Complexe militaro - médiatique

Cinéma de sécurité nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le cinéma de sécurité nationale correspond dans les grandes largeurs à une grande partie des films de guerre américains de l'après-guerre. Mais cette désignation regroupe aussi certains westerns dont le contenu idéologique a été transposé au contexte géopolitique vécu par les États-Unis au moment de la sortie de ces œuvres de fiction.

Le concept s'inscrit dans une dimension plus vaste qui pourrait être désignée sous le nom de complexe militaro-médiatique, terme laissant entendre l'existence d'une collusion d'intérêts entre les industriels de l'armement et les entreprises de média aux États-Unis. La critique induite par ce terme inclut le soupçon que ces médias assurent la promotion du militarisme parmi leurs auditeurs de la population civile.

Cette photographie peut évoquer les Hueys (hélicoptères de type UH-1) qui se lançaient sur une musique de Wagner à l'assaut des pagodes dans le film de Francis Ford Coppola Apocalypse Now. Elle correspond cependant à la réalité du théâtre d'opérations de la guerre en Irak. Les images cinématographiques et leur pouvoir séducteur sont réutilisés dans les deux sens pour promouvoir l'attrait des opérations militaires dans l'opinion publique. Le « cinéma de sécurité nationale » constituerait un vecteur de cette transmission.

Sommaire

[masquer]

Concept[modifier]

L'expression de « cinéma de sécurité nationale » a été introduite par Jean-Michel Valantin[1] dans son livre, Hollywood, le Pentagone et Washington, après une description détaillée des relations qui peuvent exister entre Hollywood, le complexe militaro-industriel américain[2] et le gouvernement de l'État fédéral. Ces relations, qui évoluent au fil des périodes stratégiques, mèneraient à tort à considérer l'existence de ce que l'on pourrait qualifier de « complexe médiatique », producteur de films patriotiques. En réalité, ce que relève l'auteur est du domaine de connexions, de complaisances et de points de vue des divers responsables de chacun des trois pôles précités dans la production de films projetant vers le public la perception de la menace stratégique pesant sur la politique étrangère des États-Unis d'Amérique.

L'auteur du livre cite, avec 120 références filmiques, les différentes situations géostratégiques prévalant aux États-Unis au moment de la sortie de tel film, de manière à relier la conception des stratèges du Pentagone avec le sens implicite du scénario.

Exemple récent[modifier]

Le film World Invasion: Battle Los Angeles représente de manière adéquate le genre ; il est tourné à l'aide de moyens des forces armées U.S. mis à la disposition de la production, et les critiques après la sortie du film ont noté que l'essentiel de l'action montrée pendant les séquences se concentrent sur l'exposé des moyens militaires déployés par les Marines et leurs compagnons (ex : guidage laser pour un bombardement de missiles) [3] ; et ce au détriment de plans rapprochés qui permettraient au spectateur de découvrir la portée de la menace extra-terrestre. C'est ce qui distingue ce film de ceux qui lui sont comparés en première instance, à savoir La Guerre des Mondes revisitée par Spielberg et Independence Day. Pour donner du relief à l'emploi des armes de l'arsenal contemporain nord-américain, le type d'affrontement dans lequel le film projette le spectateur ne correspond pas à une guerre asymétrique : en effet, les unités extraterrestres, quoique en déploiement massif, sont dénuées de champ de force protecteurs (présent dans les deux autres) et peuvent être atteints par l'armement conventionnel des humains.

Le complexe militaro-médiatique[modifier]

Dans le contexte nord-américain, l'association (en) Fairness and Accuracy in Reporting a accusé au travers d'un rapport le complexe militaro-médiatique, émanant du CMI américain, de faire usage de leurs moyens médiatiques pour assurer la promotion du militarisme ; ce qui, selon l'hypothèse de cette association, profiterait aux ressources financières du secteur Défense de des compagnies qui le composent.

Un exemple[4] d'une telle collusion se retrouve dans les contrats de fourniture de matériel militaire détenus par le conglomérat General Electric qui est également propriétaire du géant des médias NBC Universal. Le nœud de la critique amènerait à considérer que les émissions produites par NBC et Universal montreraient complaisamment au public les équipements militaires développés par GE [5] , afin d'assurer la promotion de ces contrats d'armement.

Notes et références[modifier]

  1. Jean-Michel Valantin est docteur en études stratégiques et sociologie de la défense, spécialiste de la stratégie américaine, et chercheur au CIRPES (centre interdisciplinaire de recherches sur la paix et d'études stratégiques).
  2. Cette désignation regroupe l'armée américaine et l'industrie de l'armement par collusion. Le discours de fin de mandat du président Eisenhower du 17 janvier 1961 instaura l'expression.
  3. movie-review-world-invasion-battle-los-angeles [archive]
  4. The Military-Industrial-Media Complex [archive], 'Extra!', Fairness and Accuracy in Reporting, July/August 2005. Consulté le 2008-12-19
  5. les équipements sont les suivants : BGM-109 Tomahawk, MIM-104 Patriot ; participation aux composants des aéronefs Northrop B-2 Spirit, Boeing B-52 Stratofortress et Boeing E-3 Sentry, plus connu sous le nom de AWACS.

Voir aussi[modifier]

Bibliographie[modifier]

  • Roger Dadoun, Cinéma, psychanalyse & politique, Séguier, 2000 (ISBN 978-2-8404-9187-3)
  • Jean-Michel Valantin, Hollywood, le Pentagone et Washington, Autrement, 2003 (ISBN 978-2-7467-0379-7)
  • Lawrence H. Suid, Guts and Glory: Great Americain War Movies, Addison-Wesley, 1978
  • Lawrence H. Suid, Guts and Glory: The Making of American Military Image in Film, The University press of Kentucky, 2002.
  • David L. Robb, Operation Hollywood: How the Pentagon shapes and censors the movies, Prometheus books, avril 2004.
  • Hollywood et le Pentagone

Filmographie[modifier]

  • Opération Hollywood, documentaire d'Emilio Pacull et Maurice Ronai,
  • Hollywood Pentagone, Cinéma Et Propagande Militaire : Les Liens Secrets, Emilio Pacull, 2004.


12/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 258 autres membres