L'ENNEMI des OVNI : Le Scepticisme scientifique

Le mouvement [modifier]

Les origines [modifier]

Bien avant la constitution formelle du mouvement, des personnes peuvent être qualifiées de sceptiques quant à l'existence des phénomènes paranormaux. Au XIXe siècle, par exemple, alors que le débat faisait rage à propos du spiritisme et de l'existence des esprits, l'illusionniste Harry Houdini, fut un critique de la métapsychique. Il dénonça les trucs d'illusionnismes utilisé par les médiums spirites afin de faire croire qu'ils étaient capables de communiquer avec les morts. Au XXe siècle siècle, James Randi repris cette tradition en exposant entre autres Uri Geller.

La première organisation sceptique à avoir vu le jour est le Comité pour l'Investigation Scientifique des Phénomènes Réputés Paranormaux, dit Comité Para, en 1947 en Belgique. Ce groupe s'est constitué à la fin de la seconde guerre mondiale pour lutter contre les voyants, astrologues et sourciers qui prétendaient pouvoir retrouver les disparus. Outre-atlantique, ce sont les ouvrages de Martin Gardner qui seront les fondements du mouvement sceptique ultérieur. La publication de son premier ouvrage, Fads and Fallacies in the name of Science[3] (1957), peut donc être considéré comme la date de naissance de la communauté sceptique anglo-saxonne.

Néanmoins, il faudra attendre que le philosophe Paul Kurtz crée le Committee for Skeptical Inquiry[4] aux USA, suite au débat autour de l'Effet Mars (censé prouver l'influence astrologique), pour que le mouvement sceptique contemporain prenne de l'importance internationalement. Paul Kurtz étant aussi une figure prééminente de l'humanisme séculier, forme de laïcité, le mouvement sceptique contemporain est fort proche de cet autre mouvement. Là où l'humanisme séculier examine de manière critique les affirmations des religions, le mouvement sceptique contemporain examine de manière critique les affirmations des pseudo-sciences.

The Skeptic's Dictionnary[5] est un site dont l'auteur est Robert Todd Caroll fournissant des informations sceptiques sur les divers sujets critiqués par le mouvement sceptique contemporain (pour rappel: l'ufologie, la parapsychologie, la cryptozoologie, les médecine non-conventionnelles et, de manière plus générale, les pseudo-sciences). Le Dictionnaire Sceptique[6] en est la version francophone. C'est une traduction partielle de la version anglophone, réalisée par les Sceptiques du Québec[7].

Organisations anglo-saxonnes [modifier]

L'association sceptique la plus importante à l'heure actuelle est le Committee for Skeptical Inquiry, qui publie le magazine Skeptical Inquirer. D'autres organisations importantes sont la Skeptics Society et la James Randi Educational Foundation[8]. Michael Shermer, fondateur de la Skeptics Society, tient la rubrique sceptique du prestigieux journal Scientific American.

La Zététique [modifier]

Article détaillé : Zététique.

La zététique est une variante française du mouvement sceptique contemporain, initiée par Henri Broch fondateur avec Gérard Majax (prestidigitateur célèbre en France) du Défi zététique international.

Pour une discussion sur la relation entre le scepticisme scientifique et la zététique, voir l'article d'Eric Déguillaume Zététique Vs Scepticisme[9]. Eric Déguillaume écrit dans sa conclusion: Qu'est-ce qui différencie, selon nous, la zététique estampillée « Observatoire Zététique » (OZ) du scepticisme moderne tel qu'il est pratiqué par le CSICOP ? La réponse est : très peu de choses.

Le mouvement sceptique contemporain aujourd'hui [modifier]

Il y a actuellement un débat interne au mouvement sceptique contemporain sur l'orientation qu'il doit prendre: continuer à critiquer les sujets classiques (Uri Geller, les fantômes, les ovnis, etc.) ou s'ouvrir à des nouveaux sujets. Certains penchent vers une implication plus politique à un niveau américain (afin de faire la promotion de la science), d'autres vers l'humanisme séculier. Dans son article Were do we go frome here? - Has classic scepticism run its course?, Daniel Loxton, auteur de la rubrique Junior Skeptic dans le magazine Skeptic, argumente qu'il faut au contraire revenir au base, au scepticisme classique à la James Randi par exemple.

Listes de sceptiques célèbres [modifier]

Idées défendues par le scepticisme [modifier]

Critique de l'ufologie [modifier]

Critique de la psychanalyse [modifier]

Article détaillé : Critique de la psychanalyse.

Lien avec l'athéisme [modifier]

Le mouvement sceptique contemporain est le plus souvent matérialiste, car il rejette l'existence de tout arrière monde comme celui des esprits dans le spiritisme. La majorité des sceptiques sont ainsi athées. Le Committee for Skeptical Inquiry est par ailleurs étroitement lié au Council for Secular Humanism, un groupement ayant pour objectif de promouvoir l'humanisme séculier, une forme d'athéisme insistant sur l'importance de la séparation de l'église et de l'État. Le philosophe Paul Kurtz est une figure éminente des deux mouvements (scepticisme scientifique et humanisme séculier) et il insiste dans des articles récents sur le fait que le scepticisme devrait aussi s'appliquer aux religions. Fondamentalement, le consensus dominant dans le mouvement sceptique est que science, matérialisme et athéisme sont trois positions philosophiques intimement liées, c'est-à-dire que l'une ne va pas sans les autres[10].

Critiques du scepticisme [modifier]

  • Les ufologues reprochent au scepticisme de faire du debunking, c'est à dire d'utiliser des procédés de désinformation dont le but est de dénigrer et ridiculiser les témoins ou chercheurs ufologues, au lieu de chercher une possible explication rationnelle à un événement :
    «  On nous surnomme "debunker", ce qui est un terme connoté péjorativement. Néanmoins, regardons les choses en face, il y a beaucoup de foutaises (angl.: bunk). » Michael Shermer, éditeur de "Skeptic Magazine"[11]
  • Il est reproché de ne pas être une discipline à part entière. Cependant, le mouvement sceptique contemporain n'a jamais prétendu être une discipline. Au contraire, le scepticisme se définit bien plutôt comme étant l'application de la méthode scientifique, avec l'application en sus du doute méthodique cartésien et de la pensée critique. Le magazine Skeptical Inquirer se définit par exemple comme étant le magazine pour la promotion de la science et de la raison, et pas du tout comme relevant d'une discipline particulière, qui serait le scepticisme. Le scepticisme est de fait posture philosophique, et pas une discipline...
  • Certains, comme l'ingénieur Dean Radin, reproche aux sceptiques de ne pas appliquer leurs principes à leurs propres pensées, et de faire preuve de dogmatisme. Selon lui :
    « Une bonne partie des arguments lancés contre les expériences psi relèvent de motivations parfaitement non scientifiques, telles que l'arrogance, le parti pris et l'idéologie. »[12] Cependant, certains sceptiques ont développé cette auto-critique, comme le sociologue Marcello Truzzi, qui n'hésite pas à taxer certaines conduites de ses collègues de pseudo-scepticisme.

Bibliographie indicative [modifier]

Revues [modifier]

Bibliographie indicative [modifier]

Liste d'ouvrages considérés comme des classiques de la littérature sceptique:

Liens externes [modifier]

Vidéos [modifier]

Podcasts [modifier]

Notes et références [modifier]

','100%','400', true);


18/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 258 autres membres