC: Bien, parfois ils sont là pour fabriquer une histoire sensationnelle, ils arriverons à ce que les gens achètent leur publication, pour la lire, mais mon intérêt dans cela est, vous savez, je n'ai aucune intention de faire n'importe quel type du rapport à un journal ou autre, je ferai exactement comme...

BC: (en même temps que CJC ci-dessus:) Voilà... Voilà, Voilà.

VL: Ne lui mettez pas ça sur les bras, ça le blesserait probablement.

CJC: C'est Ok, j'ai un petit garçon juste de cet âge moi-même... Euh, mes intentions sont d'entendre à ce que vous aviez à dire ce matin et d'essayer de le faire traiter par une agence l'Armée de l'Air ou une partie de l'Armée de l'Air qui pourrait vous aider. Je dois être franc avec vous et vous dire que je ne connais aucune partie de l'Armée de l'Air qui étudie aujourd'hui ces plaintes mais, en votre nom, je l'expédierai à cette agence et leur dire, regardez ce que ces gens m'ont rapporté. Je vous laisse décider si vous voulez faire quelque chose avec cela ou pas, si vous voulez faire quelque chose avec, bien, mais, vous savez, malheureusement le sénateur Benson en vous référant ici... nous sommes une agence qui n'a étudié les observations d'OVNI en presque onze ans. Et à l'époque le Congrès et le Président nous ont effectivement dit que nous ne le ferions plus.

BC: Bien, il ne m'a pas dit de pour venir ici pour que vous étudiiez les OVNIS, il m'a dit de venir ici pour enregistrer une plainte.

CJC: OK, now if you wish to file a claim, we can help you in that respect. OK, maintenant si vous souhaitez porter plainte, nous pouvons vous aider à cet égard.

VL: C'est pourquoi (inintelligible)... c'est qui ce que nous voulons faire.

CJC: OK, si vous souhaitez faire cela... Mlle Wolf... nous avons les documents et les écritures pour vous aider à entreprendre quelque chose dans ce but, mais je dois vous dire au début, Ok, que dans la mesure où je suis un mandataire du gouvernement comme l'est le capitaine Davis... que nous ne pouvons pas vous fournir l'avis juridique...

VL: ... Bien, nous n'avons besoin d'aucun avis juridique.

CJC: les formulaires de plaintes sont les formulaires qui, et ils sont explicatifs...

VL: Parce que, nous avons la preuve, et quand vous avez la preuve, vous n'avez pas besoin d'avis juridique.

CJC: Eh bien... c'est... c'est vrai, j'en suis sûr... mais de toute façon, les euh... les formulaires sont simples et Mlle Wolf vous les donnera et si vous souhaitez avancer et porter plainte, alors, nous allons nous y mettre, OK? Laissez-moi maintenant vous demandent si vous souhaitez que je me lance en portant cette information à Washington?

BC: (emphatiquement) Bien sûr!

CJC: ...ou est-ce que je la retiens ici et la joint à votre plainte?

BC: Et bien, faites la partir.

VL: L'un ou l'autre, l'un ou l'autre, (inintelligible)... Le mieux si possible. Cela ne me fait aucune différence.

CJC: OK. Encore une fois, mes intentions en parlant avec vous étaient aujourd'hui d'en découvrir autant que possible au sujet de ce qui s'est produit...

VL: (interrompant) et nous l'apprécions, parce que euh... oh, nous avions essayé pendant sept, presque pendant huit mois maintenant... ah, d'obtenir les réponses, nous obtenons des fragments, un peu ici, un peu là jusqu'à ce que, Um... c'est sacrément... comme un puzzle que vous remontez. Et... nous aurons toutes les pièces ensemble... cela va coller.

CTD: Nous proposons que euh... vous obteniez le conseil d'un mandataire civil au sujet du remplissage de vos formulaire de dépôt de plainte et de porter plainte.

BC: OK.

CJC: Principalement de sorte que quand cela va être traité, ou une fois que ce sera soumis, tout que vous devez avoir soit là, et que toutes les choses pour lesquelles vous portez plainte soient jointes au document de plainte, et que nous ayons tout, vous savez, pour procéder... maintenant suis sûr qu'ils exigeront quelque rapport écrit quant à ce qui est vous est arrivé, et si vous voulez, vous pouvez mettre en référence la conversation que nous avons eue aujourd'hui... euh... mais je peux vous assurer qu'il y sera donné la même considération qu'à n'importe quelle autre plainte qui est déposée contre le gouvernement, en ce quei concerne la détermination de si c'est une plainte pour laquelle le gouvernement des Etats-Unis doive payer, elle aura, vous savez, le même type de considération que nous donnons aux autres... Capitaine Davis, voudriez-vous leur expliquer le processus des plaintes?

CTD: Ok, nous en avons obtenu assez pour tous les deux?

PW: Um hum.

CJC: ...il doit y an avoir un pour chacun de vous... un pour Colby, un pour Eunice Cash, un pour Eunice Landrum.

CJC: ...Et vous en aurez besoin de deux... et vous aurez besoin... Les formulaires sont explicites, mais vous devrez les signer, tout cet original et comme je disais, vous pouvez vouloir consulter un avocat civil pour avoir les meilleurs conseils sur quoi faire... mais euh... les formulaires de plainte sont vraiment explicites.

VL: OK.

CL: Je veux signer.

CJC: Je pense que tu va devoir attendre quelques années avant de savoir comment le faire. sachiez.

VL: Si vous voulez bien, (inintelligible) voici notre adresse, vous pouvez juste l'envoyer à Dayton.

CTD: ...Dayton est dans notre...

VL: (inintelligible)

BC: J'apprécie que vous ayez pris le temps pour nous écouter, parce que vous seriez étonnés que nous avons... des gens... les médecins même, qui ne veulent pas traiter quelqu'un s'ils pensent qu'il a eu des brûlures de radiations. Vous seriez étonnés, et si vous doutez de moi, appelez-les et essayez d'appeler un médecin pour vous tester.

CJC: Je vous crois sur parole, Mme Cash.

BC: (rires)

CTD: Votre nom commence par un C, C-A-S-H?

BC: Exact.

CTD: OK.

CJC: OK... Je suis heureux que vous soyez venu ici aujourd'hui, et encore une fois, mes intentions sont de vous aider de quelque façon possible depuis le point de départ en vue de vous diriger vers les agences appropriées de l'Armée de l'Air, j'ai également l'obligation de vous dire que nous n'avons aucune une telle agence pour étudier ou découvrir ces choses, et je dois vous dire qu'également je n'ai pas l'autorité ici pour créer un...

BC: (interrompant) Exact...

VL: (interrompant) si vous ne pouvez pas trouver, jetez le juste à la poubelle.

BC: (rires)

CJC: Nous ne ferons pas cela, nous le garderons pour sûr...

BC: ...parce que nous avons eu assez de ces...

PW: Nous devrons avoir ces formulaires complétées, l'original et deux copies au carbone, mais vous devrez signer chacune des trois copies, ok?... et quant à votre fils ici, puisque vous êtes son gardien juridique vous signerez...

BC: Remplir chaque formulaire avec deux copies au carbone?

PW: Oui madame... Huh un... Mettez les deux carbones dedans et complétez juste un formulaire et cela passera sur les autres, mais signez chacun.

CJC: Ok, merci infiniment d'être venus.

BC: Eh bien merci, je suis désolé que nous ayons pris votre temps, mais nous devions obtenir...

CJC: Mon temps est à votre disposition.

VL: C'est la raison pour laquelle que j'ai été hypnotisé, parce que, je veux dire, je, je je savais que je ne mentais pas, et je l'ai fait parce que j'ai voulu que ces autres personnes sussent je ne mentais pas, donc euh...

CJC: OK, si vous vouliez s'il vous plaît... juste pour que... puisque nous l'avons mis en référence dans notre conversation, la lettre du sénateur Benson, si vous nous la faisiez parvenir s'il vous plaît...

BC: Absolument.

CJC: ...vous savez, cela nous donnerait un document...

VL: J'ai apprécié qu'il me l'ai envoyé, c'est plus que ce que nous avion pu obtenir de quiconque autrement... donc j'ai vraiment apprécié qu'il ait pris le temps.

CJC: Ok, eh bien nous apprécions certainement que vous soyiez venues... avez-vous besoin n'importe quelle aide pour sortir de la base, ou quelque chose?

VL: Non, je pense que nous pouvons le faire.

BC: Nous l'avons trouvée (rires)

VL: La seule chose c'est terrible mes yeux sont mauvais et je puis à peine voir comment conduire, et elle... qu'elle a été à l'hôpital et tout, elle a oublié qu'elle a eu son anniversaire, et pendant qu'elle était malade là il y a un moment son permis de conduire a expiré!

BC: Oh mince! (rires)

VL: Bien, je devine que je devrai conduire sur le retour aujourd'hui...

VL and BC: (toutes les deux rient et plaisantant au sujet du trajet de retour vers la maison)

BC: ...A moins que j'aille au centre ville et cherche mon permis de conduire...

VL: (interrompant) je parie qu'elle pourrait en avoir un ici?

CJC: Ah, oui, il y a plusieurs endroits ici et ils les font pour vous tandis que vous attendez, il y en a un tout près, comment s'appelle-t-il? (inintelligible), n'est-ce pas qu'un grand centre l'essai?

VL: Elle doit vraiment me ramener.

BC: Oui, parce que (inintelligible, riant)

CL: (parlant de conduite)

VL: Vous ne voulez pas que Betty conduise avec un permis de conduire expiré.

CJC: Eh ben, merci...

BC: (riant)

VL: ...Betty, une contrariété et elle abandonne... elle tourné à gauche au signal de tourner à droite là, (rires).

CJC: Merci madame et une bonne journée à tous.

(Fin de la cassette)  

CU F O N
The Computer UFO Network
//www.cufon.org
SYSOP - Jim Klotz
Webmaster - Chris Lambright
Information Director - Dale Goudie

UFO Reporting and Information Service
Director - Dale Goudie
P.O. Box 832, Mercer Island, WA 98040, USA
Voice Line - (206) 721-5035

//ufologie.net/htm/cashlandrumint02f.htm#doc
 
L'AVOCAT PETER GERSTEN DU CAUS RACONTE L'AFFAIRE:

Une observation d'OVNI extrêmement troublante qui a tenu bon à l'épreuve du temps était un événement qui a eu lieu dans les bois de Piney au Texas, près de la ville de Huffman. Dans la nuit fraîche du 29 décembre 1980, deux femmes et un enfant ont rencontré un engin d'origine inconnue, et chacun des trois a souffert non seulement de trauma émotifs, mais également de graves dommages physiques. Un trajet par les bois de Piney au Texas la nuit se fait dans l'isolement et une ambiance un peu effrayante, mais cette nuit particulière, ce trajet de routine s'est transformé en événement qui a bouleversé la vie de ces trois personnes.

Agée de cinquante et un ans, Betty Cash conduisait à travers le bois de nouveau Caney à Dayton par la route Farm to Market 1485. En voiture avec elle, il y avait son amie Vickie Landrum, cinquante-sept ans et son petit-fils Colby, sept ans. Ils avaient cherché une salle ouverte pour jouer au bingo-test, mais ont trouvé que toutes étaient fermés pour les congés de fin d'année. Ils se sont arrêtés pour un repas à un restaurant, et ont ensuite continué leur voyage. Bientôt, les trois ont commencé à voir une lumière dans la distance, et en quelques minutes cette lumière est devenue un objet incandescent, croisant lentement les sommets des grands pins. Le secteur où ils se trouvaient était complètement couvert par les pins et les chêne, entourés par des marais dispersés et de petits lacs. Tandis qu'ils on continué à progresser, leur pensée initiale était que l'objet était un avion ou un hélicoptère d'un des terrains d'aviation pas trop éloignés l'endroit. Soudainement, en avant d'eux est apparu un immense engin en forme de diamant, qui planait au-dessus de la route en avant d'eux! A intervalles réguliers et rapides, l'objet lançait un jet de flammes rougeâtre-oranges vers le bas. Vickie le décrira plus tard comme étant "comme un diamant de feu". Etant une chrétienne dévotte, elle n'avait jamais cru aux OVNIS ou aux extraterrestres, et à ce moment, elle a cru qu'elle était témoin de la fin du monde.

Ils pouvaient également entendre un bruit de bip-bip constant pendant que l'engin étrange crachait ces jets ardent vers le bas. Effrayée, Betty a freiné net pour éviter de passer sous l'engin. Le chauffage de la voiture avait été en route pour combattre l'air glacé de la nuit, mais maintenant l'intérieur de son véhicule était tellement chaud qu'elle a dû arrêter le chauffage, et quitter la voiture, avec Vickie et Colby. Maintenant en dehors du véhicule, ils pouvaient entendre un bruit régulier de grondement venant du spectacle effrayante en avant d'eux. Le jeune Colby est devenu tellement effrayé que sa grand-mère l'a pris avec elle de nouveau dans la voiture pour le réconforter. Betty est resté dehors. D'une certaine manière, elle a étrangement fascinée par la vision presque incroyable avant elle. Alors qu'elle se tenait là à observer l'engin, le ciel s'est soudainement empli d'hélicoptères. Betty a indiqué, "ils ont semblé se précipiter vers là de toutes les directions... c'était comme s'ils essayaient d'encercler la chose." Elle a supposé qu'ils étaient du terrain d'aviation de Tomball, au nord-ouest de Houston, ou de la base aérienne d'Ellington, au sud de Houston. L'objet mystérieux avait maintenant commencé à s'élever dans l'air, et à se déplacer vers le sud-ouest, avec les hélicoptères à ses trousses.

Alors que Betty revenait à la voiture, la poignée de la porte était si chaude qu'elle a à peine pu ouvrir la porte avant. Sa main a été brûlée tandis qu'elle entrait à l'intérieur. Elle a immédiatement allumé son climatiseur pour refroidir l'intérieur du véhicule. Après que l'objet soit parti du secteur, ils ont remis en marche leur véhicule, espérant rentrer à la maison et ne jamais revoir l'engin. Mais après plusieurs miles de route obscure, ils ont quitté la route Farm to Market pour prendre l'autoroute. En avant, dans la distance, ils ont pu revoir l'objet avec ses lumières brillantes illuminant les hélicoptères qui essayaient toujours de l'encercler.

De cette position avantageuse, les deux dames ont réellement pu compter le nombre d'hélicoptères dans le ciel, 23. Elles ont indiqué que certains d'entre aux avaient deux rotors, elles les ont identifié comme des CH-47 Chinook double rotor; les autres étaient des engins à un rotor plus rapides et plus ordinaires, qu'elles ont pensé être des Bell-Huey.

Après un voyage rapide vers la maison, chacun des trois des témoins est tombé extrêmement malade dans les heures qui ont suivies. La tête et le cou de Betty se sont boursouflés, et bientôt ses yeux étaient gonflés au point d'être fermés. Elle a été également terriblement nauséeuse. Le lendemain matin suivant, elle était presque dans le coma. Vickie et Colby ont souffert de symptômes très semblables, pas aussi gravement que B

L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum (1980)
L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum (1980)
L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum (1980)
L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum (1980)
L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum (1980)
L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum (1980)
L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum (1980)
L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum (1980)
L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum (1980)
L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum (1980)
L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum (1980)
L'irradiation de Betty Cash et Vicky landrum (1980)
 
 

Partager cet article

 
 
 

Commenter cet article

 
 
 
 
 
 



03/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 258 autres membres