FIN de l'AFFAIRE ROSWELL : Walter Haut : Militaire qui a déclaré dans une conversation téléphonique que l’armée aurait supposément découvert une soucoupe volante dans le Nevada, aurait lancé ces rumeurs dans la Zone 51

 

FIN de l'AFFAIRE ROSWELL : Walter Haut : Militaire qui a déclaré dans une conversation téléphonique que l’armée aurait supposément découvert une soucoupe volante dans le Nevada, aurait lancé ces rumeurs dans la Zone 51

 

Walter Haut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Walter Haut était un ancien porte-parole de la Roswell Army Air Field (2 Juin 1922 - 15 décembre 2005), lieutenant de l’armée de l’air américaine. Ce fut lui qui, en juillet 1947, après avoir entendu le commandant de la base, le colonel William Blanchard, a déclaré dans une conversation téléphonique que l’armée aurait supposément découvert une soucoupe volante dans le Nevada, aurait lancé ces rumeurs dans la Zone 51. Il y fonda un musée dans cette région – très fréquentée – mais dut avouer qu’il ne put jamais voir l'hypothétique engin volant ou apercevoir un quelconque fait étrange.

Articles connexes [modifier]

Walter G. Haut

Home
Haut [1]

Haut naît le 2 juin 1922 à Chicago.

Roswell

En 1947, lieutenant, Haut est attaché au Service de Relations Publiques de la base de Roswell.

Le matin du 8 juillet, le commandant de la base, William Blanchard, appelle Haut et lui demande de publier un communiqué de presse indiquant que l'épave d'un disque écrasé a été découvert sur un ranch des environs 3 semaines auparavant par un nommé W. W. Brazel et qu'on l'a fait venir pour examen à des "autorités de plus haut niveau". Lorsque Haut demande s'il peut voir l'objet, Blanchard lui répond que c'est impossible. Haut rédige malgré tout le communiqué comme ordonné, presque sous la dictée de Blanchard. Le communiqué est transmis par télégramme, et fait la Une de plus de 30 journaux américains l'après-midi.

Pendant que le major Marcel est parti à Fort Worth avec les débris, Haut assure la permance et répond aux nombreux coups de fils qui ne cessent d'arriver jusqu'au soir, des Etats-Unis et d'ailleurs (un vient même de Hong Kong). Lorsque Blanchard réalise l'effet du communiqué, il demande à Haut : S'il y a un moyen de les faire taire à ce sujet, alors allez-y et faites-le. Quelques heures plus tard, le communiqué est retiré, et toute couverture supplémentaire par la presse est restreinte.

En avril 1948, Haut démissionne. Il est promu capitaine juste avant de quitter son poste.

Enquête

Haut

Les déclarations de Haut à propos de l'affaire de Roswell sont pour le moins déroutantes, car corroborant alternativement la thèse d'une bourde et d'un véritable crash extraterrestre :

  • Alors que Kevin Randle et Donald Schmitt enquêtent sur l'incident de Roswell, Haut leur conseille d'interroger Frank Kaufmann, leur suggérant que l'on peut lui accorder une crédibilité certaine 1.
  • En 1990, Fred Whiting réalise une interview video de Haut [2], où ce dernier déclare que lors de la réunion d'état major suivant, son supérieur a déclaré que leur personnel avait fait une gaffe, l'objet en question étant un ballon lâché par des gens de White Sands 2.
  • En 1992, Frank Kuznik demande à Haut s'il a vu l'épave. Non, répond Haut, et j'ai l'air d'un idiot chaque fois que quelqu'un me demande ça. J'ai reçu un appel du commandant de la base, qui m'a basiquement dicté ce qui était dans le communiqué de presse [3].
  • En 1993, il fait une déclaration sous serment [4] indiquant être convaincu que les débris récupérés étaient ceux d'un type quelconque de vaisseau venu de l'espace.
  • En 1997, il indique que le tout est une affaire qui a foiré et que les déclarations d'ovnis sont juste un ramassis de bétises [5].
  • En 2002 il fait une autre déclaration sous serment [6], scellée et à n'ouvrir qu'après sa mort, indiquant que son supérieur lui a montré avoir le vaisseau issu d'un 2nd site de crash à 40 km au nord de Roswell, stocké dans un hangar à côté de corps apparemment extraterrestres sous des bâches.

Haut meurt en décembre 2005. Son affidavit de 2002 n'est révélé qu'à l'anniversaire de l'incident Roswell en 2007.

[7]

Home

  1. Kaufmann sera totalement décrédibilisé par la suite
  2. Ceci n'a cependant pas dû avoir lieu la semaine suivant l'incident, car à ce moment Blanchard était en congé
  1. RAAF Yearbook
  2. Whiting, F.: Interview de Haut, FUFOR, 11 juillet 1990
  3. Air & Space/Smithsonian Magazine, août/septembre 1992
  4. Haut, W. G.: Affidavit, 14 mai 1993
  5. Haut sur Roswell, CNI News, Mai 1997
  6. Haut, W. G.: Affidavit, 26 décembre 2002
  7. Pflock, K. T.: Roswell: Inconvenient Facts and the Will to Believe, O.P. Editions, 1994

-----------------------------------------------------------------------

http://ufologie.net/rw/w/walterhautf.htm

AFFIDAVITS:

Voici une traduction de son affidavit :

DATE: 26 December 2002

TEMOIN: Chris Xxxxxx

NOTAIRE: Beverlee Morgan

(1) Mon nom est Walter G. Haut

(2) Je suis né le 2 juin 1922

(3) Mon adresse est 1405 W. 7th Street, Roswell, NM 88203

(4) Je suis retraité.

(5) En juillet 1947 j’étais stationné à la base militaire de Roswell, Nouveau Mexique, servant comme officier de relations publiques. J’avais passé le week end du 4 juillet (samedi 5 et dimanche 6) dans ma résidence privée à environ 10 miles au nord de la base, qui est situé au sud de la ville.

(6) J’étais au courrant du fait que quelqu’un avait rapporté l’existence de débris d’un engin écrasé au milieu de la matinée après mon retour à la base le lundi 7 juillet. Je savais que le major Jesse A. Marcel, chef du renseignement, avait été envoyé enquèter par le commandant de la base le colonel William Blanchard.

7) En fin d’après midi le même jour, j’ai appri que de nouveaux rapports de civils sont arrivés concernant un deuxième site juste au nord de Roswell. J’ai passé le reste de ma journée à m’occuper de mes affaires habituelles, n’apprenant rien de plus concernant l’évènement.

(8) Le mardi 8 juillet matin, j’ai pris part à une réunion régulière de l’équipe à 7h30. En plus de Blanchard, Marcel; le capitaine Sheridan Cavitt du CIC [Counterintelligence Corp]; le Colonel James I. Hopkins, officier en charge des opérations; le Lieutenant colonel Ulysses S. Nero, l’officier en charge des fournitures; et de la base de Carswell AAF à Fort Worth au Texas, le supérieur de Blanchard le brigadier général Roger Ramey et son chef d’équipe le colonel Thomas J. Dubose étaient également présent. Le sujet principal de la discussion présentée par Marcel et Cavitt concernait un champ de débris de taille conséquente à Lincoln County approximativement à 75 miles au nord ouest de Roswell. Un brief préliminaire a été fait par Blanchard à propos du second site situé à environ 40 miles au nord de la ville. Des morceaux de débris ont été passés autour de la table. Cela ne ressemblait à aucun materiel que je n’avais ou que je n’ai jamais vu dans ma vie. Des morceaux qui ressemblaient à du papier d’aluminium, de fines feuilles d’une très grande solidité, et des pièces avec des inscriptions inhabituelles marquées sur la longueur étaient passées d’homme à homme, chacun exprimant son opinion à leur sujet. Personne ne fut capable d’identifier les débris du crash.

(9) L’une des principales interrogations était de savoir si nous devions rendre cette découverte publique ou non. Le général Ramey proposa un plan, qui venait je pense de ses supérieurs au Pentagone. Il s’agissait de détourner l’attention du site plus important situé au nord de la ville et de confirmer l’autre location. Trop de civils étaient déjà impliqués et la presse était déjà informée. Je n’ai pas été informé complètement des détails de l’accomplissement de ce plan.

(10) A environ 9h30 le colonel Blanchard appella mon bureau et dicta le communiqué de presse faisant état de notre possession d’un disque volant, venant d’un ranch au nord ouest de Roswell et de Marcel transportant le materiel par avion vers les quartiers généraux. Je devais transmettre le communiqué aux stations de radio KGFL et KSWS ainsi qu’au journaux le Daily Record et le Morning Dispatch.

(11) Au moment où la nouvelle arriva aux téléscripteurs, mon bureau était innondé d’appels venant du monde entier. Les messages s’empilaient, et plutôt que de confronter les médias le colonel Blanchard suggera que je rentre chez moi et que je “me cache”.

(12) Avant de quitter la base, le colonel Blanchard m’a enmené personnellement au Building 84 [AKA Hangar P-3], un hangar à B-29 situé du côté est du tarmac. En approchant du batiment j’ai remarqué qu’il était hautement gardé aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Une fois à l’intérieur, j’ai été autorisé à observer depuis une distance sécurisée l’objet qui avait été récupéré au nord de la ville. Il faisait approximativement 12 à 15 pieds de longeur, pas tout à fait aussi large et environ 6 pieds de haut et d’une forme ovoïde. L’éclairage était faible, mais sa surface apparaissait métallique. Aucune fenêtre, hublots, ailes, queue ou trains d’aterrissages n’éaient visible.

(13) Egalement depuis une certaine distance, j’ai pu voir des corps sous une bache de protection. Seules les têtes dépassaient de la bache et je n’ai pas pu remarquer de détails. Les têtes semblaient plus larges que la normale et la taille des baches suggérait des corps de la taille de ceux d’enfants de 10 ans. A une date ultérieure, dans son bureau Blanchard étendra son bras à environ 4 pieds au dessus du sol pour indiquer leur taille.

(14) J’ai été informé de l’existence d’une morgue temporaire mise en place pour les corps récupérés.

(15) J’ai été informé que la carcasse n’était pas “chaude” (radioactive)

16) A son retour de Fort Worth, le major Marcel m’a décrit avoir enmené des débris de l’épave au bureau du général Ramey et après être revenu de la salle des cartes, d’avoir trouvé les restes d’un ballon météo et d’un radar. Les débris avaient été substitués alors qu’il était en dehors de la pièce. Marcel était très mécontent de la situation. Nous n’en avons pas reparlé par la suite.

(17) Je serai autorisé à effectuer au moins une visite sur l’un des sites lors du nettoyage fait par les militaires. Je retournerai avec certaines pièces de débris que j’exposerai dans mon bureau.

(18) J’étais au courrant que deux équipes distinctes iraient retourner sur chaque site des mois après pour des recherches périodiques d’éventuelles preuves résiduelles.

(19) Je suis convaincu que ce que j’ai personnellement observé était un type d’engin venu de l’espace ainsi que ses occuppants.

(20) Je n’ai pas été payé ni recu quoi que ce soit de valeur pour effectuer ce témoignage, et il s’agit de la vérité d’après mes souvenirs.

Signé : Walter G. Haut

26 Décembre 2002

Témoin de la signature :

Chris Xxxxxxx

--------------------------------------------------------------------

Walter Haut

MORT de WALTER HAUT

18 décembre, 2005

Le Lieutenant Walter Haut, le porte-parole qui avait annoncé l'épave d'une soucoupe volante à Roswell, est décédé à 83 ans

Par l'Associated Press

ALBUQUERQUE - L'homme rendu célèbre pour avoir publié un bulletin d'information qui disait qu'une soucoupe volante a atterrir à Roswell est mort.

Le Lieutenant Walter Haut, un ancien porte-parole de l'armée pour la base aérienne de l'armée de Roswell, est déCédé jeudi à Roswell, a dit sa fille, Julie Shuster. Il avait 83 ans.

Haut écoutait attentivement le 8 juillet 1947 tandis que le commandant de la base, le colonel William Blanchard, a dicté un communiqué d'information au sujet d'une soucoupe volante récupérée et a demandé à Haut de le diffuser.

Le journal Roswell Daily REcord avait publié un gros titre le 9 juillet 1947: "RAAF capture une soucoupe volante sur un ranch dans la région de Roswell."

Le même jour, un rapport était émis disant que c'était seulement un ballon météo.

"J'imagine qu'ils ont changé d'avis," a dit Haut à l'Associated Press en 1997.

Haut a indiqué qu'on ne lui a jamais dit exactement dit où le disque volant rapporté dans son communiqué a été trouvé, et lui même n'a jamais vu un OVNI.

Mais il est resté un convaincu.

"Il a du y avoir quelque chose dans les cieux à ce moment-là," a-t-il dit. "Il y a tout simplement trop d'évidences."

Haut et deux autres hommes ont fondé le musée international des OVNIS en 1991, qu'il a présidé jusqu'en 1996. Plus de 2,5 millions de personnes ont visité le musée depuis son ouverture en 1992, dit Shuster.

Shuster a indiqué que ce n'était qu'à la fin des années 1980 qu'elle et sa soeur ont appris l'incident de soucoupe volante, pas par leur père mais par un livre.

"Ce n'était pas un sujet de conversation de dîner pour les gens impliqués," a-t-elle dit.

Haut, né le 3 juin 1922 à Chicago, laisse ses deux filles, Shuster et Marabeth Fields de Roswell, trois petits-emfamts et quatre arrière-petits-enfants.

Une cérémonie est programmée lundi à Roswell au LaGrone Funeral Home. Les services funèbres sont à 11 heures du matin Mardi à l'Eglise Méthodiste Unie de la Trinité.

Source:

    Source: Free New Mexican, de Santa Fe, Nouveau Mexique, USA.

La nouvelle par Associated PRess ci-dessus est également apparue avec un contenu similairedans le journal Mainichi Daily News, Japon; sur The New Mexico Channel.com, Nouveau Mexique; KOB-TV, Nouveau Mexique; CNN International; The Indianapolis Star, USA; The Ottawa Sun, Canada, et d'autres.

Un journal australien The Advertiser, d'Adélaïde, a trouvé approprié de titrer "UFO hoax man dies", soit "L'auteur du canular OVNI décède."



06/08/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 258 autres membres